Connect with us

Politique

Coronavirus : Fermeture des espaces publics et réduction des activités des tribunaux

Melissa NAIT ALI

Published

on

© DR | Coronavirus
© DR | Coronavirus

Les mesures de prévention contre la propagation du coronavirus se multiplient. Après la fermeture des écoles, des universités, des crèches et des centres de formation, les autorités prennent aussi, depuis hier dimanche 15 mars, d’autres mesures préventives visant à garantir la santé des citoyens.

En effet, le ministère de la jeunesse et des sports avait annoncé la suspension de toutes les compétitions sportives et la fermeture des stades. Pour sa part, le ministère du commerce a demandé la fermeture des salles de cinéma, des salles de fêtes et des bains maures.

Dans certain wilayas, il a été décidé aussi, à partir d’aujourd’hui, la fermeture des jardins et des espaces publics qui accueillent, habituellement, des foules nombreuses. C’est le cas à Alger et dans la wilaya de Blida.     

 D’autres localités pourront suivre dans les prochains jours. Il faut dire qu’au niveau de la population, la prise de conscience du danger que représente cette pandémie est palpable. Mais la psychose risque de gagner la population. Depuis samedi, des commerces sont pris d’assaut par les citoyens qui commencent à stocker la nourriture de peur d’une éventuelle mesure de confinement.

Pénurie des masques et de gel hydro-alcoolique

Les premières conséquences de cette peur qui s’installe dans la société sont déjà visibles à travers la pénurie des masques de protection et des gels hydro-alcoolique dans les pharmacies. Mais curieusement, ces deux produits dont les prix ont flambé sur le marché, sont disponibles chez les vendeurs à la sauvette qui les vendent d’ailleurs à des prix exorbitant.

Ainsi, les petits flacons du gel hydro-alcoolique vendu entre 120 et 150 DA avant l’épidémie sont cédés, depuis quelques jours, entre 250 et 300 DA. De même pour les masques qui coûtait 10 DA l’unité qui sont vendu actuellement à 100 DA/unité. 

Les activités de tribunaux réduites au strict minimum

 Parmi les mesures de prévention annoncée aussi, il y a celle prise, cet après-midi, par le ministère de la Justice. Ce dernier vient de rendre publique une série de mesures, réduisant l’activité au niveau des juridictions au strict minimum.

Selon le communiqué du ministère, il a été décidé de suspendre les audiences du tribunal criminel, en première instance et en appel, ainsi que les audiences correctionnelles, que ce soit au niveau des tribunaux ou des Cours, à l’exception de celles déjà enrôlées, qui se dérouleront en la présence exclusive des parties, sans le public.

Le ministère prévoit le recours aux procédures du jugement à distance, dans la mesure du possible. Selon le même document, a été aussi décidé de suspendre la sortie des détenus des prisons à la demande du juge d’instruction, sauf en cas de nécessité absolue liée à la détention provisoire, ainsi que la rationalisation du recours à la citation directe par les procureurs de la République.

Pour les présentations, elles se limiteront désormais aux seules personnes placées en garde à vue. De même que sera suspendue l’exécution des peines privatives de liberté pour les personnes non détenues.  Les audiences civiles sont suspendues au niveau des tribunaux. Elles pourront se tenir au niveau des cours, mais seront ouvertes uniquement aux avocats, sans les parties.

Concernant les établissements pénitentiaires, les visites aux détenus sont suspendues, tout en garantissant l’information à leurs familles, au moment où les visites des avocats se feront au parloir, avec un écran séparateur. Enfin les régimes de semi-liberté sont aussi suspendus, tels que les ateliers externes et les permissions de sortie.

Politique

Covid-19: 146 nouveaux cas et 5 décès supplémentaires

Yasmine Marouf-Araibi

Published

on

146 nouveaux cas de coronavirus et 5 décès supplémentaires ont été signalés sur le territoire national au cours des dernières 24h, selon le dernier bilan du comité scientifique.

Ainsi, le bilan national s’élève à 51213 cas confirmés et 1719 décès depuis l’apparition de la pandémie au pays en février dernier.

Les cas de guérisons ont eux atteint un total de 35962 après le recensement de 102 nouveaux cas de guérison.

Continue Reading

Politique

6e sit-in: ” l’affaire de Khaled Drareni est celle de toute la presse”

Yasmine Marouf-Araibi

Published

on

Le sixième sit-in de soutien et de solidarité avec le journaliste Khaled Drareni depuis sa condamnation le 10 août a eu lieu ce lundi à Alger. Les sympathisants du journaliste incarcéré réclament toujours sa libération et ” la libération de la presse algérienne”.

Des dizaines de personnes se sont mobilisées cet après-midi à la maison de la presse Taher Djaout à Alger. Journalistes, activistes, avocats, militants politiques et plusieurs figures du Hirak sont venus marquer leur solidarité avec le journaliste.

Avant de commencer leur protestation, et en formant des petits groupes, les présents ont abordé plusieurs sujets, parmi eux ” l’amendement de la constitution”, ” grève des avocats” , ” le procès de Mustapha Bendjama ” et ” les victimes de la décennie noire ” .

” Libérez Khaled Drareni”, “libérez la presse”, ” libérez la Justice “, ” Nous sommes les enfants de Amirouche nous ne faisons pas marche arrière” ou encore ” Algérie libre et démocratique” et plusieurs d’autres slogans du Hirak ont été entonnés lors de cette protestation qui a duré plus d’une heure.

Zeghmati dans le viseur des contestataires

Le ministre de la Justice, Belkacem Zaghmati a été visé. Il a été attaqué via le slogan ” Zaghmati abandonnez, la Justice est plus grande que vous”.

Par ailleurs, les manifestants ont également exprimé leur solidarité avec les détenus d’opinion et ont réclamé leur libération à travers les slogans ” libérez les détenus ” ou encore ” libérez les détenus, ils n’ont pas vendu de la cocaïne”. Les portraits de ces derniers ont été portés tout au long de la mobilisation.

L’affaire de Khaled est une cause juste et c’est l’affaire de toute la presse” nous déclare maître Abdelghani Badi et ajoute ” Il faut soutenir les causes justes et tous les opprimés “.

La reprise du Hirak

Vers la fin de la mobilisation, les protestataires ont promis de reprendre la rue en scandant ” nous allons revenir à la rue, nous allons revenir” et aussi ” il n’y a ni peur ni terreur, la rue appartient au peuple”.

A ce sujet maître Badi estime que “ce n’est qu’une question de temps pour que le Hirak reprenne afin d’affirmer la nécessité d’une vraie transition politique “.

Le journaliste Khaled Drareni, rappelons-le, a été condamné en première instance, le 10 août 2020, à 3 ans de prison ferme. Il avait comparu, le 8 septembre, devant la cour d’appel, en même temps que Samir Benlarbi et Slimane Hamitouche, qui ont été condamnés en première instance à deux ans de prison dont quatre mois ferme. Tous les trois sont poursuivis pour «incitation à un attroupement non armé» et «atteinte à l’unité nationale». Le verdict a été prononcé le 15 septembre. Il condamne le journaliste à deux ans de prison ferme et ses co-prévenus à quatre mois de prison ferme.

Continue Reading

Politique

Affaire Sellini: L’union nationale des ordres des avocats rejoint le mouvement de grève

Yasmine Marouf-Araibi

Published

on

l’Union nationale des avocats a rejoint lundi le mouvement de grève déclenché par l’affaire du bâtonnier d’Alger, Abdelmadjid Sellini et a annoncé le boycott des audiences au niveau national pendant deux jours.

Via un communiqué rendu public ce lundi, l’union nationale des avocats a décidé de boycotter les audiences au niveau national le 30 septembre et 1er octobre en dénonciation “aux agressions qui ont touché les droits de la défense” et “en soutien avec l’ordre des avocats d’Alger”.

En effet, après un malaise subit par le bâtonnier d’Alger, Abdelmadjid Sellini, suite à une altercation avec un juge le 24 septembre, l’ordre des avocats d’Alger a appelé à une semaine de grève et une journée de protestation le 27 septembre. Le mouvement de grève a été suivi par des avocats d’autres régions du pays dont ceux de Blida.

Ce lundi, c’est l’union nationale des avocats qui a apporté son soutien au mouvement de grève tout en appelant à la préservation des droits de la défense et de la présomption d’innocence.

“Le Conseil de l’union nationale des avocats dénonce et condamne les comportements du Président de la chambre pénale près la Cour d’Alger, le 24 septembre 2020, à l’encontre du bâtonnier de la capitale”, indique un communiqué de l’organisation.

L’union estime que ce “comportement absurde” et une “aberration dangereuse” qui aurait pu être évitée “si le juge a suspendu l’audience et a appliqué l’article 25 de la loi portant organisation des procès”.

Précisant que l’altercation entre Abdelmadjid Sellini a eu lieu lors du procès du patron du groupe sovac, Mourad Oulmi, l’union a demandé “au ministère de la Justice à appliquer l’article 25 dans cette affaire et ce en transférant le dossier au comité national des recours”.

En outre, l’union nationale des ordres des avocats rappelle que la droit à la défense est “un droit sacré” et “inviolable” et ce “peu importe les circonstances”.

“Même si le prévenu a commis le plus absurde des crimes, il a droit à un procès équitable conformément aux chartes internationales approuvées par l’Algérie” , a-t-elle rappelé.

Pour l’union, le jugement par la visioconférence, appliquée en raison de la pandémie de coronavirus, “fait perdre à la Justice sa valeur humanitaire”. C’est pourquoi, l’union estime qu’elle “ne doit pas recourir à cette technique qu’exceptionnellement”.

“Le prévenu a le droit de comparaître devant l’instance judiciaire et d’interagir avec elle. La généralisation de la technique de visioconférence a fait des derniers procès des procès formels qui touchent aux critères des jugements équitables et aux droits de la défense”, a estimé l’union nationale de l’ordre des avocats.




Continue Reading

Tendances

INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR