Connect with us

Politique

Covid-19: Benbouzid et l’ambassadeur russe évoquent l’état de disponibilité du vaccin

Avatar

Published

on

© DR |

Le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Abderrahmane Benbouzid a évoqué, lors d’une audience accordée à l’ambassadeur de la Fédération de Russie en Algérie, Igor Beliaev, l’état de disponibilité du vaccin dans les laboratoires russes et la grande avancée réalisée dans sa production par le Centre national russe de recherche en épidémiologie et microbiologie, indique mercredi un communiqué du ministère.

Lors de cette audience qui s’est déroulée en présence du ministre délégué chargé de la Réforme hospitalière, Pr. Ismail Mesbah, les deux parties ont évoqué “la situation épidémiologique prévalant actuellement dans le monde suite à la propagation de la pandémie de la Covid-19”.

A cet effet, le ministre a rappelé les “instructions du président de la République afin que l’Algérie soit parmi les premiers pays acquéreurs du vaccin anti covid-19, pour la préservation de la santé des citoyens”.

Les deux parties ont également évoqué “l’état de disponibilité du vaccin au niveau des laboratoires russes”, précise le communiqué. L’ambassadeur a souligné dans ce cadre “la grande avancée réalisée dans la production du vaccin anti covid-19 au niveau du centre national russe de recherche en épidémiologie et microbiologie (Gamaleya), dont l’enregistrement avait été annoncé et sera disponible sur le marché international fin 2020 voire début 2021″.

La rencontre qui s’est tenue en présence de la directrice générale de la pharmacie et des équipements médicaux et du directeur de l’Institut Pasteur-Algérie a abordé “l’élargissement et le renforcement des domaines de coopération bilatérale dans le domaine de la santé”.

A cette occasion, l’ambassadeur russe s’est réjoui “du chaleureux accueil qui lui a été réservé” saluant les “relations privilégiées et ancestrales entre les deux pays”, conclut le communiqué.  

Politique

La peine de Zakaria Boussaha réduite, en appel, à 8 mois de prison ferme

Yasmine Marouf-Araibi

Published

on

© DR |

La peine de Zakaria Boussaha a été réduite ce mercredi par la Cour d’appel d’Annaba à un an de prison dont huit mois ferme et quatre mois avec sursis, annoncent ses avocats. Il a été condamné le 21 juillet à un an de prison ferme et 100,000 DA d’amende.

Actuellement détenu à la prison de l’Allelick à Annaba depuis le 14 avril dernier, Zakaria Boussaha est poursuivi pour “publications ayant pour but de porter atteinte à l’intérêt national” et “incitation directe à attroupement non armé”, entre autres chefs d’inculpation. Selon ses avocats, Zakaria Bousaha quittera la prison le 14 décembre prochain.

Lors du procès en appel qui s’est déroulé le 16 septembre à la Cour d’Annaba après plusieurs reports, le parquet avait demandé de durcir la condamnation de première instance à savoir : un an de prison ferme et 100,000 DA d’amende.

Rappelons, en outre, que lors du procès de première instance qui s’est déroulé le 14 juillet, le procureur de la république près le tribunal d’El-Hadjar avait requis 3 ans de prison ferme et 300.000 DA d’amende.

Notons, par ailleurs, que Zakaria Boussaha a été condamné dans une autre affaire à 400.000 DA dont 200.000 DA d’amende et 200.000 DA de dommages et intérêts qui devront être allouer à la partie civile du procès qui le poursuit pour “outrage à corps constitué”.

Le procès en appel de cette deuxième affaire est programmé pour le 14 octobre, selon le comité national pour la libération des détenus (CNLD).

Continue Reading

Politique

Cour d’Alger: le journaliste Belkacem Djir relaxé

Yasmine Marouf-Araibi

Published

on

Le journaliste Belkcem Djir a été relaxé ce mercredi par la Cour d’Alger, annonce l’avocate Fatiha Rouibi. Il a été condamné, le 28 juin dernier, à 3 ans de prison ferme par le tribunal de Bir Mourad Rais.

Emprisonné depuis juillet 2019, Belkacem Djir était poursuivi pour “usurpation d’identité et chantage”.

Belkacem Djir était également poursuivi pour “atteinte au moral des troupes de l’armée” mais, la chambre d’accusation de la cour d’Alger (Ruisseau) a prononcé, en avril dernier, un non-lieu et a abandonné l’accusation contre lui.

Continue Reading

Politique

Affaire des frères Kouninef: le tribunal de Sidi M’hamed rend son verdict

Yasmine Marouf-Araibi

Published

on

© DR |

Des peines allant de 12 ans à 20 ans de prison ferme ont été prononcées ce mercredi à l’encontre des frères Kouninef qui sont poursuivis pour “trafic d’influence”, “blanchiment d’argent”, “obtention d’indus avantages”, “détournement de fonciers et de concessions”, et “non respect des engagements contractuels dans la réalisation de projets publics”.

En effet, Réda Kouninef a été condamné à 16 ans de prison ferme. Karim-Abdelkader a été condamné à 12 ans et Tarek-Nouh à 15 ans de prison ferme tandis que leur soeur Souad-Nour Kouninef, jugée en contumace, a écopé de 20 ans de prison ferme avec émission d’un mandat d’arrêt international à son encontre.

Le gérant du groupe KouGC, dont ils sont les propriétaires, Keddour Ben Tahar, est lui condamné à 8 ans de prison ferme.

Les cinq prévenus devront également s’acquitter d’une amende de 8 millions de DA.

Pour rappel, le parquet général près le tribunal de Sidi M’hamed a requis, le 12 septembre, 18 ans de prison ferme à l’encontre de Réda, 15 ans à l’encontre de Tarek-Nouh et Abdelkader-Karim et 10 ans à l’encontre de Keddour Ben Tahar.

Une peine de 20 ans de prison ferme a été demandée contre leur soeur, Souad-Nour, qui est en fuite à l’étranger.

Une amende de 8 millions de DA a également été requise contre chacun des prévenus.

Continue Reading
Advertisement

Tendances