Connect with us

Société

Coronavirus : “Toutes les institutions sanitaires du pays, ne disposent pas des moyens élémentaires de protection”

Yasmine Marouf-Araibi

Published

on

© DR | Coronavirus

Après le Discours du Président Abdelmadjid Tebboune qui n’a pas convaincu les Algériens à causes des mesures “légères” annoncées face à une pandémie qui met le monde entier à l’arrêt, les syndicats de la santé dénoncent les “fausses déclarations” du ministre de la santé et alertent sur le “manque des équipements les plus simples” qui leurs permettront de faire leur travail.


“Nous avons besoin de Gants, masques (bavettes), gel Hydroalcoolique et des tenues jetables”. Les appels à l’aide par les personnels de la santé se multiplient dans plusieurs hôpitaux, notamment à Blida, la région la plus touchée par l’épidémie.

Le manque de moyens dans les hôpitaux effraie les algériens autant que les personnels soignants. C’est la raison qui a poussé une partie de la population à l’auto-confinement, même si officiellement, les dirigeants annoncent que “la situation est maîtrisée”. Le nombre de cas positifs au Covid-19 et le nombre de décès ne cesse de s’accroître, et l’institut Pasteur à Alger est dépassé, vu sa capacité limitée, en attendant l’ouverture des deux centres à Oran et Constantine.

Si, lors des différentes sorties médiatiques, les dirigeants ont “rassuré” de la disponibilité suffisante des matériaux médicaux pourfaire face à la pandémie que provoque le Covid-19, la réalité dit une toute autre chose. Les chiffres de matériels disponibles avancés par le gouvernement, sont fort doutés par la population et démentis par le corps médical.

Plusieurs médecins ont dénoncé le manque de moyens terrible dans les hôpitaux algériens et ont sensibilisé les citoyens à rester chez eux, soulignant que “le confinement est la seule mesure efficace pour endiguer puis stopper la propagation du coronavirus”. Si le SARS CoV-2 continue à se propager sur le sol national, “le personnel médical ne peut rien faire pour vous à cause du manque de moyens matériels et humains” affirme une femme médecin qui fond en larme en suppliant les citoyens à rester chez eux.

Face à ce cumule de contraintes dans tous les structures sanitaires, Le syndicat National des Praticiens de Santé Publiques (SNPSP) a dénoncé à travers un communiqué, “le manque des équipement les plus simples”, tels que les masques, les bavettes, les gants ainsi que les gels désinfectants“, appelant le ministère à ” prendre les mesures nécessaires afin de fournir ses moyens nécessaires au travail comme à la prévention contre la contamination”.

Dans le même sens, le syndicat National Autonome des Agents Médicaux Anesthésistes et de Réanimation de la Santé Publique (SNAAMARSP) a démenti les déclarations “fausses” et “exagérées” du ministère de la Santé et qui font état de la disponibilité des moyens dans les institutions sanitaires. “Toutes les institutions sanitaires du pays, ne disposent pas des moyens élémentaires de protection tels que les masques et les gants”, a dénoncé le syndicat dans un communiqué.

Face à la gravité de la situation, et grâce au travail de communication des médecins qui ont tiré la sonnette d’alarme même si certains d’entre eux ont été harcelés par leurs directions, les algériens ont finalement compris la gravité de la situation et ont répondu favorablement aux appels des ces praticiens de la santé qui ont demandé aux gens de rester chez eux. Pour preuve, même la marche hebdomadaire du Hirak, qui coïncidait avec le 57e vendredi, n’a pas eu lieu.
Sur les réseaux sociaux, principal canal de sensibilisation, le hashtag “#Reste_Chez_Toi” a été lancé sur Facebook comme sur Twitter afin d’inciter la population à rester insensibles à la mesure du confinement.




Continue Reading
Comments
INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR