Connect with us

Politique

Début mercredi de la campagne référendaire sur l’amendement constitutionnel

Feriel Bouaziz

Published

on

La campagne référendaire sur le projet d’amendement de la Constitution, soumis à un référendum populaire le 1er novembre prochain, débutera ce mercredi 7 octobre sous le slogan “Novembre 1954: la libération, Novembre 2020 : le changement”.

transparence et impartialité

Selon l’autorité nationale indépendante des élections, cette campagne “prônera la transparence et impartialité“, et cela inclura aussi des compagnes de sensibilisation portant sur “l’importance” de cette consultation populaire d’un “Etat moderne au service du citoyen”, rapporte l’APS.

La campagne référendaire sera dirigée par le staff gouvernemental, les partis politiques se constituant d’un groupe parlementaire au niveau des deux chambres du Parlement ou de 10 sièges au sein des deux chambres du Parlement, ou des sièges au sein des Assemblées populaires locales dans au moins 25 wilayas, précise la même source.

Les associations nationales bénéficiant d’une représentation effective au moins au niveau de 25 wilayas et les personnalités politiques auront également la possibilité d’animer la compagne référendaire, comme dicté par l’ANIE.

Le temps de parole réservé aux intervenants dans les médias audiovisuels publics a été défini par l’ANIE, en coordination avec l’Autorité de régulation de l’audio-visuel (ARAV), précise l’APS

Par ailleurs, la campagne peut être dirigée, également, par voie d’affichage, l’attribution de dépliants, de correspondances ainsi que tous les moyens écrits ou électroniques. À l’étranger, l’affichage se fait aux sièges des représentations diplomatiques et consulaires.

Dans la sérénité et la régularité

D’une autre part, Mohamed Charfi, président de l’ANIE, a annoncé lundi dernier que les moyens en matière de matériels et logistiques utiles ont été mis à disposition pour que le référendum se passe “dans la sérénité et la régularité“.

De surcroît , M. Charfi a également affirmé qu’un réseau de visioconférence a été mis en place et jouira d’une “plus grande réactivité et une prise en charge immédiate à d’éventuels problèmes qui peuvent se poser le jour du scrutin“.

À un mois du référendum constitutionnel du 1er novembre, rappelons-le, plusieurs personnalités ainsi que des partis politiques notamment le parti du “RCD”, ont appelé au boycott du referendum populaire. Le Parti d’Abderrezak Makri, le MSP ne boycotte pas mais, il appelle toutefois à voter “non”.

Des députés de certains partis politiques ont boycotté, le 12 septembre, la séance en plénière consacrée au vote du projet de révision de la constitution dont ceux du RCD, MSP, EL Adala.

Les députés du RND et du FLN ont, eux, soulevé quelques remarques et, en parallèle, ils ont d’ores et déjà installé des directions pour faire la promotion et sensibiliser les Algériens sur “l’importance” d’apporter leur quitus à de cette nouvelle Constitution.

Les députés du parti le Front el-Moustakbal, dirigé par l’ancien candidat à la présidentielle du 12 décembre, Abdelaziz Belaid, sont, quant à eux, “persuadés” que ce nouveau document “va renforcer le front interne, l’harmonie sociale, économique et culturelle et rétablira la confiance entre le pouvoir et le peuple”.

Politique

Alger: Tous les étudiants arrêtés ce matin relâchés

Achour Nait Tahar

Published

on

© DR | Marche des étudiants à Alger

Les étudiants arrêtés ce matin à Alger viennent d’être relâchés après plusieurs heures de détention, a annoncé le Comité National pour la Libération des Détenus (CNLD).

Selon la même source, quatre étudiantes ont été relâchées ce soir. L’étudiant Abdennour Ait Saïd dit “Abdou”, quant à lui, a été emmené à l’hôpital pour lui faire un certificat médical avant d’être remis en liberté.

Pour rappel, les cinq étudiants ont été interpellés ce matin, alors qu’ils étaient en train de déjeuner dans un restaurant à la rue Tanger au centre d’Alger.

Continue Reading

Politique

Décès du moudjahid Ahmed Bensadoune

Feriel Bouaziz

Published

on

Le moudjahid Ahmed Bensadoune, ancien chef de zone dans la wilaya V historique lors de la Guerre de libération nationale, est décédé mardi matin à Oran à l’âge de 87 ans, rapporte l’APS en citant des proches du défunt.

Après le recouvrement de l’indépendance nationale, le défunt Ahmed Bensadoune, né à Mostaganem, s’est consacré au travail dans le secteur économique et a créé une entreprise dans le domaine industriel.

Feu Ahmed Bensadoune à également présidé, pendant 10 ans, la chambre de commerce de de l’industrie de l’Oranie (CCIO) où il occupa deux mandats successifs comme président de cette chambre durant les années 1980.

Par ailleurs, il a rejoint l’APN jusqu’à 1965 en occupant des responsabilités auprès des Chefs de la Deuxième région militaire (Oran) et la Troisième région (Béchar). Il a quitté ensuite l’ANP pour s’occuper des affaires familiales notamment la tannerie en devenant l’un des plus importants exportateurs du cuir.

Le moudjahid, décédé des suites d’une longue maladie, sera inhumé cet après-midi au cimetière d’Aïn El-Beida d’Oran après la prière de l’Asr.

Continue Reading

Campus

Cinq étudiants arrêtés à Alger

Yasmine Marouf-Araibi

Published

on

Cinq étudiants, figures du mouvement populaire estudiantin, ont été arrêtés ce mardi 20 octobre à Alger et transférés au commissariat du cavaignac, selon le comité national pour la libération des détenus (CNLD). 

L’alerte de l’arrestation a d’abord été donnée par leurs camarades et activistes du mouvement de protestation populaire (Hirak) avant d’être confirmée par des avocats et le CNLD. D’après eux, il s’agit d’un garçon et quatre filles. “ 

Selon plusieurs sources concordantes, les cinq étudiants arrêtés ce matin à la rue Tanger à Alger sont maintenus au commissariat du cavaignac où ils subissent des interrogatoires. 

Les raisons de leur arrestation demeurent pour l’instant inconnues. D’après le comité national pour la libération des détenus, les étudiants ont été arrêtés alors qu’ils étaient entrain de manger à la rue Tanger. 

Faut-il noter qu’à deux semaines seulement du référendum sur l’amendement constitutionnel, la répression contre les activistes du mouvement populaire s’amplifie. Plusieurs arrestations ont été enregistrées dont à Adrar où l’activiste Yasser Kadiri a été arrêté lundi.


Continue Reading

Tendances

INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR