Connect with us

Politique

Crise entre Alger et Paris: Tebboune ne fera pas « le premier pas »

Published

on

Photo : Arslane Bestaoui / DER SPIEGEL
Photo : Arslane Bestaoui / DER SPIEGEL

Le Président algérien Abdelmadjid Tebboune s’est de nouveau exprimé, vendredi, sur la crise entre Alger et Paris qui a été engendrée par les propos du Président français Emmanuel Macron. Dans un entretien accordé au média allemand Der Spiegel, Abdelmadjid Tebboune a indiqué « qu’il ne fera pas le premier pas ».

« Je ne ferai pas le premier pas. Sinon je perdrai tous les Algériens, il ne s’agit pas de moi, mais d’un problème national. Aucun Algérien n’accepterait que je reprenne contact avec ceux qui nous ont insultés », a tranché Abdelmadjid Tebboune dans l’entretien accordé à l’hebdomadaire allemand.

Emmanuel Macron a suscité la colère de l’Algérie en fin septembre dernier après avoir questionné l’existence d’une nation algérienne avant la colonisation française. Ces propos rapportés par Le Monde ont poussé l’Algérie à rappeler son ambassadeur et à fermer son espace aérien aux avions militaires français opérant au Mali.

« Si les Français veulent aller au Mali ou au Niger maintenant, ils devront voler neuf heures au lieu de quatre. Cependant, nous ferons une exception lors du sauvetage des blessés. Mais pour tout le reste, nous n’avons plus à coopérer les uns avec les autres, c’est peut-être juste maintenant. Macron a violé la dignité des Algériens. Nous n’étions pas sous-humains, nous n’étions pas un peuple de tribus nomades avant l’arrivée des Français », s’est insurgé Abdelmadjid Tebboune, soulignant qu’il « n’a aucun regret » de la crise actuelle.

Pour le chef de l’Etat algérien, si Emmanuel Macron a tenu ces propos contre l’Algérie c’est pour des raisons électorales. Au yeux de Tebboune, son homologue français, qui est candidat pour un second mandat lors des présidentielles de 2022, « a repris un discours de l’extrême droite ».

« Je sais que Macron est loin de penser ainsi. Pourquoi a-t-il dit ça ? Je pense que c’était pour des raisons électorales. C’est le même discours que mène depuis longtemps le journaliste d’extrême droite Éric Zemmour », a-t-il dit.

Et de poursuivre: « Macron a relancé complètement inutilement une vieille querelle. Si Zemmour dit quelque chose comme ça, qu’importe, personne n’y prête attention. Mais quand un chef d’Etat déclare que l’Algérie n’était pas une nation à part entière, c’est très grave ».

« Nous voulons une reconnaissance pleine et entière des crimes commis »

Le Président français, Emmanuel Macron, avait déjà tranché en janvier 2021 que la France ne s’excusera pas pour l’Algérie. Mais, Abdelmadjid Tebboune persiste, l’Algérie veut « une reconnaissance pleine et entière des crimes commis par les français ».

« Notre pays n’a pas besoin des excuses de Macron pour quelque chose qui s’est passé en 1830 ou 1840, mais nous voulons une reconnaissance pleine et entière des crimes commis par les Français », a plaidé Abdelmadjid Tebboune auprès de Der Spiegel.

Et d’ajouter: « Macron l’a déjà fait. En 2017, il a déclaré publiquement que la colonisation était un crime contre l’humanité ».

Cependant, poursuit Abdelmadjid Tebboune, en tenant ces derniers propos « Macron s’est rangé du côté de ceux qui justifient la colonisation ».

Continue Reading
Advertisement
Comments
INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR