Suivez-nous

Santé

Coronavirus : M. Benbouzid défend le choix de l’Algérie d’adopter la chloroquine

Avatar

Publié

le

© DR | Abderrahmane Benbouzid à la Radio chaîne III

Le ministère de la Santé, Abderrahmane Benbouzid a défendu le recours de l’Algérie à la chloroquine pour traiter le coronavirus, estimant que l’Algérie n’a “pas d’autres choix”.

“Nous ne sommes pas dans l’erreur”, a-t-il déclaré à  la presse en marge d’une vidéo conférence avec un expert du ministère chinois de la santé.

Selon M. Benbouzid, l’approche thérapeutique adoptée par l’Algérie a été “validée par le comité scientifique” installé par le président de la République, Abdelmadjid Tebboune.

“Le choix de cet antipaludique pour soigner les malades atteints du Covid-19 s’est fait au regard des expériences menées dans d’autres pays qui ont un système de santé de qualité”, a-t-il expliqué, citant, à ce titre, le cas de la Chine qui “semble avoir réussi à contenir l’épidémie”.

Evoquant le débat actuel autour de la chloroquine, le ministre a affirmé que les scientifiques restent encore partagés sur le réel potentiel de cette molécule.

Toutefois, il a estimé que “lorsque nous sommes face à une situation aussi dramatique et grave, nous avons besoin d’orientation et de partage d’expériences”.

Si le traitement à base de chloroquine, a-t-il poursuivi, “ne donne pas de résultats satisfaisants, il ne fera pas de mal”.

Pour sa part, le Pr Smail Mesbah, membre du comité scientifique de l’évolution de la pandémie du nouveau coronavirus a assuré que le “protocole thérapeutique présenté aujourd’hui par les chinois s’est avéré celui pour lequel l’Algérie a opté”.

Il a précisé, à ce propos, que ce traitement fait l’objet d’une “surveillance médicale stricte” et d’une “évaluation”.

“Actuellement, le protocole mis en place est destiné aux personnes qui sont considérées comme des personnes à risque et qui ont des pathologies chroniques associées quelle que soit leur forme. Il est destiné également aux patients qui ont des formes compliquées ou sévères”, a-t-il rappelé.

Il a souligné, à ce titre, que  ce traitement est “encadré dans le milieu hospitalier par des spécialistes dans les services qui prennent en charge les personnes atteintes par le Covid-19”.

Selon le Pr Mesbah, le comité scientifique mène également une évaluation de ce protocole pour apprécier “ses effets sur le plan efficacité”.

“Certaines études, ailleurs, ont montré son efficacité. L’expérience algérienne à travers le suivi et l’évaluation de ce protocole, nous permettra d’apporter notre contribution à la connaissance dans ce domaine”, a-t-il ajouté.


Santé

EPH Boufarik : Montée de tension entre le personnel soignant et Dr. Mohamed Yousfi

Yasmine Marouf-Araibi

Publié

le

© DR | Hôpital de Boufarik

Un nouveau sit-in a été tenu aujourd’hui à l’EPH de Boufarik pour réclamer le départ du chef du service d’ infectiologie, Dr Mohamed Yousfi à qui on reproche de gérer la pandémie du coronavirus “par des décisions politiques”.

Quelques dizaines de médecins ont protesté, ce dimanche 29 mars, dans l’enceinte de l’EPH de Boufarik afin de réclamer le départ du Dr. Mohamed Yousfi, chargé de la direction du service d’infectiologie. Cette nouvelle protestation marque la montée de tension entre les deux cotés, puisque un autre sit-in a été organisé le jeudi 26 mars dans le même but.

Les protestataires dénoncent l’absence de Dr. Yousfi. Selon eux, ils sont seuls face à la pandémie du coronavirus. Lors du sit-in du 26 mars le représentant des travailleurs Dr. Noureddine Oukara, a dénoncé l’absence du directeur, d’après lui, «  sa porte est toujours fermée, il ne reçoit ni le personnel ni les malades » s’est-il écrié.

Sa mauvaise gestion de la pandémie du coronavirus a aussi été pointée du doigt, Selon le docteur Saloua Himed, Dr Mohamed Yousfi “gère la pandémie mondiale par des décisions politiques sans consulter le conseil de santé ni le personnel médical ».

Cette tension intervient alors que l’hôpital de Boufarik subit une grande pression à cause de la pandémie du Coronavirus. 220 cas sur les 511 cas recensés ont été enregistrés à la wilaya de Blida considérée jusqu’à maintenant comme la région du pays la plus touchée par la pandémie mondiale.

Lire la suite

Santé

Rééditant l’expérience de la Chloroquine : La Russie annonce avoir développé un traitement contre le Covid-19

Melissa NAIT ALI

Publié

le

© DR | Marseille (Bouches-du-Rhône), le 26 février. L’IHU Méditerranée Infection teste l’effet de la chloroquine, un antipaludéen, contre le Covid-19
© DR | , La Russie a développé un médicament contre le Covid-19

La Russie annonce, à son tour, le lancement d’un traitement contre le Covid-19. S’inspirant des expériences chinoises et françaises ayant testé efficacement un médicament à base de l’antipaludique la Chloroquine, le Centre de recherche et de production Pharmazachita russe, met en place un schéma thérapeutique basé sur le Méfloquine.

«Le Centre de recherche et de production Pharmazachita, se référant à l’expérience chinoise et française, a développé un schéma thérapeutique pour lutter contre le coronavirus qui est basé sur le médicament antipaludique Méfloquine», indique un communiqué de l’Agence russe des médicaments.

Selon la même source, ce «médicament à haute sélectivité bloque l’effet cytopathique du coronavirus dans les cellules et inhibe sa réplication, alors que les effets immunosuppressifs du Méfloquine bloquent l’inflammation provoquée par le virus».

«L’ajout de macrolides et de pénicillines synthétiques empêchera non seulement la formation d’un syndrome bactérien et viral secondaire, mais permettra également d’augmenter la concentration d’agents antiviraux dans le plasma sanguin et les poumons, ce qui fournira un traitement efficace aux patients atteints de coronavirus de gravité variable», explique la même agence.

La Russie annonce aussi, en début de la journée, avoir certifié un nouveau test de dépistage permettant de déceler la présence du Covid-19 en 90 minutes. Selon le site officiel russe de la lutte contre le coronavirus, «les tests ont une sensibilité très élevée de 10 puissance 2».

La mise en service de test, indique également la même source, est prévue pour le 30 mars. « Il est envisagé d’en produire 1.000 par semaine, chacun capable de réaliser 100 analyses. Cela permettra ainsi de tester 100.000 personnes en sept jours. Il est également prévu d’augmenter la production jusqu’à 2.000 tests par semaine », explique-t-on.

Lire la suite

Santé

Coronavirus : Une équipe médicale chinoise demain à Alger

Yasmine Marouf-Araibi

Publié

le

Une équipe médicale chinoise composée de 21 personnes atterrira demain à Alger pour aider l’Algérie dans sa lutte contre le coronavirus, a-t-on appris d’une source sûre.

Pays d’origine du coronavirus, la Chine a décidé d’apporter son soutien et expérience à l’Algérie dans sa lutte contre la pandémie. Une équipe médicale composée de 13 médecins et 08 professionnels de la santé, tous expérimentés dans la lutte contre le covid-19, a été mobilisée en Algérie.

L’équipe n’arrivera pas seule, puisque le premier lots de dons promis par la Chine à l’Algérie sera acheminé par le même avion qui transportera les 13 médecins et 08 professionnels de la santé .

Rappelons que l’ambassadeur chinois en Algérie, Li Lianhe, a déclaré, mardi dernier, que des aides médicales expédiées par la Chine sont en cours d’acheminement à l’Algérie. «Le gouvernement chinois et plusieurs Etat de la chine, ainsi que des hommes d’affaires chinois qui travaillent en Algérie ont préparé des aides pour l’Algérie” a annoncé Li Lianhe dans une déclaration à la télévision nationale.

Lire la suite

Tendances

INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR