Connect with us

Accueil

Décès de Hakim Debbazi en détention: le ministre de la Justice livre sa version

Published

on

Le ministre de la Justice, garde des Sceaux, s’est enfin exprimé, sur le décès du militant Hakim Debbazi, alors qu’il était en détention à la prison de Koléa.  

Abderrachid Tebbi a expliqué, mardi, lors d’une séance plénière à l’APN, que le détenu «est tombé malade le 17 avril, et a été transféré le même jour à l’hôpital de Beni Messous, avant de rendre l’âme au bout de trois jours d’hospitalisation». Hakim Debbazi est mort «à l’hôpital et non pas en prison», a déclaré le garde des Seaux.  

Le ministre, rapporte le site d’Ennahar, poursuit avoir «ordonné une autopsie» en application des dispositions en vigueur. Cette autopsie «qui comporte cinq pages a conclut à une mort naturelle», affirme Tebbi, précisant que le rapport signé par un professeur en médecine légale à l’hôpital Beni Messous, a été remis le 25 avril.

Toutefois, dans un communiqué publié au lendemain de l’annonce par les avocats de la mort de Debbazi, la LADDH a indiqué que «malgré son état de santé inquiétant, une demande de remise en liberté provisoire déposée par ses avocats, a été rejetée». D’où son appel à l’ouverture d’une enquête sur les circonstances du drame. 

Toujours selon le ministre, la famille du défunt a reçu une copie dudit rapport le 28 avril des mains du procureur de la République du tribunal de Hadjout qui lui a présenté «les condoléances». Tebbi a justifié l’arrestation de Debbazi par le fait qu’il était «militant politique au sein d’un parti et a porté atteinte aux institutions de la République».

Pas d’enquête ! 

La mort du détenu d’opinion Hakim Debbazi, (55 ans et père de trois enfants), annoncée par des avocats le 24 avril, a déclenché une vague d’indignation et de colère notamment sur la toile. Des partis politiques, des militants et des organisations des droits de l’Homme ont immédiatement appelé à l’ouverture d’une enquête indépendante.  

A travers sa réponse, le ministre de la Justice semble juger ‘’inutile’’ une enquête, puisqu’il se contente de rapporter la chronologie des faits ayant précédé le décès de Debbazi.

Arrêté le 22 février 2022, le militant engagé dans le Hirak a été placé sous mandat de dépôt pour plusieurs chefs d’inculpation.  

Continue Reading
Advertisement
Comments
INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR