Création d’une société mixte entre sonatrach et total

Hydrocarbures : Sonatrach explore du pétrole dans le Nord

Crédit photo: DR | Siège Sonatrch à Alger

Une convention entre Sonatrach et le groupe français Total a été signée jeudi à Oran pour la création d’une joint-venture permettant la réalisation d’un complexe de polypropylène à Arzew (Est d’Oran).

 

 

La cérémonie de signature s’est déroulée en présence du P-dg de Sonatrach, Abdelmoumen Ould Kaddour, de cadres du groupe pétrolier national et des autorités locales, ainsi que du Directeur général de Total Algérie, Jean Pascal Clémençon et de cadres du groupe français.

Ce projet pétrochimique comprend une usine de déshydrogénation de propane (PDH) et une unité de production de polypropylène (PP) d’une capacité de 550.000 tonnes par an. Le projet représente un investissement d’environ 1,4 milliard USD pour les deux partenaires.

Les P-dg des deux entreprises, Abdelmoumen Ould Kaddour et Patrick Pouyanné, ont signé dimanche 7 octobre à Alger le pacte d’actionnaires de la société commune, Sonatrach Total Entreprise Polymère (STEP détenue à 51 % par Sonatrach et à 49 % par Total).

La STEP se chargera également de commercialiser le produit, souligne-t-on. Pour ce qui est du financement, 30% seront constitués de fonds propres, tandis que la BNA assurera 70% par emprunts bancaires. Il s’agit du premier complexe de production de polypropylène en Algérie qui sera réalisée dans un délai de 36 mois. Il couvrira les besoins du pays en la matière actuellement importée.

650 millions USD

L’usine produira 500.000 tonnes sur la période 2018-2023 avec une facture estimée à plus de 650 millions USD. Durant la phase d’exploitation, quelque 300 postes seront créés, a-t-on indiqué.

A ce titre, Toufik Hakkar, vice-président business, développement et marketing (BDM) de Sonatrach et M’hamed Kherroubi, vice-président chargé des finances, ont tous deux souligné l’importance de ce projet pour l’économie nationale dans la mesure où il contribuera à réduire l’importation de cette matière et qui représente, également, un grand potentiel d’exportation.

De son côté, le P-dg de la BNA, Abboud Achour, s’est dit fier de contribuer à un projet « aussi ambitieux que celui de ce complexe qui représentera une réelle valeur ajoutée pour l’économie algérienne ».

Il est à noter que cette convention a été signée, du côté algérien, par le vice-président BDM de Sonatrach, Toufik Hakkar, du vice-président chargé des Finances, M’hamed Kharroubi, du P-dg de la BNA, Abboud Achour et du directeur des domaines d’Oran, Belhadj Djelloul Benaissa.

Du côté français, le document a été paraphé par le Directeur général de Total Algérie, Jean Pascal Clémençon, et Vincent Goud, directeur financier de ce groupe pétrolier.