Suivez-nous

Economie

Cevital adresse une lettre aux décideurs et dénonce les blocages

Bouzid ICHALALENE

Publié

le

Dans un communiqué parvenu à notre rédaction, le groupe Cevital adresse une lettre aux "décideurs" du pays et dénonce le blocage de son projet de trituration à béjaia depuis 700 jours.

Dans un communiqué parvenu à notre rédaction, le groupe Cevital adresse une lettre aux « décideurs » du pays et dénonce le blocage de son projet de trituration à béjaia depuis 700 jours.

 

Le premier groupe privé du pays dirigé par Issad Rebrab dénonce aussi le silence des autorités. « Nous vous avons alerté à maintes reprises sur cet acte de sabotage caractérisé de l’économie de notre pays, mais sans jamais recevoir de réponse de votre part» lit-on dans le communiqué dont lequel le groupe précise « qu’en cette période électorale, vous multipliez les déclarations appelant, au non d’une certaine continuité, à la nécessité de développer et de diversifier notre économie. Il se trouve que jusqu’à présent, il a été plutôt question de blocages et d’entraves à cette diversification». 

À la veille d’une élection contesté par la rue, les reponsables politiques prêchent tous les jours « les réalisations » de l’actuel président. C’est dans ce sens que Cevital se demande alors qu’attendent donc « ces décideurs » pour « libérer ce projet, censé créer plus de 100 000 emplois directs et indirects, en plus de faire passer l’Algérie du stade d’importateur au stade d’exportateur des huiles brutes et tourteaux de soja, qui coûtent actuellement à notre pays 1,5 milliard de dollars par ans » s’interrogent le groupe.

« Pourquoi l’en empêchez-vous ? »

Les dirigeants de Cevital se demandent notamment si la continuité que prennent nos responsables « est-ce celle de la continuité dans le sabotage de notre pays au profit d’une poignée d’individus prêts à sacrifier l’avenir de nos enfants pour sauvegarder des intérêts particuliers mal acquis ? »

Se demandant pourquoi « les décideurs » l’empêchent de réaliser ses projets, le groupe rappelle que « Cevital est une entreprise citoyenne qui forme les jeunes et crée des emplois et des richesses partout en Algérie », Donc, « Pourquoi l’en empêchez-vous ? Pourquoi vous-dressez-vous contre les aspirations légitimes de notre jeunesse à un emploi et à un avenir décent ? » s’interrogent-ils.

Les rédacteur du communiqué tiennent à rappeler qu’hier « nos jeunes tombaient au champ d’honneur pour libérer notre pays ; aujourd’hui, ils meurent en méditerranée pour le fuir ! Cela ne vous suffit-il pas pour écouter enfin l’appel du peuple ? ».

Directeur de publication. Passionné par l'enquête et le reportage. Je m'intéresse à tout ce qui se passe autours de moi.

Economie

Montage automobile : Cevital, Achaïbou, Emin Auto et le trésor public indemnisés

Achour Nait Tahar

Publié

le

© DR | Unité de montage automobile Algérie

Le tribunal de sidi M’hamed a condamné Ahmed Ouyahia, les anciens ministres de l’Industrie, Abdessalem Bouchouareb (en fuite), Youcef Yousfi et Mahdjoub Bedda, Amine Tira (fonctionnaire du ministère de l’Industrie), ainsi que les hommes d’affaires condamnés dans l’affaire du montage automobile, à verser au trésor public qui s’est constitué partie civile dans cette affaire des dédommagements à hauteur de 20 milliards de dinars, rapporte l’agence officielle.

Le juge a également décidé un dédommagement au profit de Abdelhamid Achaïbou (propriétaire de KIA) d’un montant de 2 milliards de DA qu’il percevra de la part de Ahmed Ouyahia, les anciens ministres de l’Industrie, Abdessalem Bouchouareb (en fuite), Youcef Yousfi et Mahdjoub Bedda, et Amine Tira (fonctionnaire du ministère de l’Industrie), condamné dans la même affaire.

Le groupe Cevital appartenant à l’homme d’affaire actuellement en prison, Issad Rebrab, obtient réparation dans l’affaire du montage automobile. Le Groupe percevra une indemnité de 10 milliards de centimes. Cette somme lui sera versée par l’ancien premier ministre Ahmed Ouyahia ainsi que les deux anciens ministres de l’Industrie, Youcef Yousfi et Mahdjoub Beda.

Emin Auto, quant à lui, percevra la somme de 50 milliards de centimes à titre d’indemnités.

Lire la suite

Economie

Quelques chiffres à retenir du procès lié à l’automobile

Bouzid ICHALALENE

Publié

le

© DR | Unité de montage automobile Algérie
© DR | Unité de montage automobile Algérie

Durant le procès tenu, aujourd’hui 4 décembre, au tribunal de Sidi M’hamed, les chiffres cités dans les dossiers sont hallucinants.

300 Milliards de centimes est le montant qui a transité dans le compte de l’ancien premier ministre Ahmed Ouyahia en une année.

75 Milliards de centimes est le montant collecté pour la compagne du président poussé à la porte, Abdelaziz Bouteflika.

19 Milliards de centimes est la somme tirée par Ali Haddad sur le compte de campagne du président Abdelaziz Bouteflika.

6 milliads de dollars est le montant de l’importation de véhicules en 2013.

Lire la suite

Economie

Sonatrach : changements à la tête de trois divisions

La société nationale des hydrocarbures, Sonatrach, connait de nouveaux changements. Après la nomination, il y a quelques jours, d’un nouveau PDG du groupe, trois principales divisions de l’entreprise ont désormais de nouveau responsables.

Achour Nait Tahar

Publié

le

Siège Sonatrach Alger
© DR | Siège de la société Sonatrach à Alger

Il s’agit de la division du Forage avec la nomination de Hammoudi Brahim, actuel PDG de l’ENTP, en remplacement de Bourahla Abderrahim. De son coté la division exploration a connu aussi un changement au niveau de sa direction avec l’arrivé de Badji Rabie à la place de Daoudi Noureddine. Au niveau de la division production Slimani Mohamed est installé à la tête de sa direction à la place de Aouchar cherifa.

Ces changement interviennent deux semaines après la nomination du nouveau PDG de Sonatarch en l’occurrence Kamel Eddine Chikhi, par le chef de l’Etat par intérim Abdelkader Bensalah, le 14 novembre écoulé. Il a remplacé Hachcichi Rachid.

Aucune information n’a filtrée quant aux motifs de ces changements opérés à la tête de ces divisions. Selon des observateurs, les changements répétitifs au sommet de la compagnie des hydrocarbures, pourront être nuisibles à la réputation de la société.

Lire la suite

Tendances