Suivez-nous

En continu

Célébration de la victoire de l’Algérie en CAN : une jeune sahraouie tuée par les forces marocaines à El-Ayoun occupée

Avatar

Publié

le

Une jeune sahraouie, Sabah Othman Omeida, a été tuée par les forces de répression marocaines dans la ville d’El-Ayoun occupée et plusieurs autres personnes ont été blessés, en marge de la célébration pacifique de la victoire, vendredi, de l’équipe algérienne de football en finale de la coupe d’Afrique des nations (CAN) face au Sénégal qui s’est déroulée en Egypte.

 

Le jeune fille, Sabah Othman, 23 ans, a été victime d’un accident mortel intentionnel, provoqué par la police marocaine qui a foncé sur la foule à pleine vitesse, selon des sources médiatiques sahraouies sur place, qui soulignent que la police marocaine a également blessé plusieurs autres jeunes Sahraouis.

Les sources d’Equipe Media, présentes sur les lieux, ont rapporté que les jeunes, Otman Cheikh Saffar et Ahmed al-Rugaibi, ont perdu connaissance à la suite d’une attaque brutale des forces auxiliaires et paramilitaires marocaines par des balles en caoutchouc et de canons à eau.

Tout a commencé quand, dans l’après-midi de vendredi, avant le début du match entre l’Algérie et le Sénégal, les forces répressives marocaines ont occupé la majorité des grandes artères d’El-Ayoun occupée avec des véhicules militaires. Parmi les véhicules se trouvaient des citernes à jet d’eau sous pression, des voitures de police et des camions militaires placés stratégiquement autour de la cafétéria où se concentraient la plupart des Sahraouis qui profitaient de la grande fête du football africain.

Après le match, des centaines de Sahraouis sont sortis simultanément et dans différents quartiers de la ville, ajoute-on, pour célébrer pacifiquement la victoire de l’Algérie. Mais les forces de répression de l’occupant marocain bloquaient le chemin et ont chargé les fêtards avec des canons à eau sous pression.

Au cours des charges, des dizaines de Sahraouis ont été arrêtés arbitrairement et aucun détail sur leur état de santé ni sur le lieu où il se trouvent n’a été communiqué, détaille l’Equipe Media. La plupart des blessés, y compris plusieurs femmes touchées au visage, ne pouvaient se faire soigner à l’hôpital car la police l’avait bouclé, empêchant l’accès au centre hospitalier, selon la même source.

Des organisations sahraouies et la Commission nationale sahraouie pour les droits de l’Homme, CONASADH, ont condamné les actes ignobles et lâches et la répression marocaine contre les Sahraouis dans les villes occupées, alors qu’ils ne faisaient que célébrer, pacifiquement, la victoire de l’équipe de football algérienne en finale de la coupe d’Afrique des nations (CAN 2019).

Lire la suite
Publicité
Commentaires
INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR