Connect with us

Monde

De nombreuses compagnies aériennes suspendent leurs survols de l’Iran et de l’Irak

Avatar

Published

on

Crédit photo: DR | Avion
Crédit photo: DR | Avion

De nombreuses compagnies aériennes dont Air France et Lufthansa ont annoncé mercredi suspendre leur survol des espaces aériens iranien et irakien, quelques heures après des attaques menées par l’Iran contre deux bases abritant des soldats américains en Irak.

L’agence fédérale de l’aviation américaine (FAA) avait interdit dès mardi soir aux avions civils américains le survol de l’Irak, de l’Iran et du Golfe, dans la foulée des attaques.

«Par mesure de précaution et dès l’annonce de frappes aériennes en cours, Air France a décidé de suspendre jusqu’à nouvel ordre tout survol des espaces aériens iranien et irakien», a indiqué un porte-parole de la compagnie aérienne, contacté par l’AFP.

«Les plans de vols sont ajustés en temps réel en fonction des décisions des autorités françaises et régionales, partout dans le monde, afin d’assurer le plus haut niveau de sécurité des vols», a-t-il ajouté.

La compagnie néerlandaise KLM qui fait partie du même groupe a appliqué le même principe de précaution. «Tous les vols vers les différentes destinations d’Asie du sud-est et du Moyen-Orient seront assurées par des routes alternatives», a déclaré un porte-parole de KLM à l’AFP.

En Allemagne, Lufthansa a d’abord annulé son vol quotidien à destination de Téhéran avant de suspendre à son tour ses survols de l’Iran et de l’Irak.

La compagnie nationale polonaise LOT fera emprunter de nouvelles routes évitant l’Iran pour ses vols vers l’Inde, Singapour, le Sri Lanka et la Thaïlande notamment, sans que les horaires ou la durée des vols ne soit affectés.

Ces changements de route interviennent après l’envoi par l’Iran de missiles contre les bases d’Aïn al-Assad et d’Erbil en Irak, utilisées par l’armée américaine, en représailles à la frappe américaine qui avait tué à Bagdad le général iranien Qassem Soleimani la semaine dernière.

Des annulations et des détours

Au Moyen-Orient, Emirates a annulé ses vols à destination de Bagdad, imité par la compagnie à bas coût flydubai qui a cependant maintenu les liaisons pour Bassora et Najaf, dans le sud de l’Irak.

De nombreuses compagnies de la région avaient déjà suspendu des vols vers l’Irak depuis plusieurs jours après l’assassinat du général Soleimani, à l’image de Bahrein Airways ou Kuwait Airways.

EgyptAir a suspendu depuis mardi ses vols à destination de Bagdad, pour trois jours.

Des compagnies asiatiques ont également suivi le mouvement: Singapore Airlines dévie ses vols qui doivent passer au-dessus de l’Iran, Malaysia Airlines a dérouté ses vols entre Londres, Djeddah et Médine pour également éviter l’espace aérien iranien.

Vietnam Airlines a de son côté annoncé que ses vols vers et depuis l’Europe allaient éviter les «zones d’instabilité potentielles» au Moyen-Orient, bien que les routes habituelles de ces vols ne passent pas par l’espace iranien ou irakien.

Pour l’australienne Qantas, le vol entre Perth et Londres survolera l’Asie plutôt que le Moyen-Orient et subira un retard d’une quarantaine de minutes.

Monde

COVID-19 : plus de 12 millions de contaminations dans le monde

Yasmine Marouf-Araibi

Published

on

© DR |

Le nombre de cas confirmés de COVID-19 dans le monde a dépassé mercredi les 12 millions, atteignant 12.012.000, selon le comptage de l’université Johns Hopkins qui fait référence.

le nombre de décès dus au COVID-19 dans le monde s’est élevé à 548.914, selon la même source.

“Il faut s’inquiéter”

“Les infections au COVID-19 en Afrique ont aujourd’hui dépassé les 500.000, et il y a lieu de s’inquiéter car un nombre croissant de pays connaissent une forte augmentation de cas”, a mis en garde l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Jusqu’à présent, en moins de cinq mois, le virus a fait 11.959 victimes, surpassant les 11.308 vies perdues lors de la pire épidémie d’Ebola au monde qui a frappé l’Afrique de l’Ouest entre 2014 et 2016, souligne l’organisation onusienne.

Selon la même source, seuls l’Egypte et l’Afrique du Sud comptent plus d’un millier de décès. L’Afrique du Sud est également le pays qui compte le plus grand nombre de cas sur le continent, avec 215.855 cas et 3.502 décès, suivi de l’Egypte (77.279 cas et 3.489 décès), du Nigeria (77.279 cas et 669 décès), du Ghana (29.789 cas et 129 décès) et de l’Algérie (16.879 cas et 968 décès).

“L’Algérie, l’Egypte, le Ghana, le Nigeria et l’Afrique du Sud représentent environ 42% des cas de COVID-19”, a précisé le Bureau régional pour l’Afrique de l’OMS dans un communiqué, ajoutant que l’Afrique du Sud représente à elle seule 29% du nombre total de cas sur le continent.

Nouveau record journalier au Mexique

Le Mexique a enregistré mercredi un nouveau record d’infections au coronavirus avec 6.995 nouveaux cas recensés durant les dernières 24 heures, selon le ministre mexicain de la Santé.
Ce nouveau bilan porte à 275.003 le nombre total de contaminations dans le pays.
Avec plus de 32.796 décès, le pays nord-américain est le cinquième pays le plus endeuillé au monde.

Le Tchad rouvre son espace aérien

Le Tchad a annoncé mercredi la réouverture de son espace aérien pour les vols internationaux à partir du 1er août malgré la progression continue du nouveau coronavirus sur le continent africain.

Allègement des restrictions en Mauritanie

La Mauritanie a décidé de lever à partir de vendredi le couvre-feu nocturne instauré depuis mars, et de rétablir la circulation qui avait été interdite entre les régions pour faire barrage à la pandémie de coronavirus, a annoncé la télévision nationale mercredi.

Les Etats-Unis restent en haut de l’échelle

Les Etats-Unis restent le pays le plus touché par la pandémie avec 3.054.695 cas confirmés et 132.299 décès, selon les chiffres de l’université Johns Hopkins.

Plus de 11 morts au Pérou

Le ministère péruvien de la Santé a annoncé que le pays a dépassé mercredi la barre des 11.000 morts liés au coronavirus, une semaine après avoir amorcé un déconfinement graduel pour réactiver une économie en partie paralysée.
Avec 181 décès lors des dernières 24 heures, le total des morts s’est élevé à 11.133, selon les autorités.


Avec APS et AFP

Continue Reading

Monde

Le point sur la pandémie de coronavirus dans le monde

Yasmine Marouf-Araibi

Published

on

© DR |

Plus de 539 000 morts

La pandémie a fait au moins 539 620 morts dans le monde depuis fin décembre, selon un bilan établi par l’AFP à partir de sources officielles mardi à 19 h GMT.

Les États-Unis, qui ont recensé leur premier décès lié au coronavirus début février, sont le pays le plus touché avec 130 813.

Après les États-Unis, les pays les plus touchés sont le Brésil (65 487 morts), le Royaume-Uni (44 391 morts), l’Italie (34 899 morts) et le Mexique (31 119 morts).


Plus de 11.000 cas en Côte d’Ivoire

La Côte d’Ivoire a franchi mardi la barre des 11.000 cas de COVID-19, avec 228 infections supplémentaires, 103 guéris et un nouveau décès enregistrés par le ministère de la Santé et de l’Hygiène publique. Selon le directeur général de la Santé Mamadou Samba, le bilan global à ce jour dans le pays fait état de 11.194 cas confirmés, 5.487 guérisons et 76 décès.

La barre des 5.000 cas franchie en Mauritanie

Les autorités sanitaires mauritaniennes ont signalé mardi 76 nouveaux cas confirmés de COVID-19, portant le total provisoire de cas à 5.024. Sur 1.016 tests effectués au cours des dernières 24 heures, 76 se sont révélés positifs, tous des cas contacts.

Selon la même source, la Mauritanie a enregistré 2 décès supplémentaires, ce qui porte le bilan de décès à 135. Le nombre de guéris a augmenté de 48 pour atteindre 1.944 depuis l’apparition de la pandémie en Mauritanie, a-t-on ajouté.

Le Texas enregistre un nombre record de contaminations

Le Texas est devenu mardi le troisième Etat américain à dépasser les 10.000 nouveaux cas en 24H. Le grand Etat du Sud des Etats-Unis a enregistré 10.028 tests positifs mardi, un seuil quotidien que seuls New York et la Floride ont rapporté avant lui.

Confinement prolongé en Colombie

Le président colombien, Ivan Duque a annoncé, mardi soir, la prolongation du confinement obligatoire jusqu’au 1er août pour endiguer le Covid-19, tout en faisant état de nouvelles mesures d’assouplissement qui concernent plus de la moitié des municipalités du pays.

L’épidémie “s’accélère”

L’épidémie “s’accélère” avec 400.000 nouveaux cas enregistrés au cours du week-end dernier, a averti l’OMS. “En réalité certains pays ont fait des progrès significatifs dans la réduction du nombre de décès, alors que dans d’autres pays, les décès sont toujours en augmentation”, a souligné le patron de l’organisation Tedros Adhanom Ghebreyesus.

Avec AFP

Continue Reading

Monde

Juin 2020 et juin 2019 les mois les plus chauds au monde

Avatar

Published

on

Le mois de juin 2020 a été le plus chaud jamais enregistré dans le monde, à égalité avec juin 2019, a annoncé mardi le service européen Copernicus sur le changement climatique.

 “Juin 2020 est à égalité avec juin 2019 le mois de juin le plus chaud depuis le début des données, à 0,53 C au-dessus de la moyenne de la période 1981-2010”, a indiqué Copernicus dans un communiqué, après un mois de mai déjà record.

Mais c’est la “chaleur exceptionnelle” sur la Sibérie arctique qui retient l’attention du service européen. La température moyenne y a ainsi atteint jusqu’à 10 C au-dessus des normales saisonnières en juin.

Le 20 juin, une température de 37 C sur une heure a même été estimée en Sibérie orientale, un record à l’intérieur du cercle arctique, selon Copernicus.

Le même jour, dans la même région, la station de la ville russe de Verkhoïansk avait enregistré un pic à 38 C, un possible record de chaleur pour l’Arctique en cours de vérification par l’Organisation météorologique mondiale.

Corpernicus souligne que ces températures “exceptionnelles” sont liées à divers facteurs interagissant, notamment le régime des vents et une couverture neigeuse particulièrement faible.

Au-delà du mois de juin, l’agence insiste sur une période de plusieurs mois consécutifs de températures particulièrement élevées sur certaines régions de Sibérie, depuis décembre.

“Ce qui est inquiétant, c’est que l’Arctique se réchauffe plus vite que le reste du monde”, a commenté Carlo Buontempo, directeur de ce service européen.

“Que la Sibérie occidentale ait connu des températures plus élevées que la normale pendant si longtemps en hiver et au printemps est inhabituelle, et les températures exceptionnellement élevées en Sibérie arctique en juin sont tout aussi inquiétantes”, a-t-il ajouté.

Copernicus a également constaté une augmentation du nombre des incendies et de leur intensité dans l’extrême nord-est de la Sibérie, et dans une moindre mesure en Alaska et dans le Yukon canadien.

“Ce qui est remarquable avec ces incendies en Sibérie est la similarité avec l’année dernière à la même période, en terme de région touchée et d’étendue”, a noté l’expert Mark Parrington.

Selon Copernicus, ces feux ont déjà provoqué l’émission de 59 mégatonnes de CO2 dans l’atmosphère, contre 53 mégatonnes en juin 2019.

L’année 2019 était déjà “très inhabituelle”, a souligné Mark Parrington, craignant une activité “intense” dans les semaines qui viennent en raison des températures et de sols moins humides que la normale.

En raison du réchauffement climatique, la planète a déjà gagné plus de 1 C depuis l’ère pré-industrielle, entraînant une multiplication d’événements météo extrêmes comme les canicules ,sécheresses ou inondations.

2019 a été la deuxième année la plus chaude dans le monde, après 2016, et les experts s’attendent à ce que la température moyenne mondiale batte un nouveau record au cours de la prochaine période quinquennale

Continue Reading

Tendances

INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR