Connect with us

Economie

Commerce extérieur : déficit de 1,5 milliard de dollars au 1er trimestre 2020

Avatar

Published

on

La balance commerciale de l’Algérie a connu un déficit de 1,5 milliard de dollars durant le 1er trimestre 2020, contre 1,19 milliard de dollars à la même période en 2019, en hausse de 26,21%, a appris dimanche l’APS auprès de la direction générale des Douanes (DGD).

Les exportations algériennes ont atteint près de 7,62 milliards de dollars (mds usd) durant les trois premiers mois de l’année en cours, contre 10,14 mds usd à la même période de l’année dernière, enregistrant ainsi une baisse de 24,89%, précisent les statistiques provisoires de la direction des études et de la prospective des Douanes (DEPD).

Les importations ont, pour leur part, totalisé 9,12 mds usd, contre 11,33 mds usd, également en baisse de 19,52%.

Les exportations ont ainsi assuré la couverture des importations à hauteur de 83,50%, contre 89,48% durant la même période de comparaison.

Les hydrocarbures ont représenté l’essentiel des exportations algériennes durant le 1er trimestre 2020, avec 92,40% du volume global des exportations, en s’établissant à près de 7,04 mds usd, contre 9,48 mds usd, enregistrant un recul de 25,78%.

Pour les exportations hors hydrocarbures, elles restent toujours marginales, avec 578,7 millions usd, ce qui représente 7,60% du volume global des exportations, contre 658,04 millions usd, en baisse de 12,06%, durant la même période de comparaison.

Les statistiques des Douanes montrent que ce recul des exportations hors hydrocarbures a concerné tous les groupes des principaux produits exportés.

En effet, les exportations hors hydrocarbures étaient composées des demi-produits, avec 433,57 millions usd contre 481,47 millions usd, en baisse de (9,95%), des biens alimentaires avec 111,48 millions usd contre 111,72 millions usd (-0,21%) des biens d’équipement industriels avec 11,19 millions usd contre 29,02 millions usd (-61,42%).

Elles étaient composées aussi de produits bruts avec 15,28 millions usd, contre 26,46 millions (-42,23%) et les biens de consommation non alimentaires avec 7,16 millions usd, contre 9,21 millions usd (-22,24%).

Pour ce qui est des importations, quatre groupes de produits sur les sept que contient la structure des importations algériennes ont connu des baisses.

En effet, les biens d’équipements industriels, qui ont représenté plus de 29% de la structure des importations, ont totalisé 2,68 milliards usd contre 4,11 milliards usd à la même période de  comparaison, en baisse de 34,72%.

La facture d’importation du groupe demi-produit a reculé de 33,24%, pour totaliser 1,94 milliard usd contre 2,90 milliards usd.

Cette tendance baissière a concerné aussi les importations des biens de consommation non alimentaires qui ont totalisé 1,44 milliard usd contre 1,57 milliard usd (-8,30%) et les biens d’équipements agricoles avec 62,35 millions usd contre 123,64 millions usd (-49,58%).

En revanche, trois groupes de produits de la structure des importations ont connu des hausses. Il s’agit des importations des produits bruts qui ont totalisé 586,80 millions usd, contre 522,18 millions usd (+12,38%) et le groupe énergie et lubrifiants (carburants) avec 465,46 millions usd contre 165,56 millions usd (+181,14%) et enfin les biens alimentaire avec une légère hausse de (0,59%) pour atteindre 1,93 milliards usd contre 1,92 md usd.

L’Italie principal client et la Chine 1er fournisseur 

Concernant les partenaires commerciaux de l’Algérie, l’Italie , qui a devancé la France durant les deux premiers mois de 2020, maintient toujours sa place de premier client du pays alors que la Chine est restée son premier fournisseur, malgré une baisse de plus de 32% des importations des produits.

Durant le 1er trimestre de 2020, les cinq premiers clients du pays ont représenté 52,32% des exportations algériennes.

L’Italie a occupé la place du principal client du pays avec 1,17 milliard usd d’exportations algériennes vers ce pays, (15,44% du montant global des exportations), malgré une baisse de plus de 33%, suivie de la France avec 1 milliard usd (13,20%), la Turquie avec 705,03 millions usd (9,26%), l’Espagne avec 627,85 millions usd (8,24%) et la Chine avec 471,27 millions usd (6,19%).

En ce qui concerne les principaux fournisseurs de l’Algérie, les cinq premiers ont représenté 47,94%, durant la période du 1er trimestre de l’année en cours.

Les cinq principaux fournisseurs de l’Algérie ont été la Chine, qui maintient toujours sa première place avec près de 1,55 milliard usd (16,99% des importations globales algériennes), en baisse de 32,33%, suivie de la France avec 951,99 millions usd (10,44%), l’Italie avec 741,71 millions usd (8,13%), l’Espagne avec 570,36 millions usd (6,25%) et l’Allemagne avec 558,78 millions usd (6,13%).

En 2019, la balance commerciale de l’Algérie a connu un déficit de 6,11 mds usd contre 4,47 mds usd en 2018, selon les données consolidées des Douanes.

Economie

Le laboratoire Sanofi mis en examen pour “homicides involontaires”

Avatar

Published

on

© DR |

Le groupe pharmaceutique Sanofi, déjà poursuivi pour “tromperie aggravée” et “blessures involontaires” dans l’enquête sur la commercialisation de l’anti-épiléptique Dépakine, a également été mis en examen pour “homicides involontaires”, a-t-il indiqué lundi.

L’enquête avait été ouverte en 2016 auprès du tribunal judiciaire de Paris, suite à une procédure à l’initiative de l’Association d’aide aux parents d’enfants souffrant du syndrome de l’anti-convulsivant (Apesac), représentant 4.000 personnes dont la moitié des enfants malades, et qui s’appuyait sur 14 cas de mères ayant reçu de la Dépakine lors de leur grossesse.

La molécule en cause, le valproate de sodium, est commercialisée depuis 1967 sous la marque Dépakine par Sanofi, mais aussi sous des marques génériques, et est prescrite aux personnes souffrant de troubles bipolaires.

Elle présente néanmoins un risque élevé de malformations congénitales sur le foetus si elle est prise par une femme enceinte.

En février 2020, les juges en charge de l’enquête sur la commercialisation de la Dépakine avaient mis en examen le groupe pharmaceutique français pour “tromperie aggravée” et “blessures involontaires”.

Lundi, le groupe a indiqué à l’AFP avoir également été mis en examen “dernièrement pour homicides involontaires”, confirmant une information du quotidien Le Monde qui évoque la date du 20 juillet.

Le groupe, dans une communication transmise à l’AFP, affirme avoir “respecté ses obligations d’information et conteste le bienfondé de ces poursuites”.

“Le laboratoire a saisi la chambre de l’instruction afin de contester sa mise en examen. L’ensemble de ces éléments ne préjuge en rien de la responsabilité du laboratoire”, met-il en avant.

En juillet dernier, la justice avait pour la première fois reconnu la responsabilité de l’Etat, ainsi que celle de Sanofi et de médecins, dans les effets dévastateurs de l’anti-épileptique Dépakine, le condamnant à indemniser des familles d’enfants lourdement handicapés.

Continue Reading

Economie

La DGI précise les mesures fiscales de soutien aux entreprises impactées par la crise sanitaire

Avatar

Published

on

By

© DR |

 La Direction générale des impôts (DGI) a annoncé mercredi plusieurs mesures fiscales de soutien aux entreprises impactés financièrement par la crise sanitaire actuelle, en application des mesures d’assouplissement décidées par les pouvoirs publics.

“Dans le cadre de la mise en œuvre des mesures d’assouplissement décidées par les pouvoirs publics en soutien aux opérateurs économiques, impactés financièrement par la crise sanitaire actuelle, il a été arrêté, au plan fiscal, l’annulation des amendes, majorations et pénalités appliquées pour dépôt tardif des déclarations et paiement des droits, impôts et taxes y relatifs”, a précisé la DGI dans un communiqué publié sur son site web.

Cette mesure concerne les déclarations mensuelles relatives aux mois de février 2020 et suivants, les déclarations afférentes au 1er et 2ème trimestre de la même année et les déclarations annuelles de résultats ou de revenus de l’exercice 2019, a ajouté la même source.

D’autre part, pour les rôles d’imposition dont la date de mise en recouvrement est intervenue à compter du 22 mars 2020, il est prévu également l’annulation des pénalités de retard mises à la charge des contribuables.

Pour bénéficier de cette mesure, les contribuables concernés sont invités à introduire une demande de remise gracieuse à adresser à la direction des impôts de rattachement, en précisant les pénalités objet de la demande, a expliqué la DGI.

Concernant les contribuables se trouvant en situation de difficultés financières, ils peuvent solliciter, auprès du receveur des impôts compétent, l’octroi d’un échéancier de paiement des impôts et taxes dus, et ce, en fonction de leurs capacités financières, a ajouté le communiqué.

Lors de la réunion du Conseil des ministres, tenue dimanche dernier, le président de la République, Abdelmadjid Tebboune avait instruit le Premier ministre de prendre, avec un effet immédiat, plusieurs mesures dont, le gel du paiement des charges financières et des obligations fiscales et parafiscales dues par les opérateurs économiques pour la période correspondant à la période de confinement.

“Aucune sanction ou paiement de pénalités ne sera exigé de ces opérateurs durant cette période”, avait ordonné M. Tebboune.

Continue Reading

Economie

Hydrocarbures: Sonatrach et OMV signent un mémorandum d’entente

Yasmine Marouf-Araibi

Published

on

© DR |

La compagnie pétrolière et gazière nationale Sonatrach et la société autrichienne OMV ont signé un mémorandum d’entente (MoU), a annoncé la compagnie nationale, jeudi, via un communiqué.

“SONATRACH et OMV ont procédé à la signature d’un Mémorandum d’Entente pour engager des discussions en vue d’identifier les possibilités pour les deux parties d’investir conjointement dans des opérations d’exploration, de développement et de production d’hydrocarbures en Algérie”, indique un communiqué de Sonatrach.

“Le Mémorandum d’Entente montre l’intérêt des deux parties à évaluer les opportunités de collaboration suite à la récente promulgation de la nouvelle loi sur les hydrocarbures”, poursuit le communiqué.

“OMV est une société internationale pétrolière et gazière intégrée basée à Vienne / Autriche, avec une production journalière en amont de 487 kbep/j en 2019, sur ses cinq régions principales de l’Europe Centrale et Orientale, du Moyen Orient et d’Afrique, de la Mer du Nord, de la Russie et de l’Asie Pacifique”, conclut le communiqué.

Mercredi, la compagnie nationale Sonatrach et le Groupe espagnol CEPSA ont signé un mémorandum d’entente (MoU) “afin d’examiner les possibilités d’investissements conjoints dans les domaines d’exploration, de développement et de production d’hydrocarbures en Algérie et à l’international”.

Continue Reading

Tendances

INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR