Connect with us

Politique

Commission américaine de la liberté religieuse internationale : “l’Algérie placée sur la liste de surveillance spéciale”

Yasmine Marouf-Araibi

Published

on

© DR |Notre dame d'Afrique, Alger

Dans son rapport de 2020, la commission américaine de la liberté religieuse internationale (USCIRF) a classé l’Algérie “sur la liste de surveillance spéciale”. Selon la commission, le pays a “commis une grave violation de la liberté religieuse» après la fermeture de deux églises protestantes en octobre 2019.

« En 2019, le gouvernement algérien a intensifié la répression envers les minorités religieuses. Le gouvernement a réprimé la communauté protestante évangélique par des fermetures d’églises et des raids“, a déclaré Gayle Manchin, vice-présidente de la commission dans une vidéo diffusée le 1er juin sur Twitter.

Dans notre rapport de 2020, nous avons recommandé au département d’État de placer l’Algérie sur la liste de surveillance spéciale parce qu’elle a commis une grave violation de la liberté religieuse“, a-t-elle révélé.

En 2019, l’Algérie a fermé deux des plus grandes églises protestantes du pays. Douze églises, sur un total de 85, étaient toujours fermées à la fin de l’année 2019″, a-t-elle fait savoir.

“La loi de 2006 exige que tous les groupes religieux non-musulmans obtiennent un permis auprès d’un corps du gouvernement qui se réunit rarement et qui n’a pas délivré de permis pour une quelconque église”.

Par ailleurs la vice- présidente a averti qu’il y a “de nombreux moyens avec lesquels le gouvernement américain puisse faire pression sur l’Algérie pour qu’elle assure à ses citoyens le droit humain fondamental de liberté de religion ou de croyance”.

Pour rappel, deux églises protestantes ont été mises sous scellé la mi-octobre 2019 dans la wilaya de Tizi-Ouzou. La décision a été justifiée par les autorités algériennes par l’absence d’autorisation d’exercice.

En effet, le 22 octobre 2019 l’ancien ministre de l’Intérieur des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire, Salah Eddine Dahmoune avait affirmé qu’‘aucune instruction n’a été donnée pour la fermeture d’églises activant de manière légale à travers certaines wilayas du pays” précisant que les services relevant de son secteur ont procédé à “la fermeture récemment d’hangars convertis en églises activant illégalement dans quelques wilayas du pays”.

“l’Algérie fait partie des pays pionniers dans le domaine de respect de la liberté d’opinion et de croyance”, et elle “n’a pas à recevoir de leçons sur les droits de l’Homme”, avait-t-il renchéri.

Advertisement
Comments
INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR