Suivez-nous

Politique

Corruption: La cour-suprême prend la main sur les dossiers de plusieurs ex-hauts responsables

Yasmine Marouf-Araibi

Publié

le

©DR| cour suprême

En vue de leur traitement ,la Cour d’Alger a transmis à la Cour suprême, ce mercredi 11 mars, les dossiers de six affaires liées à la corruption et impliquant plusieurs ex-hauts responsables, a annoncé l’ENTV.

La première affaire transmise à la Cour suprême concerne la société “SNC Lavallin” et implique l’ancien ministre de l’Energie et des mines, Khelil Chakib Mohamed ainsi que l’ancien PDG de Sonelgaz Noureddine Bouterfa.

La deuxième affaire concerne la société “Batigec” et dans laquelle deux anciens ministres sont cités à savoir Abdelwahid Temmar, ancien ministre de l’Habitat et Mohamed Benmeradi, ancien directeur général des domaines et ancien ministre du Commerce.

La troisième affaire concerne la société “BRC”. Le nom de l’ancien ministre de l’énergie et des mines, Chakib Khelil est aussi cité dans cette affaire.

La quatrième affaire: le complexe Corso, elle implique Djamila Tamazirt, ex-ministre de l’industrie dans le gouvernement Bedoui.

La cinquième affaire concerne l’homme d’affaires Metidji Hocine Mansour et implique l’ancien premier ministre Abdelmalek Sellal et Rahyal Mustapha Karim, ancien directeur de cabinet du Premier ministre.

Dans la sixième et dernière affaire implique l’ancienne ministre de la poste et des TIC Imane Houda Feraoun Ce dossier concerne l’opérateur Algérie Télécom.

Publicité
4 Commentaires

4 Commentaires

  1. Avatar

    Mellah hocine

    11 mars 2020 à 17:10

    Au final , tout le système Bouteflika est poursuivi pour confiscation de pouvoir , détournement et corruption. Ce système ,aussi pourri, reste toujours d’actualité puisque des hommes et des femmes exercent encore .

    • Avatar

      Caton l'ancien

      11 mars 2020 à 23:10

      Et il ne faut surtout pas oublier le noeud gordien de la mise en faillite du pays, la caution, les acolytes de la momie, les généraux analphabètes voleurs amoraux et immoraux de l’état-major, car sans eux le peuple ne fera qu’une bouchée du reste.

  2. Avatar

    Caton l'ancien

    11 mars 2020 à 23:20

    Nous disons à Tebboune qu’on attend toujours la convocation de la momie au tribunal pour être jugé pour aute trahison, celui à qui il est allé rendre une visite de courtoisie il y a quelques jours; cet acte est juridiquement qualifié d”intelligence avec l’ennemi” car la momie a bien été l’ennemi numéro 1 du pays.

    • Avatar

      Caton l'ancien

      11 mars 2020 à 23:22

      …pour haute trahison…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Politique

Conseil des droits de l’Homme : Aicha Zinai démissionne et dénonce

Melissa NAIT ALI

Publié

le

© DR | Aicha Zinai démissionne du CNDH

Le conseil national des droits de l’homme (CNDH) enregistre une première défection. Un de ses membres annonce son retrait et dénonce « l’incapacité de cette institution d’assumer ses missions » et « l’emprise de l’administration sur cette instance». Il s’agit d’Aicha Zinai qui vient de rendre publique sa décision dans un post publié sur sa page Facebook.

Cette membre du CNDH bien avant la nomination de Bouzid Lezhari à sa tête, révèle un mode de fonctionnement tout à fait dépendant de cette institution. Elle affirme ainsi que son retrait « intervient après la ferme conviction que cette institution ne peut pas accomplir ses missions constitutionnelles et légales dans sa configuration actuelle ».

« Malheureusement, cela se produit à l’ombre du Hirak qui s’est soulevé contre les pratiques contraire à l’Etat de Droit. Il est aussi regrettable que cela se produise sous l’ère du président Tebboune qui n’a pas cessé d’insister, dans ses discours, sur le respect des droits de l’homme », explique-t-elle.

Aicha Zinai soutient que le CNDH demeure « sous l’emprise de l’administration, dont la mission devrait seulement se limiter à la gestion administrative et financière ». Cette démission intervient au lendemain de la publication, par Bouzid Lezhari, d’un communiqué dans lequel il défend le parquet près la Cour d’Alger dans l’affaire Karim Tabbou, condamné lors d’un simulacre de procès en appel à 1 an de prison ferme.

Au lieu d’enquêter sur ce scandale judiciaire, dénoncé au niveau international, le président du CNDH n’a rien trouvé que de reprendre, avec pratiquement les mêmes mots, le communiqué du parquet en dépit des affirmations erronées qu’il contenait.

« Le refus du report du procès de Karim Tabbou par la Cour d’Alger relève légalement du ressort exclusif de cette juridiction. Il n’existe pas sur le plan international ce qui oblige la justice à approuver les demandes de report de toutes les parties à la cause », estime l’institution, présidée par Bouzid Lezhari.

Ce dernier est allé jusqu’à démentir les affirmations des avocats concernant l’Etat de santé de Karim Tabbou. « Il a subi des examens médicaux effectués en premier lieu par le médecin de l’infirmerie de la Cour, puis par un groupe de spécialistes qui ont été chargés par la Direction générale de l’administration pénitentiaire et de la réinsertion. Ces spécialistes ont unanimement affirmé que l’intéressé ne souffre d’aucune maladie pouvant entraver sa comparution au procès, notamment les symptômes d’un accident vasculaire cérébral (AVC) », argue-t-il.

Cette réaction du CNDH a été largement condamné par les organisations des droits de l’homme et par l’ordre des avocats.

La démission d’Aicha Zinai pourrait avoir un lien avec cette scandaleuse prise de position, même si elle ne l’évoque pas dans son communiqué.

Lire la suite

Politique

Le journaliste Khaled Drareni placé sous mandat de dépôt à la prison d’El Harrach

Yasmine Marouf-Araibi

Publié

le

© DR | Le journaliste Khaled Drareni

Le placement sous mandat de dépôt du journaliste Khaled Drareni vient d’être exécuté par la Cour d’Alger. Il sera transféré à la prison d’El Harrach, ont indiqué ses avocats ce dimanche 29 mars.

Selon l’avocat Hafid Tamert, Khaled Drareni a été présenté devant le procureur près le tribunal de Sidi M’hamed, il a été transféré par la suite à la Cour d’Alger, peu avant 11h, pour exécution de son mandat de dépôt. Une mesure décidée conte lui le 25 mars après  l’annulation par la chambre d’accusation de la cour d’Alger du contrôle judiciaire dont il faisait l’objet depuis le 10 mars dernier.

C’est lors d’une marche populaire qui s’est déroulée le 07 mars dernier que Khaled Drareni a été arrêté alors qu’il exerçait son métier de journaliste. Depuis, il a été placé en garde-à-vue et présenté devant le procureur près le tribunal de Sidi M’hamed pendant trois jours consécutifs. Au bout de la troisième présentation, soit le 10 mars, le procureur a ordonné la libération de Khaled Drareni sous contrôle judiciaire pour  «incitation à attroupement non armé» et «atteinte à l’intégrité nationale».

Le mercredi  25 mars après un appel introduit par les avocats pour annuler la mesure du contrôle judiciaire ordonnée contre Khaled Drareni, la chambre d’accusation près la Cour d’Alger a décidé, contre toute attente, de durcir la peine du journaliste en ordonnant la mise sous mandat dépôt à la place du contrôle judiciaire. 

Ainsi, alors que le monde marque une trêve sanitaire à cause de la propagation inquiétante du coronavirus, l’Algérie se dresse contre les instructions de l’organisation mondiale de la Santé ainsi que la Haut-Commissaire aux droits de l’Homme de l’ONU Michelle Bachelet qui exhortent à réduire le nombre de personnes en détention.

Ne pouvant organiser de sit-in en soutien à leur collègue comme lors de sa première arrestation, plus de 200 journalistes ont lancé une pétition appelant à la libération de Khaled Drareni.

Lire la suite

Politique

Tribunal de Bir Mourad Rais : Deux ans de prison ferme requis contre le journaliste Sofiane Merakchi

Yasmine Marouf-Araibi

Publié

le

© DR | le journaliste Sofiane Merakchi

Le parquet près le tribunal de Bir Mourad Rais a requis deux ans de prison ferme contre le journaliste Sofiane Merkachi, assortis d’une amende “de cinq fois le coût” de son matériel saisi, a indiqué le comité national pour la libération des détenus (CNLD) ce dimanche 29 mars.

Le journaliste et correspondent de la chaîne libanaise “Al maydeen” est placé en détention préventive depuis le 26 septembre 2019. Selon ses avocats la justice algérienne lui reproche d’avoir fourni des images des manifestations populaires à des médias étrangers notamment à la chaîne télévisée Al Jazeera.

Après plus de six mois de détention, les deux journalistes Sofiane Merkachi et Belkacem Djir avaient décidé, en janvier dernier, d’entamer une grève de la faim pour contester le gel de leur affaire et réclamer une programmation de leur procès. “Nous, Sofiane Merakchi et Belkacem Djir, avons décidé d’entamer une grève de la faim car après notre arrestation et notre placement en détention provisoire depuis plus de six mois, toutes les demandes de remise en liberté provisoire qui ont été formulées par nos avocats ont été rejetées” avaient déclaré les deux journalistes en janvier dernier.

Il est à mentionner que le procès de Sofiane Merkachi se déroule alors qu’un autre journaliste est présenté devant la justice, à savoir Khaled Drareni. Celui-ci est présenté devant la Cour d’Alger ce dimanche pour exécution de son placement sous mandat de dépôt décidé contre lui le 25 mars dernier pour «incitation à attroupement non armé» et «atteinte à l’intégrité nationale».

Lire la suite

Tendances

INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR