Connect with us

Monde

Coronavirus: le vaccin en développement par Sanofi et GSK ne sera pas prêt avant la fin 2021

Feriel Bouaziz

Published

on

Le vaccin anti-covid-19 en développement par les deux laboratoires Sanofi et GSK ne serait prêt pour utilisation qu’avant la fin 2021, pour cause de résultats “moins bons qu’espéré” des premiers essais cliniques, ont annoncé ce vendredi les deux entreprises pharmaceutiques.

En effet, la conduite du programme “est retardée afin d’améliorer la réponse immunitaire chez les personnes âgées“, indiquent les groupes dans un communiqué.

Les deux groupes pharmaceutiques franco-britanique, comptent aujourd’hui sur une mise à disposition d’un vaccin anti-covid disponible vers la fin de l’an 2021, sachant qu’ils avaient prévu initialement de présenter une demande d’homologation au premier semestre 2021 et livrer un milliard de doses la même année.

En sus, Sanofi, qui développe ce vaccin avec son partenaire GSK , avait annoncé récemment qu’il comptait démarrer les tout derniers essais sur l’homme (dits de «phase 3») fin décembre. Hélas, les résultats des premiers essais n’ont pas été à la hauteur “des attentes escomptées”.

Le communiqué explique également que, “si la réponse immunitaire des adultes de 18 à 49 ans est comparable à celle des patients qui se sont rétablis d’une infection Covid-19, cette réponse reste toutefois «insuffisante» chez les adultes plus âgés“.

Pour y remédier, les laboratoires susmentionnés comptent “affiner la concentration d’antigènes de manière à obtenir une réponse immunitaire élevée dans toutes les tranches d’âge“.

Une situation qui laisse place à la “déception”, a dit Thomas Triomphe vice-président de la branche vaccin de Sanofi, déclarant que, “la formulation du produit n’est pas satisfaisante. Il est important de l’optimiser, cela peut prendre un peu plus de temps“, comme rapporté par l’AFP.

Pour cela, une phase d’essai complémentaire par les laboratoires est a prévoir à partir de février prochain en s’appuyant sur un test récemment mené sur des primates non-humains avec une formulation d’antigènes améliorée. 

Par ailleurs, “le candidat-vaccin pourrait conférer une protection contre les pathologies pulmonaires et entraîner l’élimination rapide du virus dans les voies nasales et les poumons en l’espace de 2 à 4 jours“, explique-ils dans leur communiqué, Car “lorsqu’on injecte une forte quantité de virus à des animaux qui ont reçu le vaccin, on a d’excellents résultats, c’est ce qui nous donne confiance“, s’enthousiasme Thomas Triomphe.

Pour rappel, plusieurs pays ont déjà approuvé des vaccins anti-covid-19 d’autres ont débuté leur campagne de vaccination dont, le Royaume-Uni qui avait donné le feu vert il y’a de cela quelques jours.

Continue Reading
Comments
INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR