Connect with us

Economie

De nouveau mis au chômage technique, les employés d’ENIEM en protestation

Yasmine Marouf-Araibi

Published

on

Quelques centaines d’employés de l’entreprise nationale des industries de l’électroménager (ENIEM) de Tizi-Ouzou ont protesté ce mardi contre leur mise en chômage pour une durée d’un mois. En proie à des difficultés financières, l’entreprise a fait part de cette décision lundi après l’avoir prise à l’issue d’une réunion de son conseil d’administration dimanche.

Déjà mis en chômage technique en février dernier pour un mois, les 1700 employés d’ENIEM de Tizi-Ouzou font de nouveau face au même scénario. Du 1er décembre jusqu’à janvier, les fonctionnaires devront se soumettre à un congé forcé en raison des difficultés financières de l’entreprise induites par le manque de la matière première.

En réaction à cette décision, quelques deux-cents employés ont marché ce mardi à la wilaya de Tizi-Ouzou pour interpeller les autorités sur leur sort. En plus de cela, les employés ont exigé la démission du Pd-g qu’ils accusent d’être à l’origine de cette crise.

“Pd-g dégage”, ont-ils scandé tout au long de leur marche qui a démarré du siège de l’entreprise sis à Oued Aissi à environ 7 kilomètres du chef-lieu de la wilaya de Tizi-Ouzou.

Contacté par interlignes, le Pd-g de l’entreprise, Djilali Mouazer a justifié la décision de la mise au chômage technique des 1700 employés par le manque de la matière première (CKD/SKD). Pour le responsable, cette rupture est due au blocage d’un lot de marchandise au niveau des douanes mais aussi le blocage des crédits bancaires nécessaires pour le financement des approvisionnements.

Concernant la possibilité de prolonger l’arrêt technique, Djilali Mouazer a expliqué que cela se décidera au vu de l’évolution de la situation. “Nous verrons comment la situation évoluera”, a-t-il déclaré, ajoutant que le ministère de l’Industrie a été saisi à “maintes reprises” mais “en vain”.

Pour le moment, le responsable affirme que l’ensemble des directeurs ont été instruits de prendre en considération l’épuisement des reliquats des congés annuels. Pour les employés qui les ont déjà consommés, ceux-ci se verront octroyer un congé technique.


le RCD et PT “solidaires”

Le Parti des travailleurs dirigé par Louisa Hannoune a exprimé ce mardi “tout” son soutien aux employés d’ENIEM, pointant “l’incapacité” de la direction de l’entreprise dans le règlement de la crise.

“Tout notre soutien aux travailleurs de l’ENIEM Tizi Ouzou, fleuron de l’électroménager qui refusent de partir en congé technique après l’incapacité de la direction à réceptionner les pièces CKD SKD destinées à la fabrication et au montage”, a écrit le parti sur les réseaux sociaux.

De son coté, le bureau de Tizi-Ouzou du Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD) a salué “le courage de la direction de l’entreprise pour la clarté de leur communication”, et “la réaction des employés de déclencher un mouvement de protestation”.

“Le PDG de l’entreprise pointe clairement la responsabilité des banques publiques et des services des douanes quant à cet énième arrêt de la production. En effet, il révèle non seulement” le blocage d’un lot de marchandise par les douanes en raison du non renouvellement d’autorisation de licence d’importation ckd/skd” mais aussi la décision d’abrogation de la production d’électroménager par des collections ckd et enfin “la persistance du blocage des banques pour l’octroi de crédits. En somme une mort programmée par les pouvoirs publics eux-mêmes”, a-t-il écrit.

“Le bureau régional du RCD Tizi ouzou salue le courage de la direction de l’entreprise pour la clarté de leur communication et la réaction du collectif des travailleurs qui ont déclenché un mouvement de protestation contre cette mise en chômage technique programmée”, a-t-il ajouté.


Continue Reading
Comments