Connect with us

Economie

Condor met au chômage 2000 salariés

Achour Nait Tahar

Published

on

©  DR | Les salariés de la société Condor dans l'usine de production
©  DR | Les salariés de la société Condor dans l'usine de production

40 % des effectifs de Condor Electronics, filiale du groupe Benhamadi et spécialisé dans l’électronique, l’électroménager et les multimédia seront mis au chômage technique, rapportent des médias citant une source de l’entreprise, ce mardi 28 janvier.

La même source affirme que cette procédure touchera quelques 2000 employés travaillant dans les différentes unités de l’entreprise, à l’instar des unités de montage des téléphones mobiles, téléviseurs, réfrigérateurs ainsi que les climatiseurs. Unités installées dans la zone industrielle de Bordj Bou Arréridj.

Cette mesure fait suite à l’épuisement du stock des kits pour montage et le retard enregistré dans la délivrance de la licence d’importation de ces kits. Rappelons au passage qu’il a été mis fin à la relation de travail de 2400 employés, liés à l’entreprise par des contrats à durée déterminée (CDD).

Face à la situation incertaine que vivent les travailleurs de Condor Electronics, un rassemblement a été organisé aujourd’hui par une centaine d’employés, issus des différentes unités de production, devant la direction des ressources humaines du groupe, sise à la zone industrielle de Bordj Bou Arréridj. Les protestataires ont exprimé leurs inquiétudes après la décision de mise au chômage et réclament des explications quant au sort qui sera réservé aux travailleurs après cette procédure, ainsi qu’à celui réservé au Groupe.

Un représentant du groupe Benhamadi a déclaré que des négociations ont été entamées entre la direction et les représentants des travailleurs, concernant les modalités de mise en application de la libération des travailleurs, et ce, conformément au code du travail. Il a précisé dans la foulée que Condor Electronics ne fermera pas ses portes et ne sera pas déficitaire, soulignant au passage que cette crise sera dépassée.

Economie

Accord OPEP+ : La production algérienne réduite de 200.000 barils par jour

Avatar

Published

on

By

© DR | Accord OPEP+ : La production algérienne réduite de 200.000 barils par jour

L’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et ses alliés ont convenu, à l’issue de la réunion extraordinaire tenue de jeudi à vendredi par visioconférence, de réduire la production de 10 millions de barils par jour (mbj) dont 200 000 barils pour l’Algérie durant les mois de mai et juin.

Dans une déclaration à l’APS au terme des travaux de cette 9e réunion ministérielle tenue de jeudi à vendredi, M. Arkab a affirmé que les pays membres de l’Opep et non-Opep ont décidé de réduire de 10 millions (mbj) durant deux prochains mois (mai et juin) en vue de stabiliser les prix du pétrole impactés par la pandémie du coronavirus.

Les pays de l’Opep + ont décidé également d’un second accord. Celui-ci porte sur une baisse de la production pétrolière de l’ordre de 8 millions (mbj) durant les second semestre 2020, a ajouté le ministre de l’Energie.

Un troisième accord a été signé aussi par les pays de l’Opep + portant sur une réduction de la production pétrolière de l’ordre de 6 millions (mbj) et ce à partir de janvier 2021 jusqu’au mois avril 2022, a précisé encore M.Arkab.

Se félicitant de ces décisions “importantes” prises lors de cette réunion ministérielle, il a estimé que ces trois accords vont permettre d’absorber le surplus de l’offre pétrolière disponible actuellement sur le marché et d’enrayer la chute des cours du brut.

Les trois accords devront permettre, a-t-il souligné, de réduire aussi les quantités en surplus existant au niveau des stocks pétroliers mondiaux.

S’agissant du quota de baisse de la production algérienne, il sera de l’ordre de 200.000 barils par jour (bj) durant les deux mois de mai et juin, avant d’atteindre les 145.000 (bj) pendant le second semestre de l’année 2020, a expliqué le ministre de l’Energie.        

“Ces réductions sont nécessaires et indispensables pour aider à la stabilité du marché pétrolier”, a-t-il indiqué, faisant observer que l’Arabie Saoudite et la Russie vont réduire pour chacune d’elle une quantité de 2,5 millions de barils/j (soit au total 5 millions de barils/j).

A l’execption du Mexique pour qui la quantité de réduction de sa production n’a pas été encore fixée, tous les autres pays membres de l’Opep+ ont paraphé ces trois accords de baisse, a tenu à signaler le ministre de l’Energie. 

Par ailleurs, M. Arkab a affirmé que les pays de l’Opep+ ont convenu de convaincre, lors de la conférence virtuelle des ministres de l’Energie du G20, prévue vendredi, les autres producteurs pétroliers mondiaux d’adhérer aux présents accords.

Ainsi, la Russie, l’Arabie Saoudite et le Mexique, en tant que pays membres du G20, ont été chargés, selon le ministre de l’Energie, de mener cette mission en vue de faire participer les autres producteurs mondiaux à une réduction supplémentaire de 5 millions barils par jour de manière à soutenir les efforts déployés pour la stabilisation du marché pétrolier.

Continue Reading

Economie

Opep+ : Les pays producteurs d’accord pour réduire leur production de pétrole

Yasmine Marouf-Araibi

Published

on

© DR | Opep+ : Les pays producteurs d'accord pour réduire leur production de pétrole

L’organisation des pays exportateurs de pétrole et ses alliés dont la Russie (Opep+) , ont annoncé une baisse de leur production de 10 millions de barils par jour,  soit 10 % de l’offre mondiale, à compter du 1er mai.

Cette réduction de l’offre sera mise en place pour une période initiale de deux mois, précise un communiqué diffusé à l’issue d’une réunion des membres de l’Opep+ par visioconférence. L’Opep+ compte ensuite ramener la baisse de sa production à 8 millions de barils par jour jusqu’en décembre, puis à 6 millions de barils par jour entre janvier 2021 et avril 2022.

Le communiqué ne mentionne pas la contribution d’autres pays producteurs – comme les États-Unis – à cette diminution de l’offre de pétrole sur le marché mondial.

La prochaine réunion de l’Opep+ a été fixée au 10 juin.

Avec Reuters

Continue Reading

Economie

Pétrole : le prix du panier des bruts de l’OPEP à 21,19 dollars

Avatar

Published

on

By

le prix du panier de quatorze pétroles bruts (ORB), qui sert de référence à l’Opep s’est établi à 21, 19 dollars mercredi, selon les données de l’Organisation publiées jeudi sur son site web.

L’ORB était de 22, 67 mardi, contre 23, 48 dollars en début de la semaine en cours, selon les calculs du secrétariat de l’Opep .

Ce panier de référence de pétrole brut de l’Opep introduit en 2005, comprend le Sahara Blend (Algérie), Girassol (Angola), Djen(Congo),Oriente (Equateur), Zafiro (Guinée Equatoriale),Rabi light (Gabon), Iran Heavy (Iran),Basra Light (Irak), Kuwait Export ( Koweït), Es-Sider (Libye), Bonny Light (Nigéria), Arab Light (Arabie saoudite), Murban (Emirats arabes unis) et Mery (Venezuela)”.

Par contre, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juin valait 33,85 dollars jeudi matin à Londres, en hausse de 3,08% par rapport à la clôture de mercredi.

A New York, le baril américain de WTI pour mai gagnait 4,03%, à 26,10 dollars.

Cette progression intervient quelques heures avant la réunion exceptionnelle de l’Opep+ qui discutera des dispositions à prendre pour équilibrer le marché pétrolier.

Ainsi, les membres de l’Opep vont tenter de s’accorder sur des baisses de production afin de soutenir les prix qui se sont effondrés avec la pandémie de Covid-19.

Jeudi, le ministre koweïtien du Pétrole Khaled al-Fadhel, cité par le quotidien koweïtien Al-Rai a évoqué une baisse commune de “10 à 15 millions de barils par jour”, et le partage de celle-ci entre pays.

Ce responsable a ajouté que des discussions se poursuivent aussi avec des grands pays pétroliers tels les Etats-Unis, le Brésil, le Canada, l’Argentine, la Colombie et la Norvège.

Du côté de la Russie, principal allié de l’Opep , un porte-parole de son ministère de l’Energie avait indiqué à l’agence TASS, que Moscou était “prêt à réduire de 1,6 million de barils par jour” sa production, soit 14% de son niveau au premier trimestre 2020.

La réunion de ce jeudi est qualifiée par des experts comme ‘’un signal positif’’ pour le marché de l’or noir fait face aux répercussions de la pandémie du Coronavirus en plus d’une augmentation de la production mondiale de pétrole, due à la volonté de certains pays de produire au maximum de leurs capacités.

Face à une forte chute des prix du brut et son impact sur plusieurs pays producteurs de pétrole, l’Arabie Saoudite a lancé jeudi dernier un appel pour tenir une réunion “urgente” de l’Opep et d’autres pays, dont la Russie, pour parvenir à un “accord équitable qui rétablira l’équilibre des marchés pétroliers”. Cet appel a été un signal positif pour une reprise des consultations notamment avec la Russie.

Pour sa part l’Algérie, qui assure la présidence de la Conférence de l’Opep, a appelé dimanche les producteurs de pétrole à saisir l’opportunité de la réunion prévue le 9 avril, pour “privilégier le sens de responsabilité” et aboutir à un accord sur une réduction de la production pétrolière qui soit “globale, massive et immédiate”.

Continue Reading

Tendances

INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR