Connect with us

Politique

Corruption: La cour-suprême prend la main sur les dossiers de plusieurs ex-hauts responsables

Yasmine Marouf-Araibi

Published

on

©DR| cour suprême

En vue de leur traitement ,la Cour d’Alger a transmis à la Cour suprême, ce mercredi 11 mars, les dossiers de six affaires liées à la corruption et impliquant plusieurs ex-hauts responsables, a annoncé l’ENTV.

La première affaire transmise à la Cour suprême concerne la société “SNC Lavallin” et implique l’ancien ministre de l’Energie et des mines, Khelil Chakib Mohamed ainsi que l’ancien PDG de Sonelgaz Noureddine Bouterfa.

La deuxième affaire concerne la société “Batigec” et dans laquelle deux anciens ministres sont cités à savoir Abdelwahid Temmar, ancien ministre de l’Habitat et Mohamed Benmeradi, ancien directeur général des domaines et ancien ministre du Commerce.

La troisième affaire concerne la société “BRC”. Le nom de l’ancien ministre de l’énergie et des mines, Chakib Khelil est aussi cité dans cette affaire.

La quatrième affaire: le complexe Corso, elle implique Djamila Tamazirt, ex-ministre de l’industrie dans le gouvernement Bedoui.

La cinquième affaire concerne l’homme d’affaires Metidji Hocine Mansour et implique l’ancien premier ministre Abdelmalek Sellal et Rahyal Mustapha Karim, ancien directeur de cabinet du Premier ministre.

Dans la sixième et dernière affaire implique l’ancienne ministre de la poste et des TIC Imane Houda Feraoun Ce dossier concerne l’opérateur Algérie Télécom.

Advertisement
4 Comments

4 Comments

  1. Avatar

    Mellah hocine

    11 mars 2020 at 17:10

    Au final , tout le système Bouteflika est poursuivi pour confiscation de pouvoir , détournement et corruption. Ce système ,aussi pourri, reste toujours d’actualité puisque des hommes et des femmes exercent encore .

    • Avatar

      Caton l'ancien

      11 mars 2020 at 23:10

      Et il ne faut surtout pas oublier le noeud gordien de la mise en faillite du pays, la caution, les acolytes de la momie, les généraux analphabètes voleurs amoraux et immoraux de l’état-major, car sans eux le peuple ne fera qu’une bouchée du reste.

  2. Avatar

    Caton l'ancien

    11 mars 2020 at 23:20

    Nous disons à Tebboune qu’on attend toujours la convocation de la momie au tribunal pour être jugé pour aute trahison, celui à qui il est allé rendre une visite de courtoisie il y a quelques jours; cet acte est juridiquement qualifié d”intelligence avec l’ennemi” car la momie a bien été l’ennemi numéro 1 du pays.

    • Avatar

      Caton l'ancien

      11 mars 2020 at 23:22

      …pour haute trahison…

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Politique

Le ministre de la Jeunesse et des Sports : Toufik Makhloufi n’est pas abandonné par les autorités

Yasmine Marouf-Araibi

Published

on

© DR | Toufik Makhloufi

Bloqué depuis quatre mois en Afrique du Sud, Toufik Makhloufi a interpellé, samedi 4 juillet, les autorités algériennes sur sa situation en dénonçant le manque de considération à son égard. Aujourd’hui, le ministre de la Jeunesse et des Sports, Sid Ali Khaldi, lui répond, une nouvelle fois, en assurant que l’athlète n’est pas abandonné par les autorités.

Invité ce lundi à l’émission radiophonique “l’invité du matin”, le ministre assure être en contact “régulier” avec Toufik Makhloufi et dit comprendre “parfaitement son envie de rentrer au pays à l’instar de nos compatriotes qui se trouvent bloqués un peu partout dans le monde, mais dire qu’il est abandonné par les pouvoirs publics c’est complètement faux ».

“Tous les moyens sont mis”, assure M. Sid Ali Khaldi, Selon lui, le champion olympique du 1500 mètre est “bénéficiaire d’une bourse et je pense qu’il est dans de très très bonnes conditions et nous sommes en contact régulier avec M. Makhloufi”.

Via un tweet, Toufik Makhloufi a essayé à la date du 4 juillet d’attitrer l’attention des autorités publiques sur son blocage en Afrique du Sud à cause de la fermeture des frontières comme mesure préventive contre le coronavirus.

“Cela fait quatre mois que je suis bloqué en Afrique du Sud, ni rapatriement ni même un geste qui s’en rapproche de la part de l’État algérien pour me permettre de retourner au pays. Cela démontre que je n’ai aucune valeur comme citoyen algérien et même en tant que champion olympique qui a défendu et honoré le drapeau algérien”, a-t-il écrit avant d’ajouter “je n’ai pas écrit ces mots pour susciter la compassion”.

La réponse du ministre de la Jeunesse et des sports n’a pas tardé à venir. A travers un post diffusé sur Facebook, le premier responsable du secteur sportif a écrit : “je suis de près la situation dans laquelle se trouve notre héros olympique Taoufik Makhloufi avec qui, d’ailleurs, je suis en contact permanent. Nous veillons en tant que ministère à assurer son confort et les conditions de son hébergement, à l’instar des athlètes qui se trouvent aussi bloqués à Nairobi et au Kenya et les nageurs algériens à Montréal”.

“En dépit de la situation sanitaire et de la fermeture des espaces aériens, l’État algérien continuera à redoubler d’effort pour rapatrier les athlètes algériens bloqués à l’étranger dès que les conditions le permettront”, a-t-il ajouté.

Continue Reading

Politique

Tebboune présidera mardi une séance de travail sur l’élaboration du plan de relance socioéconomique

Avatar

Published

on

By

© DR | Le président de la République Abdelmadjid Tebboune

Le Président de la République, Abdelmadjid Tebboune présidera, mardi, une séance de travail regroupant le Premier ministre et les membres du Gouvernement concernés par l’élaboration du plan national de relance socioéconomique, a indiqué la Présidence de la République lundi dans un communiqué.

Cette séance de travail sera également l’occasion de débattre de “tous les aspects de la nouvelle approche socioéconomique en prévision de sa présentation pour adoption lors du prochain Conseil des ministres”, a conclu la même source.

Continue Reading

Politique

Bouira : Les 13 manifestants arrêtés le vendredi 19 juin relaxés

Yasmine Marouf-Araibi

Published

on

Les 13 manifestants arrêtés lors de la marche du vendredi 19 juin à Bouira ont été relaxés ce lundi 6 juillet, annonce le comité national pour la libération des détenus (CNLD).

Les 13 manifestants ont été arrêtés lors de la marche du vendredi 19 juin et présentés devant le tribunal de Bouira le 21 juin. Ils ont ensuite été présentés devant le juge d’instruction, celui-ci a décidé de libérer six d’entre eux et placer sous mandat de dépôt les sept autres en attendant leur procès.

Lors du procès qui s’est déroulé le 29 juin parquet avait requis un an de prison ferme assorti d’une amende de 100.000 DA pour chacun d’entre eux pour «attroupement non armé» et «exposition de la vie d’autrui au danger». Le verdict a été renvoyé à ce lundi 06 juin.

Continue Reading

Tendances

INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR