Connect with us

Politique

Conseil des droits de l’Homme : Aicha Zinai démissionne et dénonce

Melissa NAIT ALI

Published

on

© DR | Aicha Zinai démissionne du CNDH

Le conseil national des droits de l’homme (CNDH) enregistre une première défection. Un de ses membres annonce son retrait et dénonce « l’incapacité de cette institution d’assumer ses missions » et « l’emprise de l’administration sur cette instance». Il s’agit d’Aicha Zinai qui vient de rendre publique sa décision dans un post publié sur sa page Facebook.

Cette membre du CNDH bien avant la nomination de Bouzid Lezhari à sa tête, révèle un mode de fonctionnement tout à fait dépendant de cette institution. Elle affirme ainsi que son retrait « intervient après la ferme conviction que cette institution ne peut pas accomplir ses missions constitutionnelles et légales dans sa configuration actuelle ».

« Malheureusement, cela se produit à l’ombre du Hirak qui s’est soulevé contre les pratiques contraire à l’Etat de Droit. Il est aussi regrettable que cela se produise sous l’ère du président Tebboune qui n’a pas cessé d’insister, dans ses discours, sur le respect des droits de l’homme », explique-t-elle.

Aicha Zinai soutient que le CNDH demeure « sous l’emprise de l’administration, dont la mission devrait seulement se limiter à la gestion administrative et financière ». Cette démission intervient au lendemain de la publication, par Bouzid Lezhari, d’un communiqué dans lequel il défend le parquet près la Cour d’Alger dans l’affaire Karim Tabbou, condamné lors d’un simulacre de procès en appel à 1 an de prison ferme.

Au lieu d’enquêter sur ce scandale judiciaire, dénoncé au niveau international, le président du CNDH n’a rien trouvé que de reprendre, avec pratiquement les mêmes mots, le communiqué du parquet en dépit des affirmations erronées qu’il contenait.

« Le refus du report du procès de Karim Tabbou par la Cour d’Alger relève légalement du ressort exclusif de cette juridiction. Il n’existe pas sur le plan international ce qui oblige la justice à approuver les demandes de report de toutes les parties à la cause », estime l’institution, présidée par Bouzid Lezhari.

Ce dernier est allé jusqu’à démentir les affirmations des avocats concernant l’Etat de santé de Karim Tabbou. « Il a subi des examens médicaux effectués en premier lieu par le médecin de l’infirmerie de la Cour, puis par un groupe de spécialistes qui ont été chargés par la Direction générale de l’administration pénitentiaire et de la réinsertion. Ces spécialistes ont unanimement affirmé que l’intéressé ne souffre d’aucune maladie pouvant entraver sa comparution au procès, notamment les symptômes d’un accident vasculaire cérébral (AVC) », argue-t-il.

Cette réaction du CNDH a été largement condamné par les organisations des droits de l’homme et par l’ordre des avocats.

La démission d’Aicha Zinai pourrait avoir un lien avec cette scandaleuse prise de position, même si elle ne l’évoque pas dans son communiqué.

Continue Reading
Comments
INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR