Connect with us

Politique

Célébration du double anniversaire du 20 août

Yasmine Marouf-Araibi

Published

on

Ce jeudi les algériens célèbrent les dates du 20 août 1955 et 1956. La première commémore l’offensive du Nord constantinois tandis que la deuxième célèbre l’anniversaire du Congrès de la Soummam.

L’offensive du 20 août 1955 a été menée dans le Nord-Constantinois par l’Armée de libération nationale (ALN) sous la conduite de Zighoud Youcef. L’offensive, qui a été organisée dans le but de briser l’encerclement militaire de l’Aures, est considérée par plusieurs spécialistes comme étant «le véritable déclenchement” de la guerre de libération nationale.

Le congrès de la Soumam s’est, lui, déroulé le 20 août de l’année suivant l’offensive du nord constantinois, au village d’Ifri dans la commune d’Ouzellaguen à Béjaia. Il a réuni les principaux dirigeants de la Révolution dont Larbi Ben M’hidi, Abane Ramdane, Zighoud Youcef, Krim Belkacem et Amar Ouamrane. La réunion s’est tenue dans le but de structurer et organiser la révolution.

La rencontre a été à l’origine de deux résolutions qui seront réitérées, des années plus tard dans le cadre du mouvement populaire, sous formes de revendications. Il s’agit de « la primauté du politique sur le militaire » et « la primauté de l’intérieur sur l’extérieur ».

La première résolution fera son retour à travers le slogan « Etat civil, non militaire » qui a été scandé durant toutes les marches de la mobilisation populaire. La deuxième résolution, « la primauté de l’intérieur sur l’extérieur », aussi présente lors des marches, sera, également, rappelée quand des activistes vivant à l’étranger ont appelé à la reprise du mouvement populaire quelques semaines après sa suspension en raison des contraintes liées à la pandémie de coronavirus.

L’an dernier, la journée du 20 août a coïncidé avec un mardi, jour du hirak estudiantin ce qui a permis aux étudiants de rendre hommage aux organisateurs du congrès de la Soumam et de marcher au rythme de leurs deux résolutions.

Cette année, même si la journée du 20 août est célébrée alors que le mouvement de mobilisation populaire marque une trêve sanitaire, plusieurs citoyens et figures du mouvement populaire dont l’ancien détenu politique Karim Tabbou se sont déplacés au village d’Ifri, où s’est tenu le congrès de la Soumam, pour commémorer la date historique.

La revendication « d’un état civil non militaire » est toujours d’actualité. Elle a été scandée aujourd’hui au lieu dudit rassemblement mais aussi sur les réseaux sociaux où la photo qui réunit les organisateurs du congrès de la soumam est diffusée accompagnée d’une légende qui rappelle la « primauté du politique sur le militaire » et « l’intérieur sur l’extérieur ».

Continue Reading
Comments
INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR