Connect with us

Politique

Coronavirus : Abdelaziz Djerad effectue une visite d’inspection à Blida

Yasmine Marouf-Araibi

Published

on

© DR | Le Premier ministre Abdelaziz Djerad

Le Premier ministre, Abdelaziz Djerad, s’est rendu ce lundi 30 mars, à la wilaya de Blida pour effectuer une visite de travail et d’inspection à l’hôpital Franz Fanon, où est pris en charge le plus grand nombre de personnes contaminées par le coronavirus.

Lors de cette visite le Premier ministre, Abdelaziz Djerad, a affirmé que l’Etat “ne laissera aucun Algérien sans assistance” et ce “grâce aux mécanismes de solidarité mis en place par l’Etat associés à l’élan spontané de solidarité des citoyens dans la wilaya de Blida et à travers l’ensemble du territoire national“.

Et de souligner que l’Etat algérien “en dépit de la situation financière difficile que connaît le pays en raison de la chute des cours du pétrole, n’abandonnera aucune famille algérienne, où qu’elle soit, dans les montagnes, dans les villes, dans les villages ou dans les régions sahariennes”.

Djerad a rappelé, dans ce cadre, la mise en place de mécanismes de solidarité avec des démembrements locaux, pour répondre aux besoins des familles confinées et prendre en charge les travailleurs journaliers, qui ne peuvent du fait du confinement percevoir des revenus.

“La conjugaison de nos efforts et notre union, nous permettra de faire face à cette crise sanitaire”, a-t-il ajouté

Admettant l’existence d” une crise sanitaire”, M. Djerad a rassuré les citoyens quant à l’absence “d’une quelconque crise alimentaire ou d’approvisionnement”, assurant que le Gouvernement avait pris “toutes les dispositions en vue d’assurer un approvisionnement permanant et suffisant des marchés en différents produits agricoles et alimentaires”.

Rassurant encore les citoyens, M. Djerad a indiqué que l’Algérie “est, Dieu merci, à l’abri de toute pénurie de denrées alimentaires. De même pour nos moyens de production qui pourront répondre aux besoins alimentaires à long-terme”.

Par ailleurs, Abdelaziz Djerad a vanté les efforts considérables déployés par le corps médical pour la prise en charge des malades. Dans ce sens, le Premier ministre a rendu hommage à l’ambulancier de l’hôpital de Boufarik, décédé de ce virus en accomplissant son devoir professionnel, ainsi qu’au Pr.Si Ahmed, décédé ce matin. Il a également observé une minute de silence à la mémoire des 31 victimes de cette pandémie.

Avec APS

Advertisement
4 Comments

4 Comments

  1. Avatar

    Medag

    30 mars 2020 at 14:36

    Que va changer la visite inutile du premier ministre a Blida?
    Rien pire les autorités sont dans la politique politicienne chasseuse et démagogique.
    Ceux qui ont installés ce pouvoir de supercherie le 12 décembre passé se taisent et se barricadent dans leurs casernes une honte.
    Il va y avoir d’autres ‘blida’ en algerie au rythme des molles reactions de Tebboune et son gouvernement.
    Très éloigné de ce que font d’autres pays de la région le pays est à découvert au tir du corona virus.
    Nos personnels soignants deja6 contaminés risquent une atteinte dépassant les 40% des effectifs tant nos procédés de protection sont nuls pire la désinfection des structures sanitaires et des ambulances y compris la protection est effarante.
    Visiter Blida est inopportun créer demagogiquement des comités de quartier et des villages est une absurdité sanitaire a5 moins de penser à mettre un réseau d’ignorance en visant la post épidémie pour la substituer au hirak…?
    Tebboune hésité appareil gouvernemental chaotique dans ses actions à tel point que le ministre du commerce créer un malaise dans la sphère productive et commerciale alimentaire.
    Un ex journaliste ministre de l’information se trompe de période et de pays il aurait été ministre chez Staline..
    A tel point que Tebboune veroiille les informations pour mieux travestir les données sur l’épidémie.
    Ce qui détruira le pays en premier les gouvernants actuels incompétents et illégitimes et en deuxième les chantres de la défense du peuple et de la nation les généraux silencieux .
    Pourquoi ne poussent ils pas le président tebboune à des mesures plus réalistes et rapides pour lutter efficacement contre ka propagation eapide de l’epidemie sur plus de 34 wilayas et proceder au limiogeage immédiat duministre de la santé et de l’intérieur petits copains de dheread un premier ministre théoricien inexpérimenté sur le terrain et illustre inconnu ramené par gaid salah avec Tebboune.
    Changer le staff du ministère de la santé les pires débris résiduels du système Bouteflika et de la direction de l’institut pasteur..qui est ce Derrar faiuzi ses titres et travaux scientifiques pour diriger ce prestigieux institut.
    Il n’a plus que le nom de pasteur..
    Créer trois ou quatre annexes régionales est une autre absurdité qui ne répondra même pas au quart des besoins urgents et bloquer ou émerger les autres laboratoires des universités maîtrisant la technique COR ou privés?
    Catastrophe humaine gérant Alger et l’Algérie à rajouter au corona virus finiront par un cauchemar apocalyptique.

    Ya Tebboune ranger votre politique politicienbe5 chasseuse la situation est très grave ou partez vous répondrez de vos graves incompétences avec votre équipe gouvernementale pour un véritable crime virucidaire des populations.
    Seule un confinent total et un état d’urgence sanitaire avec mise sur le terrain de manière urgente des moyens militaires pourra amortir un tant soit peu le choc prévisible cette première semaine d’avril.
    Comment osez vous occulter les véritables compétences universitaires et de santé publique au profit d’incompétence et d’inexperience de médecins hérités depuis Bouteflika polluant le système national de santé Bouteflika n’en avait pas besoin..mais les algériens n’ont que cela ya si Tebboune.
    Stopper vos secrets et discours nuls et sans effets et décréter un véritable état de siège pour une guerre inconnue même des puissances de ce monde.
    Allah tag dikoum ya si Tebboune

  2. Avatar

    Medag

    30 mars 2020 at 14:44

    Allah ya dikoum à lire dernière phrase erreur de clavier.

  3. Avatar

    Cheikh Saïd Mecherri

    30 mars 2020 at 21:07

    On a vu des cosmonautes en tenue impeccable de protection reçus par des soignants dépourvus de tous moyens de protection ! Pauvre Algérie !

  4. Avatar

    Medag

    30 mars 2020 at 23:42

    Enfin on apprend tardivement sur la maquette du journal el watan de demain 31 mars que le comité scientifique recommande un confinement total….
    …pour pallier à l’augmentation des cas corvid19…
    Situation explicite grave cette nuit au Chu frantz fanon une trentaine d’ambulabces faisaient la queue à l’entrée et ailleurs que se passe t il en Algérie.
    Wallah Tebboune et ses généraux sont des woudjouh al char.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Politique

Le chef d’Al Qaïda au Maghreb Droukdel “tué au Mali” annonce l’armée française

Bouzid ICHALALENE

Published

on

© DR | Le leader d'Al Qaïda au Maghreb islamique (AQMI), Abdelmalek Droukdal

Le leader d’Al Qaïda au Maghreb islamique (AQMI), Abdelmalek Droukdal, a été “neutralisé” par les forces françaises dans le nord du Mali, près de la frontière algérienne, a affirmé vendredi sur Twitter la ministre des Armées Florence Parly, confirmant des informations obtenues par l’AFP.

Ce chef historique du jihad au Maghreb, commandant de plusieurs groupes jihadistes sahéliens, a été tué jeudi au nord-ouest de la ville malienne de Tessalit, a appris l’AFP. “Plusieurs de ses proches collaborateurs” ont également été “neutralisés”, selon Mme Parly.

La ministre de la défense française rappelle que “les opérations contre l’État islamique au Grand Sahara, l’autre grande menace terroriste dans la région, se poursuivent également” tout en soulignant que “le 19 mai dernier, les forces armées françaises ont capturé Mohamed el Mrabat, vétéran du djihad au Sahel et cadre important de l’EIGS”.

Avec AFP

Continue Reading

Politique

Des ONG appellent les autorités algériennes à libérer « immédiatement et sans conditions » le journaliste Khaled Drareni

Farid BOUHATTA

Published

on

© DR | Khaled Drareni placé sous mandat de dépôt

La Fédération Internationale des Journalistes (FIJ), Reporters Sans Frontières (RSF) et l’Union Internationale de la Presse Francophone (UPF) ont appelé, ce vendredi 5 juin, les autorités algériennes à libérer « immédiatement et sans conditions » le journaliste Khaled Drareni.

Privé de liberté depuis le 29 mars 2020, le journaliste indépendant Khalid Drareni, correspondant de TV5 Monde, de RSF et représentant de l’UPF en Algérie, s’est vu refuser, le 27 mai dernier, sa demande de mise en liberté par la justice algérienne.

« Pour avoir revendiqué courageusement son droit d’exercer librement son métier de journaliste, pour avoir osé poursuivre, malgré les intimidations multiples des autorités algériennes, la couverture, en toute transparence, du Hirak qui secoue le pays depuis plus d’un an, Khaled Drareni a été jeté en prison le 29 mars 2020, au plus fort de la pandémie du Covid-19 », ont écrit les trois ONG dans un appel solennel, rendu public.

Pour les signataires de cet appel, « le sort du journaliste Khaled Drareni, jeté injustement en prison, ne doit laisser personne indifférent. Son incarcération scandaleuse est un coup porté à la liberté de la presse ».

Elles joignent « leurs efforts et sonnent la mobilisation de leurs membres jusqu’à ce que la justice soit rendue et que notre confrère puisse retrouver sa liberté et son droit à exercer en toute indépendance son métier de journaliste ».

Par ailleurs, mis en détention provisoire depuis 68 jours, Khaled Drareni est accusé d’incitation à « attroupement non-armé » et d’« atteinte à l’unité nationale ». Des charges très lourdes pour le journaliste dont le seul crime est de faire honnêtement son métier.

« Ni l’appel du père de Khaled, grand combattant pour la libération de l’Algérie, qui vit très mal l’accusation de son propre fils d’atteinte à l’unité de son pays, ni les appels des confrères en Algérie et dans le monde n’ont eu raison de la détermination et l’acharnement des autorités judiciaires à l’encontre du journaliste », s’indignent la FIJ, RSF et l’UPF.

« L’injustice que subit mon fils est d’autant plus insupportable qu’elle s’accompagne d’une campagne odieuse qui est orchestrée contre lui pour mettre en doute son patriotisme. C’est indigne, c’est ignoble », avait écrit, le 31 mars dernier, le père de Khaled Drareni, dans une lettre adressée au Président algérien, Abdelmadjid Tebboune.

Continue Reading

Politique

Détournement de foncier agricole : Abdelghani Hamel condamné à 12 ans de prison ferme

Achour Nait Tahar

Published

on

© DR |
© DR | Abdelghani Hamel, ancien patron de la DGSN, condamné à 12 ans de prison

Le juge près le tribunal de Boumerdes a condamné, ce jeudi 4 juin, l’ancien directeur général de la sûreté nationale (DGSN) Abdelghani Hamel et l’ancien wali de Tipaza, Moussa Ghelai à 12 années de prison pour chacun pour détournement de foncier agricole et trafic d’influence.

Au cour du même procès, la présidente du tribunal a également condamné les deux anciens de Tipaza, Abdelkader Kadi et Layadi Mustapha à 10 ans de prison pou chacun.

Par ailleurs, le tribunal a rendu son verdict à l’encontre de Chafik Hamel, fils de l’ex. DG du DGSN, qui a écopé de 3 ans de prison ferme, ainsi que l’ancien ministre des finances Hadji Baba Ammi à 4 ans de prison et l’ancien chef de sûreté de wilaya de Tipaza, Djaydjay Salim à trois ans de prison ferme.

Toujours au même procès, une peine de 5 ans de prison ferme a été prononcé à l’encontre de l’ancien directeur des domaines de la la wilaya de Tipaza, Bouamrane Ali. D’autres part, deux autres cadre la même wilaya ont écopé d’une peine de deux ans de prison ferme, il s’agit, en effet, de l’ancien directeur de l’industrie et des mines, Hadoud Abderrazak , ainsi que l’ancien conservateur foncier de Koléa, Bouamama Mohamed. Pour sa part Zerad Abdelhakim, un investisseur privé a écopé d’une année de prison ferme.

Continue Reading

Tendances

INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR