Connect with us

Politique

Condamnation de Karim Tabbou : vague d’indignation face à un « scandale judiciaire »

Melissa NAIT ALI

Published

on

© Ferhat Bouda pour INTERLIGNES & Agence Vu | Karim Tabou près de sa demeure à Douera
© Ferhat Bouda pour INTERLIGNES & Agence Vu | Karim Tabou près de sa demeure à Douera

« Procès arbitraire », « un scandale judiciaire », une « grave atteinte aux droits »… Les réactions face à l’alourdissement de la condamnation du détenu politique, Karim Tabbou, prononcé, en début de matinée d’aujourd’hui, par le juge près la cours d’Alger se multiplient.

Des avocats, des défenseurs des droits de l’homme et des partis politiques n’ont pas tardé à réagir à ce jugement « indigne ». Dans un communiqué rendu public, le vice-président de la LADDH (aile Zehouane), Saïd Salhi, dénonce une volonté d’empêcher Karim Tabbou de quitter la prison « à travers la programmation de ce procès en deuxième instance ».

« Ce qui s’est passé à la cour de Ruisseau est un précédent grave, qui s’ajoute à tous les disfonctionnements et égarements du système judiciaire Algérien, qui visiblement n’arrive pas à se libérer de l’emprise du pouvoir exécutif », lit-on dans un communiqué de l’organisation, qui appelle à la libération de tous les détenus d’opinion.

Pour sa part, le président de l’autre aile de l’organisation, Nourredine Benissad, parle « d’une grave atteinte aux droits de la défense vient de se produire à la cour d’Alger ». « Karim Tabbou vient d’être condamné en appel à une année de prison ferme sans qu’il puisse avoir droit à une défense conformément aux dispositions de la constitution et du pacte international sur les droits civils et politiques ratifié par l’Algérie », affirme-t-il, précisant que Karim Tabbou, victime d’un malaise en pleine audience, « n’a pas eu droit à un procès équitable conformes aux standards internationaux ».

« La LADDH exige une enquête indépendante et impartiale pour lettre la lumière sur les tenants et les aboutissants de cette affaire », lit-on dans le même communiqué. Le collectif des avocats qui s’est précipité à la dernière minute à la Cour d’Alger qui a programmé ce procès « en catimini », en l’occurrence Mustafa Bouchachi, Abdelghani Badi, Zoubida Assoul et d’autres, dénoncent « un scandale judiciaire » et « un procès honteux ». « Nous n’allons pas nous taire face à cette dérive », lancent-ils.

Réagissant également, le rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD) qualifie ce verdict « de fait plus que gravissime, produit d’une entorse inqualifiable aux droits élémentaires de la défense et aux droits fondamentaux du prévenu ».

« Cela nous renseigne une fois de plus sur l’instrumentalisation éhontée de la justice ; profitant de plus de la grave situation sanitaire que vit le pays actuellement. Le RCD condamne avec force une dérive effroyable et inédite d’un système pourtant déjà largement condamné par l’histoire. Il exige que les auteurs de ce crime contre le peuple et l’Algérie soient poursuivis », lit-on dans un communiqué du parti.

Advertisement
2 Comments

2 Comments

  1. Avatar

    benali salim

    25 mars 2020 at 14:13

    une dérive de plus pour cette justice expéditive, une justice aux ordres qui se donne, en plus et comble du cynisme, au nom du peuple. A quand ce quatrième pouvoir bancal va t il se libérer de la mainmise des décideurs et réclamer son indépendance. Le juge qui a osé ce crime contre le droit est indigne et ne mérite pas de rester à son poste après une telle bévue monumentale.

  2. Avatar

    RabZair

    30 mai 2020 at 10:30

    Vous voulez dire une “vaguelette” de franco-berbéristes notoirement connus

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Politique

Affaire Nekkaz : la Cour d’Alger statuera le 12 juillet

Yasmine Marouf-Araibi

Published

on

© DR |

La chambre d’accusation près la cour d’Alger (Ruisseau) statuera dans le dossier du détenu Rachid Nekkaz le 12 juillet, annonce le comité national pour la libération des détenus (CNLD).

Rachid Nekkaz a été arrêté et placé sous mandat de dépôt à la prison d’El Harrach depuis le 4 décembre 2019. Il est poursuivi pour «atteinte à l’unité nationale», «incitation des citoyens à prendre les armes», « attroupement et agression physique».


Continue Reading

Politique

Samir Belarbi et Slimane Hamitouche libres

Yasmine Marouf-Araibi

Published

on

© DR |

Les deux militants Samir Belarbi et Slimane Hamitouche ont été remis en liberté provisoire ce jeudi 02 juillet par le tribunal de Sidi M’hamed, annoncent les avocats des prévenus.

Arrêtés lors d’une marche populaire le samedi 07 mars à Alger centre, Samir Belarbi et Slimane Hamitouche ont été placés sous mandat de dépôt le 10 mars dernier. Ils sont tous les deux accusés “d’incitation à attroupement non armé” et “atteinte à l’unité nationale” énoncés dans l’article 100 alenea 1 et article 79 du code pénal.

Continue Reading

Politique

l’Algérie récupère les crânes de 24 martyrs de la résistance populaire

Yasmine Marouf-Araibi

Published

on

© DR |

L’Algérie va récupérer, dans les heures à venir, les crânes de 24 martyrs de la résistance populaire, a annoncé jeudi Abdelmadjid Tebboune, lors de la cérémonie de remise de grades et de médailles à des officiers de l’Armée nationale populaire.

Les cranes des martyrs de la résistance populaire, jusqu’au là conservés au Musée de l’Homme à Paris, seront acheminés à bord d’un avion militaire, précise le Président.

Continue Reading

Tendances

INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR