Crise politique : dialogue avec quelle direction ?

17e vendredi de mobilisation consécutif à Alger.

Crédit photo : INTERLIGNES MEDIA | 17e vendredi de mobilisation consécutif à Alger.

Grand Angle (300x600)

Qui dirigera le dialogue ? Alors que l’impasse politique perdure et se corse, des initiatives commencent à prendre forme pour tenter d’amorcer le dialogue attendu depuis plusieurs mois. Mais l’entente sur les personnalités capables de mener cette mission est loin d’être acquise. Les objectifs de ce dialogue divisent toujours.

 

Et il n’y a toujours pas de rapprochement de point de vue entre le pouvoir et l’opposition. Jusqu’à présent, chacune des deux parties rame dans le sens qu’elle souhaite. Les tenants du pouvoir préparent leur liste. Et le Forum civil pour le changement vient de dévoiler la sienne.

En effet, ce forum qui a pris part, le 15 juin dernie, à la conférence des dynamiques de la société civile, a proposé, ce matin, une liste de 13 personnalités susceptibles de chapeauter l’initiative de médiation et de dialogue.

Le panel est composé de personnalités sans appartenance partisane, du moins depuis plusieurs années. On cite notamment deux anciens chefs de gouvernement, Mouloud Hamrouche et Mokdad Sifi, l’ancien président de l’APN Karim Younès et l’ancien ministre et candidat à l’élection présidentielle de 1999 Ahmed Taleb Ibrahimi.

Dans cette liste, il y a aussi les noms de la moudjahida Djamila Bouhired, la constitutionnaliste Fatiha Benabou, le sociologue Nacer Djabi, l’avocat Mustapha Bouchachi ainsi que plusieurs intellectuels et acteurs de la société civile que sont Islam Benattia, Lyes Merabet, Nafissa Lahrèche, Smaïl Lalmas et Aïcha Zenaï.

Certaines de ces personnalités ont confirmé avoir été contactées par le forum, dont Karim Younès, Mustapha Bouchachi, Fatiha Benabou et Nacer Djabi. Cette initiative a été annoncée par le président du forum, Abderrahmane Arar qui précise que les critères retenus pour le choix de ces personnalités sont : avoir un prolongement avec le Hirak, être accepté par la population et le pouvoir, ne pas être impliqué dans les affaires de corruption, ne pas être lié au régime de Bouteflika et n’avoir aucune ambition politique.

Bensalah et Bedoui préparent leur liste

Dans un texte publié mardi sur sa page Facebook, Karim Younès, a fait part de sa disponibilité à figurer dans « l’instance de médiation en gestation ». Mais dans la soirée, le chef de l’Etat par intérim, Abdelkader Bensalah, a rencontré le premier ministre, Noureddine Bedoui, autour de la préparation du dialogue annoncé il y a quelques jours.

A l’issue de cette audience, Abdelkader Bensalah annonce que les «noms des personnalités nationales qui mèneront le dialogue seront incessamment dévoilés». Selon certaines indiscrétions, trois noms seront avancés. Il s’agit de l’ancien chef du gouvernement, Sid Ahmed Ghozali, de l’ancien chef de la diplomatie algérienne, Mohamed Salah Dembri, et de l’ex-chef de la wilaya IV historique, Youcef Khatib.

Des questions s’imposent. Comment concilier les deux positions ? Les personnalités qui se chargeront de la mission pourront-elles convaincre l’ensemble des acteurs de l’opposition et du Hirak d’accepter la démarche ? Wait and see.

Adsence Milieu article