Connect with us

En continu

Convocation du congrès du parlement : « C’est irresponsable !», selon Saïd Sadi

Melissa NAIT ALI

Published

on

L’ancien président et fondateur du RCD, Saïd Sadi livre son analyse de la situation nationale à la veille du scrutin présidentiel d’avril 2019. Attendu par certains observateurs comme un candidat à cette joute, l’homme met fin à toute les supputation.

L’ancien président du RCD, Saïd Sadi dénonce la volonté des tenants du pouvoir d’imposer la feuille de route tracée, avec la convocation, pour ce mardi, du congrès du parlement. Dans un texte intitulé, « l’Armée avec ou face au peuple ? », publié aujourd’hui sa page Facebook, il met en garde contre une volonté de canaliser la mobilisation populaire et de tuer, dans l’œuf, dans la demande du départ du système.  

 

«Le congrès du parlement est convoqué. On peut supposer que c’est pour désigner le chef de l’Etat intérimaire qui va conduire l’agenda électoral avec la bénédiction de l’armée. Bonne ou mauvaise nouvelle ? », s’interroge-t-il d’emblée.

Et de répondre : « Cette démarche évacue les supputations qu’entretenaient certaines voix naïves, intéressées ou simplement ignorantes des pratiques du sérail, pour entretenir l’illusion que l’armée est en phase avec le mouvement du 22 février qui en appelle, semaine après semaine, à la fin du système militaire qui a confisqué le pays symbolique et physique depuis 1962 ».

Cette décision, enchaîne-t-il, met donc un terme à un vicieux malentendu qui laissait entendre que tout le monde était d’accord alors que les divergences sur les méthodes et les buts entre l’armée et la rue étaient totales. « De ce point de vue, la nouvelle situation clôt une confusion dangereuse et installe tout le monde devant ses responsabilités. Fondamentalement, le problème algérien renvoie à la militarisation de la vie publique. Vouloir faire reprendre au pays le cours des choses comme si rien ne s’était passé depuis le 22 février est irresponsable », soutient-t-il.

« La volonté de celui qui parle au nom de l’armée »

Dans ces heures décisives, explique Saïd Sadi, la vérité est la condition du salut. « L’armée, ou plus exactement celui qui parle à sa place, a d’abord vanté le bilan de Bouteflika pour vendre, dans la foulée, le cinquième mandat. Quand les manifestations ont commencé, les avertissements contre les ennemis intérieurs furent la première réaction. Par la suite, le propos est devenu plus nuancé avant de s’aligner sur la rue. L’armée n’est donc ni l’initiatrice, ni même le soutien du mouvement populaire. Elle a fini par s’y résigner. Tant mieux », résume-t-il.

Selon lui, aujourd’hui, la volonté de l’armée, du moins de celui qui parle en son nom, « est évidente ». « La transition demandée par le peuple devrait se limiter à organiser des élections à l’ombre de celui qui sera adoubé par un parlement qui a symbolisé les fraudes, la trahison de la volonté populaire dont il est supposé être l’émanation par la validation de toutes les décisions du gouvernement de l’homme dont tout un chacun condamne l’incurie prédatrice. En fait, l’opération revient à lustrer le système pour mieux le faire perdurer », explique-t-il.

Rétorquant aux défenseurs du retour à l’ordre constitutionnel avec l’élection d’un chef de l’Etat, Saïd Sadi rappelle que la « transition exige des préalables ». « Il s’agit de fonder la République que nous n’avons pas pu concevoir au lendemain de la guerre. La période de transition exige des préalables de fond et de procédures », souligne-t-il.

Sur le fond, écrit-il, il est vain de tenter une canalisation du mouvement citoyen dans des institutions obsolètes, discréditées et inefficientes, détritus de l’ancien régime. « Il importe aussi de tenir l’armée éloignée des enjeux politiques et le seul fait qu’elle soit impliquée dans le processus transitionnel est en soi problématique pour elle même et pour l’avènement de l’Etat civil », suggère-t-il.

 la transition doit prendre le temps nécessaire pour éviter les raccourcis

Ainsi, précise-t-il, l’élection d’une assemblée constituante ou l’organisation d’un référendum devant valider la nouvelle constitution doit impérativement précéder la présidentielle. « Le président incarne l’autorité nationale. Cela veut dire qu’il arbitre entre des pouvoirs indépendants crédibles et déjà existants, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui. Introniser un président avant de doter le pays d’un parlement légitime revient à lui donner le pouvoir de nommer ou, en tout cas, de peser sur la construction de l’architecture institutionnelle. On sait où nous ont menés ces méthodes », met-il en garde.

Dans la foulée, le fondateur du RCD estime que, tout en veillant à la réduire au maximum, « la transition doit prendre le temps nécessaire pour éviter les raccourcis et, surtout, garantir la mise en place et l’adoption des préalables démocratiques sans lesquels aucune avancée n’est possible ». Rappelant l’expérience de transition en Europe de l’Est, il souligne qu’il est difficile d’assainir le fichier électoral en un laps du temps.

« Aller aux élections dans quatre, cinq ou six mois est la meilleure façon de faire voter les morts ou les êtres fictifs », avertit-il, en appelant à la poursuite de la mobilisation avec la nécessité d’envisager d’autres formes de luttes. « Il doit en être ainsi jusqu’à ce que l’armée comprenne que la volonté populaire, le temps et ses propres intérêts lui dictent de rentrer dans les casernes », conclut-il.

En continu

Liste des détenus d’opinion arrêté(e)s durant le Hirak (CNLD)

Le Comité National pour la Libération des Détenus (CNLD) a rendu public aujourd’hui 26 septembre la liste des détenus arrêté durant le mouvement populaire. Le comité précise que cette liste n’est pas complète et sera mise à jours dès que les avocats leurs signalent un nouveau cas.

Bouzid ICHALALENE

Published

on

Arrestation de manifestants qui portent le drapeau Amazigh à Alger.
© Interlignes MEDIA | Arrestation de manifestants qui portent le drapeau Amazigh à Alger.

1/ Arretés le vendredi 21 juin 2019:

Kamel BELEKEHAL;
Akli OKBI;
Ali IDIR;
Mohamed BOUDJEMIL;
Hamza KAROUNE;
Bilal BACHA;
Djaber AIBECHE;
Messaoud Leftissi;
Khaled OUDIHAT;
Hamza MEHARZI;
Tahar SAFI ;
Mouloud CHATRI ;
Samir idir GERROUDJ ;
Nacer TIMSI ;
Amine OULD TALEB ;
Abderrahmane BOUDRAA ;
Khaled OUIDIR;
Makhlouf BIBI;

2/ Arrétés le vendredi 28 juin 2019:

Mohamed AGOUAZI;
Hafid BARACHE;
Bakir BETLICHE;
Aala DEROUICHE;
Arezki AZOUG;
Samira MESSOUCI ;
Amokrane CHALLAL ;
Elhadi KICHOU ;
Mustapha Hocine AOUISSI ;
Amar ACHERFOUCHE ;
Arezki CHAMI ;
Hilal YAHIAOUI ;
Abdelbasset KHEBANI ;
Mohand Ameziane BELHOUL ;
Nabil BOUNOUH ;
Kamel BOUALOUACHE ;
Ghimouz AKRAM ;
Abdelkader Toufik BACHA ;
Kheiredine BENZINE ;
Fazil DECHICHA ;

3/Arrétés le vendredi 13 Septembre 2019:
Rachid HIRET;
Sammy ABBAS;
Boualem OUAHABI;
Mohamed SMALLAH;
Menad TISSEMLAL ;
Menaouar OUAÂZANE ;
Rachid SADAOUI ;
Sadek LOUAIL ;
Mohamed DAADI ;
Nabil BOUALAKMAH ;
Réda BOUARISSA ;
Bilal ZIANI ;
Mohamed Amine CHELALI;
Ahcene HAMZA;
Kheireddine MEDJANI;
Bachir ARHAB;
Kader RASSELMA;
Hakim MIHOUBI;
Sid Ahmed BOUHRAOUA;
Rabah MAHROUCHE;
Wafi TIGRINE;
Laamouri BELAIDI;
Toufik DJILALI;
Mohamed GADI;
Hamidou GARIDI ;
Fatehi DIYAOUI;
Mohamed BOUHERAOUA ;

4/ Arrétés le mardi 17 septembre 2019:
Nour Houda DAHMANI;
Salah MAATI;

5/ Arrêté le mercredi 19 septembre à Constantine actuellement à la prison de Tidia (Constantine). Son procès fixé pour mercredi 2 Octobre : Semmani Amazigh.

Sadeddine Youcef islam ;
Zineddine Bouguetaya.
Lakhdar BOURAGÂA, arrété le samedi 29 juin 2019;
Samir BELARBI arrété le lundi 16 septembre 2019;
Fodil BOUMALA arrété le jeudi 19 septembre 2019;
Khaled ChOUITER, arrété le lundi 24 juin 2019;
Hamza DJAOUDI, arrété le jeudi 22 aout 2019;
5/ Détenus libérés :
*Salim Ihaddaden et Ait yahia Ali smail (Chlef, arrétés le vendredi 21 juin et libérés le 28 juillet 2019;
*Nadir Fetissi (Annaba , le jeudi 8 aout 2019) ;
*Hakim Aissi (Mostaganem; arrété le vendredi 5 juillet et libéré le mercredi 09 septembre 2019)
*Benhabib Madjid et Sayah Aissam (Tlemcen, le mardi 24 septembre 2019) ;
*Karim TABBOU arrété le mercredi 11 septembre 2019 et libéré (provisoire) le mercredi 25 septembre.

Continue Reading

En continu

L’ancien président Français Jacques Chirac est mort

L’ancien président de la République Jacques Chirac est mort jeudi matin à l’âge de 86 ans, a annoncé son gendre Frédéric Salat-Baroux à l’AFP.

Avatar

Published

on

Le président Jacques Chirac le 22 février 2005
© Dr | Le président Jacques Chirac le 22 février 2005

“Le président Jacques Chirac s’est éteint ce matin au milieu des siens. Paisiblement”, a déclaré M. Salat-Baroux, époux de Claude Chirac.

Continue Reading

Accueil

Boudjemaa Talaï devant la Cour suprême ce lundi

Avatar

Published

on

L’ancien ministre des transports et des travaux publics, Boudjemaa Talaï, comparait ce lundi, devant le juge enquêteur près la Cour suprême pour être entendu sur des affaires liées à la corruption.

 

Boudjmaa Talaï qui est cité dans des affaires de malversation enregistrées dans le secteur des travaux publics, doit répondre aux chefs d’accusation d’octroi d’indus avantages dans les marchés et contrats publics, de dilapidation de deniers publics, d’abus de fonction et conflit d’intérêt et corruption dans l’octroi des marchés publics.

Pour rappel,  le ministère de la Justice avait demandé, en juin dernier, la levée de son immunité parlementaire.

Continue Reading

Tendances

INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR