fbpx
Suivez-nous

Economie

Commerce extérieur: un déficit de plus de 3 milliards de dollars au 1er semestre 2019

Avatar

Publié

le

Restrictions à l’import : le déficit commercial ne baisse que grâce au pétrole

La balance commerciale de l’Algérie a enregistré un déficit de 3,18 milliards de dollars durant le 1er semestre 2019, contre un déficit de 2,84 milliards de dollars à la même période en 2018, a appris l’APS auprès de la direction générale des Douanes (DGD).

 

Les exportations algériennes ont atteint 18,96 milliards de dollars (mds usd) durant le 1er semestre de l’année en cours, contre 20,29 mds usd à la même période de 2018, soit une baisse de -6,57%, indiquent les statistiques provisoires de la direction des études et de la prospective des Douanes (DEPD).

Pour les importations, elles ont atteint 22,14 mds usd, contre 23,14 mds usd, enregistrant également une baisse de -4,30%.

De janvier à juin dernier, les exportations ont assuré la couverture des importations à hauteur de 86%, contre 88% à la même période de l’année précédente.

Les hydrocarbures ont représenté l’essentiel des ventes algériennes à l’étranger au cours du 1er semestre 2019 (93,10% du volume global des exportations) en s’établissant à 17,65 mds usd, contre 18,84 mds usd à la même période 2018, en baisse de (-6,31%).

Pour les exportations hors hydrocarbures, elles restent toujours marginales, avec près de 1,31 md usd le 1er semestre 2019, ce qui représente 6,90% du volume global des exportations, contre 1,45 md usd à la même période en 2018, en baisse de -10,01%, précisent les données de la DEPD.

Les exportations hors hydrocarbures étaient composées des demi-produits avec 995,12 millions usd (contre 1.129,94 md usd en 2018) en baisse de -11,93%, des biens alimentaires avec 208,02 millions usd (contre 202,33 millions usd) en hausse de 2,81%, des biens d’équipement industriels avec 44,77 millions usd (contre 51 millions usd) en baisse de -12,23%.

Elles étaient composées aussi des produits bruts avec 40,53 millions usd contre 52,36 millions (-22,59%), les biens de consommation non alimentaires, avec 19,10 millions usd, contre 17,42 millions usd, en hausse de +9,62% par rapport à la même période de comparaison, et enfin les biens d’équipements agricoles avec 0,19 millions usd contre 0,09 millions usd en hausse de 110,07%.

Chute de plus de 62% des importations des carburants

 

Pour ce qui est des importations, cinq groupes de produits sur les sept que contient la structure des importations ont reculé durant le six premiers mois de  l’année 2019 et par rapport à la même période de l’année dernière.

En effet, la facture d’importation du groupe énergie et lubrifiants (carburants) a chuté de 62,22%, en s’établissant à 275,51 millions usd, contre 729,32 millions usd.

Les biens alimentaires dont les importations se sont chiffrées à 4,127 mds usd contre 4,613 mds usd, en baisse de -10,52%, selon les Douanes.

Même tendance a été enregistrée par les biens d’équipements agricoles qui ont totalisé 253,06 millions usd, contre 275,41 millions usd (-8,12%),  les biens d’équipements industriels avec 7,41 mds usd contre 7,82 mds usd (-5,24%) et enfin les biens de consommation (non alimentaires ) avec 3,22 mds usd contre 3,30 mds usd (-2,36%).

En revanche, deux  groupes de produits de la structure des importations ont connu des hausses durant la période de comparaison.

En effet, les demi-produits ont totalisé 5,80 mds usd, contre près de 5,42 mds usd (+7,12%) et les produits brut ont atteint 1 04,07 md usd, contre 974,44 millions usd (+7,04%).

 

La France, 1er client, la Chine,1er fournisseur

 

 Concernant les partenaires commerciaux de l’Algérie, durant le 1er semestre 2019, les six premiers clients du pays ont représenté près de 53% des exportations algériennes.

A ce titre, la France, devance l’Italie, est devient le principal client avec 2,660 mds usd soit (14% des exportations algériennes globales), en hausse de 14,98%,  suivie de l’Italie avec 2,501 mds usd (-16,41%), l’Espagne avec 2,259 mds usd (-11,03%), les Etats-Unis avec 1,597 md usd (-17,74%) et la Grande Bretagne avec 1,184 md usd (-16,29%).

En ce qui concerne les principaux fournisseurs de l’Algérie, les cinq premiers ont représenté plus de 50 % durant le 1er semestre 2019.

Les cinq principaux fournisseurs de l’Algérie sont: la Chine qui maintient toujours sa première place avec 4,219 mds usd (plus de 19% des importations globales algériennes), en hausse de 23,14%, suivie de la France avec 2,144 md usd (-5,93%), de l’ Espagne avec 1,678 md usd (-6,76%), de l’Allemagne avec 1,643 md usd (-0,83%) et l’Italie avec 1,577 md usd (-17,42%).

 

Les principaux fournisseurs de l’Algérie durant le 1er semestre 2019

 

Pays                Valeur                     Evolution

             (Millions de dollars)

 

-Chine              4.219                     +23,14%

-France            2.144                      -5,93%

-Espagne          1.678                     -6,76%

-Allemagne       1.643                     -0,83%

-Italie               1.577                    -17,42%

-Turquie           1.255                   +10,17%

-Argentine           861                    -28,07%

-USA                   582                    -38,06%

-Brésil                 579                    -3,61%

-Inde                  494                    -23,83%

-Sud-Corée          456                   -28,53%

-Russie                340                  -38,67%

-Canada               323                  +6,89%

-A-Seoudite          323                   -0,14%

-Pologne              312                  +23,27%

 

Reste du monde (160 pays):           5.353,46

TOTAL  :                                      22.146,95.

 

 

Les principaux clients de l’Algérie durant le 1er semestre de 2019

 

Pays                              Valeur                           Evolution    

                           (Millions de dollars)    

 

-France                         2.660                           +14,98%

-Italie                           2.500                            -16,41%

-Espagne                      2.250                         -11,03%

-USA                            1.590                           -17,74%

-Gde Bretagne               1.180                        -16,29%

-Turquie                        1.120                         +4,24%

-Chine                           1.000                         +36,42%

-Brésil                              755                          -23,52%

-Inde                               748                              +1,10%

-Corée du Sud                  660                           +6,34%

-Tunisie                           602                          +53,92%

-Pays-Bas                        564                           -39,15%

-Portugal                         503                           -3,93%

-Belgique                         465                          -27,68%

-Australie                         304                         +63,75

 

Reste du monde (125 pays)                              2.031

Lire la suite
Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Economie

ExxonMobil associée à l’évaluation du potentiel en hydrocarbures de l’Algérie

 L’Agence Nationale pour la valorisation des ressources en hydrocarbures (ALNAFT) a signé dimanche une convention avec ExxonMobil portant sur la participation de cette compagnie américaine à l’étude d’évaluation du potentiel en hydrocarbures des bassins du domaine minier du Sahara algérien, a annoncé lundi l’agence dans un communiqué.

Bouzid ICHALALENE

Publié

le

Champs de production pétrolière
© DR | Champs de production pétrolière

La signature de la convention, qui s’inscrit dans le cadre de la mission d’ALNAFT visant la promotion et la valorisation du domaine minier hydrocarbures, fait d’ExxonMobil la quatrième compagnie multinationale à rejoindre l’Agence dans cette étude, après l’italien ENI, le français Total et le norvégien Equinor, a précisé la même source.

Selon ALNAFT, la compagnie américaine « ExxonMobil montre ainsi son intérêt, à l’instar des autres compagnies, pour le domaine minier hydrocarbures algérien, qui recèle encore d’importants ressources en hydrocarbures ».

ALNAFT considère cet engagement comme « un premier pas d’ExxonMobil en Algérie pour la prospection d’opportunité dans la recherche et l’exploitation des hydrocarbures ».

L’apport de ENI, Total, Equinor et ExxonMobil, leaders dans le domaine des hydrocarbures, consolidera l’expertise déjà mobilisée par ALNAFT avec BEICIP-FRANLAB pour le succès de l’étude en cours de réalisation.

Ceci permettra, sans doute, d’améliorer la prospectivité du domaine minier algérien des hydrocarbures, a souligné la même source, ajoutant que ce partenariat vise à améliorer la qualité et la fiabilité des résultats de l’étude objet du contrat conclu entre ALNAFT et BEICIP-FRANLAB le 10 septembre 2017.

La première phase de cette étude, clôturée en juin 2019, a montré un potentiel qui place l’Algérie aux premiers rangs mondiaux en termes de ressources en hydrocarbures générées. Cette phase a porté sur l’évaluation régionale de l’ensemble des bassins du Sahara et a permis d’identifier les zones les plus prometteuses.

La deuxième phase, dont les résultats finaux sont prévus pour le premier semestre 2020, est consacrée à l’évaluation de détails de ces zones prometteuses et qui feront objet d’appels à la concurrence pour la conclusion de contrats de recherche et d’exploitation, a-t-on fait savoir.

Lire la suite

Economie

Algerie-Russie: contrats pour l’exportation de plus de 4.000 tonnes de dattes

Des exportateurs algériens spécialisés dans le domaine de la production et de la transformation des dattes ont affirmé que leur participation au Salon international des produits agroalimentaires « World Food Moscow », organisé récemment à Moscow (Russie) a constitué une occasion pour la conclusion de contrats commerciaux en vue d’exporter plus de 4.000 tonnes de dattes vers la Russie et vers d’autres pays européens.

Avatar

Publié

le

Par

Crédit photo l DR.

 

Dans une déclaration à l’APS au terme de cette manifestation économique internationale, les exportateurs algériens ont fait savoir que leurs participations régulières aux expositions et aux salons internationaux avaient permis de faire connaître les dattes algériennes, très prisées.

Ils ont dit avoir reçu, lors de ce salon, de nombreuses demandes pour l’exportation de dattes algériennes, ajoutant que des opérateurs coréens, chinois, finlandais, indonésiens, et indiens avaient formulé le vœu de conclure des contrats commerciaux pour l’importation de dattes algériennes, notamment la variété « Deglet Nour », classée parmi les meilleures variétés de dattes au monde.

Le responsable de la société Haddadou pour la production des dattes, Salim Haddadou, a indiqué que sa société avait conclu, lors de ce salon, un contrat avec une société russe de distribution visant l’exportation de près de 1.000 tonnes de dattes vers les marchés russes, soulignant avoir reçu d’autres demandes d’Indonésie, d’Inde, des Emirats arabes unis (EAU), du Bengladesh et du Sri Lanka, lesquelles se trouvent actuellement en cours d’examen.

Rappelant que les dattes algériennes avaient connu, ces dernières années, un grand succès au niveau international, M. Haddadou a précisé que lesdites dattes avaient réussi, en outre, à se positionner sur les marchés du sud-est de l’Asie, notamment en Inde.

Le gérant de l’entreprise de dattes Bouarfa, Achab Mouloud, a fait état de la conclusion d’un contrat avec une entreprise russe pour l’exportation de dattes dès le mois d’octobre 2019, précisant qu’un volume de 110 tonnes sera exporté dans un premier temps. Il a fait savoir que son entreprise avait conclu, par le passé, d’autres contrats avec des entreprises de différentes nationalités, soulignant que la datte algérienne était très prisée.

Le propriétaire de l’entreprise « Toumour Djazairia », Ben Abdelhalim Mokaddem, a, pour sa part, indiqué que son entreprise avait signé un contrat avec une entreprise russe pour l’exportation de 400 tonnes de dattes à compter de février 2020.

Le producteur, transformateur et exportateur de dattes algériennes Mehdi Bouguendoura a précisé, quant à lui, que son entreprise « Razan » était présente sur le marché européen depuis cinq (5) ans, notant que la datte algérienne avait réussi à investir les grands marchés en Europe, en Afrique et en Asie.

Il a, toutefois, fait remarquer que les quantités de dattes demandées par les distributeurs étrangers dépassaient les capacités de production de son entreprise qui a, quand même, pu exporter plus de 2.500 tonnes de dattes vers l’étranger.

Selon Khaldoun Al-Asmar, l’un des plus grands distributeurs de dattes au Moyen-Orient présent au « World Food Moscow, la datte algérienne est très demandée dans plus de 35 pays depuis 2008.

Concernant les dattes biologiques (cultivées sans substances chimiques artificielles), le directeur de l’entreprise « Biodattes-Algérie », Youcef Abdelbaki, a indiqué qu’elles étaient très demandées en Europe, signalant que 1.340 tonnes de dattes « Bio » avaient été exportées vers l’étranger jusqu’à septembre 2019.

Lire la suite

Economie

Aigle Azur disparaîtra faute de repreneur « crédible »

Espoir brisé pour Aigle Azur et ses 1.150 salariés: aucune offre de reprise n’a été retenue pour la compagnie aérienne spécialiste de l’Algérie, qui va cesser son activité vendredi soir, a annoncé le tribunal de commerce d’Evry.

Avatar

Publié

le

Des employés de la compagnie aérienne Aigle Azur avaient manifesté le 9 septembre 2019 devant le ministère des Transports à Paris
© AFP | Des employés de la compagnie aérienne Aigle Azur avaient manifesté le 9 septembre 2019 devant le ministère des Transports à Paris

« On avait espéré jusqu’au bout que quelque chose se passe », a regretté Bruno Forey, de la CFDT, le premier syndicat de la compagnie. « Il semblerait que l’on veuille que le transport aérien français soit axé uniquement autour d’Air France », a-t-il lancé, disant éprouver « une profonde déception ».

De son côté, la présidente du tribunal de commerce Sonia Arrouas a regretté dans un communiqué une décision « difficile », car « tout avait été mis en œuvre pour sauver les salariés ». « La fin de la poursuite d’activité aura lieu ce soir, vendredi 27 septembre à minuit », a-t-elle ajouté.

Concrètement, « la liquidatrice a 21 jours pour licencier tout le monde », explique Bruno Forey. « C’est la durée légale. Il n’y a pas de plan de sauvegarde de l’emploi, donc tout le monde est licencié au minimum légal. On va pointer à Pôle emploi dans 21 jours ».

Aigle Azur, spécialisée dans les liaisons avec l’Algérie et la desserte du bassin méditerranéen, emploie quelque 1.150 personnes, dont 800 en France et 350 en Algérie.

« Désistements » et « absences d’offres concrètes »

La compagnie, dont les 11 avions ne volent plus depuis le 7 septembre, avait été placée en liquidation judiciaire le 16 septembre avec poursuite d’activité jusqu’à ce vendredi pour laisser aux repreneurs le temps d’améliorer leurs offres de reprise.

Mais finalement, « aucune solution pérenne n’a été proposée par les candidats repreneurs », a expliqué Mme Arrouas, déplorant « les désistements ou les absences d’offres concrètes, l’absence de moyens financiers des candidats crédibles », « l’indétermination de la provenance des fonds » ou encore « l’irrecevabilité de certaines propositions ».

Le secrétaire d’Etat aux Transports Jean-Baptiste Djebbari, qui a promis aux salariés « un accompagnement particulier (…) afin d’assurer un retour plus rapide à l’emploi », a réagi en assurant que « tout avait été mis en œuvre pour donner leurs meilleures chances aux offres de reprise », mais qu' »aucune offre financée » n’avait pu « aboutir ».

Deux offres étaient étudiées, l’une émanant de deux anciens responsables d’Air France, Lionel Guérin et Philippe Micouleau, subordonnée à l’obtention d’un prêt participatif de 15 millions d’euros auprès de l’État, l’autre présentée par Lu Azur, actionnaire minoritaire d’Aigle Azur à hauteur de 19%.

« L’une ne pouvait être choisie car elle reposait sur une majorité de capitaux extra-communautaires, l’autre était assortie d’une aide de l’État », a expliqué à l’AFP Bruno Forey, également membre du Comité social et économique de l’entreprise.

Vendredi soir Gérard Houa, actionnaire minoritaire d’Aigle Azur via la société Lu Azur, a fustigé un « jugement irrationnel » qui « met à mort une entreprise en difficulté, pourtant pleine de potentiel » et appelé le gouvernement à « prendre ses responsabilités ».

Conditions « compliquées »

Air France, un temps intéressée, n’avait finalement pas déposé d’offre. « Il y a certains avoirs intéressants » mais les conditions légales et sociales « sont plutôt compliquées », a estimé Benjamin Smith, directeur général d’Air France-KLM, vendredi lors d’une conférence de presse à Toulouse.

« Nous voulions bien reprendre des gens, les accueillir, mais à des conditions qui nous permettent de réussir », a déclaré de son côté Marc Rochet, directeur général du groupe Dubreuil Aero (maison mère d’Air Caraïbes et de French Bee), sur franceinfo, blâmant « des gens qui ont mené une guérilla permanente contre les directions successives (…) et se sont construit des statuts qui font que ça n’est plus cohérent avec le marché ».

Liant la situation d’Aigle Azur à celle d’une autre compagnie en difficulté, XL Airways, une intersyndicale du transport aérien a appelé vendredi le gouvernement à venir en aide à un secteur engagé dans une « trajectoire mortifère ». Ils seront reçus « prochainement » par M. Djebbari, a assuré de son côté l’entourage du secrétaire d’Etat aux Transports à l’AFP vendredi, sans plus de précisions.

De son côté, l’intersyndicale de XL Airways a « exhorté les pouvoirs publics, nos actionnaires actuels et les autorités de tutelle à trouver une solution » pour éviter « un drame social de plus ».

Selon Bruno Forey, Air France bénéficiera de la fin d’Aigle Azur: « la moitié des créneaux » d’atterrissage et de décollage à l’aéroport d’Orly « doit être redistribuée au prorata de l’activité », lui revenant en grande partie.

Ces créneaux, très convoités car leur total est plafonné, seront réattribués au bout d’un mois par l’Association pour la coordination des horaires (Cohor).

Lire la suite

Tendances