Connect with us

Economie

Commerce extérieur : L’Algérie lève le gel des domiciliations avec l’Espagne

Published

on

©DR | Drapeaux algérien et espagnol

L’Association Professionnelle des Banques et des Établissements Financiers (ABEF) a adressé une correspondance aux directeurs généraux des établissements bancaires dont nous avons une copie, dans laquelle elle annonce que « les mesures conservatoires cités en objet ne sont plus de mise » faisant référence ainsi aux mesures de « gel des domiciliations bancaires des opérations du Commerce Extérieur de produits et services de et vers l’Espagne » à partir du 28 Juillet 2022.

« A l’issue de l’opération d’évaluation du dispositif objet de la présente, en concertation avec les acteurs concernés du commerce extérieur, les mesures conservatoires cités en objet ne sont plus de mise » a écrit l’ABEF.

La même source précise qu’ « il  demeure entendu que la domiciliation bancaire des opérations de commerce extérieur doit observer les dispositions et exigences prévues par la législation et réglementation en vigueur ».

Alger a décidé le 9 juin dernier de geler toutes les domiciliations des opérations bancaires des opérations de commerce extérieurs des produits et services de et vers l’Espagne. Elle fait suite à la suspension par l’Algérie du traité d’amitié, de bon voisinage et de coopération avec le Royaume d’Espagne.

La crise a commencé en mars dernier, lorsque le Maroc diffusait une lettre du premier ministre espagnole, Pedro Sanchez adressée au roi Mohammed VI dans laquelle le chef de l’exécutif qualifiait le plan marocain d’autonomie pour le Sahara occidental – qui exclut de fait l’exercice du droit à l’autodétermination du peuple sahraoui – de «base la plus sérieuse, réaliste et crédible pour la résolution du contentieux».

Sanchez souhaitait à travers ce geste calmer la colère de Rabat qui a été provoquée par l’accueil en Espagne du chef des indépendantistes sahraouis du Front Polisario, Brahim Ghali, en avril 2021 pour y être soigné du Covid-19.

Mais officiellement, Madrid a annoncé à l’époque que cette normalisation avait pour but principal de s’assurer de la « coopération » de Rabat dans le contrôle de l’immigration illégale. Mais trois mois plus tard, un drame a survenu lorsque vingt-trois migrants ont péri lors d’une tentative d’entrée de près de 2 000 clandestins d’origine d’africaine, les 24 et 25 juin, dans l’enclave espagnole de Melilla, au nord du Maroc.

Ces manœuvres très contestées du premier ministre espagnol même par son parlement on provoqué la colère d’Alger qui avait décidé de geler les les domiciliations des opérations bancaires des opérations de commerce extérieurs des produits et services de et vers l’Espagne.

L’Union européenne a mis en garde vendredi 10 juin, l’Algérie contre les conséquences des restrictions commerciales qu’elle a imposées à l’Espagne, menaçant Alger de mesures de rétorsion si aucune solution n’est trouvée pour régler le contentieux.

Reste à savoir, quelles sont les raisons qui ont poussé Alger à revenir sur cette décision ? Ont-ils eu des garanties auprès de l’Espagne concernant leur position sur le Sahara Occidental ?

Continue Reading
Advertisement
Comments
INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR