Connect with us

Politique

Ce que Paris « souhaite » après la visite de le Drian à Alger

Published

on

Le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a salué aujourd'hui, 11 Mars, la décision du président Abdelaziz Bouteflika a renoncé à un cinquième mandat.

Le ministre français des Affaires Etrangères qui effectue ce mercredi une visite de travail en Algérie a été reçu par le Président de la République, Abdelmadjid Tebboune. A l’issue de son audience avec le président algérien, Jean-Yves le Drian a exprimé devant la presse, son « souhait » pour « une reprise des échanges politiques d’ici 2022 ».

« Ce déplacement a pour double objectif de renouer une relation de confiance entre nos deux pays, marquée par le respect de la souveraineté de chacun, mais aussi de regarder vers l’avenir pour travailler à la relance et à l’approfondissement de notre partenariat qui est indispensable », a-t-il indiqué

« La France et l’Algérie ont des liens profonds animés par la densité des relations humaines entre Algériens et Français, et ancrés dans une Histoire complexe », a-t-il ajouté.

Alors que cette visite s’inscrit dans un contexte de tensions diplomatiques engendrées par les propos du Président français Emmanuel Macron qui a remis en cause, en octobre dernier, l’existence d’une nation algérienne avant la colonisation française, Le Drian a exprimé son souhait à « lever les malentendus ».

« Les deux parties ont convenu de reprendre certains axes de la coopération bilatérale », lors de l’entretien, d’après le diplomate français qui a souhaité « travailler à lever les blocages et les malentendus qui peuvent exister entre les deux pays ».

« Cela se traduira par la reprise d’un dialogue opérationnel entre partenaires sur les questions humaines et migratoires, et aussi par la reprise d’un dialogue opérationnel sur la lutte contre le terrorisme et par nos efforts communs pour assurer la sécurité de nos deux pays », a-t-il dit.

« L’Algérie un partenaire essentiel pour la France »

Jean-Yves le Drian espère que cette visite permettra une reprise des échanges politiques entre les deux pays en 2022, soulignant que l’Algérie est « un partenaire essentiel pour la France.

« Je veux redire, ici, que l’Algérie est un partenaire essentiel pour la France sur le plan bilatéral, mais également sur le plan régional », a-t-il déclaré.

Disant que la France et l’Algérie font face ensemble à « des défis majeurs dans un environnement régional et international incertain », le diplomate français a fait savoir qu’il a abordé avec le Président Tebboune le dossier de la Libye et celui du Mali.

« Nous entendons continuer à coordonner nos initiatives diplomatiques pour favoriser le processus d’une transition politique en Libye à la suite de la Conférence de Paris à laquelle le ministre des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l’étranger, Ramtane Lamamra, avait représenté le Président Tebboune », a-t-il déclaré, saluant par la même occasion « l’engagement de l’Algérie dans la mise en œuvre de l’Accord de paix et de réconciliation est un élément essentiel du processus de paix au Mali ».

Le Président français Emmanuel Macron avait provoqué la colère à Alger après avoir questionné l’existence d’une nation algérienne avant la colonisation française et après avoir accusée l’Algérie de s’être construite sur « une rente mémorielle ».

Ces propos ont été fortement dénoncés par la Présidence de la République qui a décidé de rappeler l’ambassadeur d’Algérie à Paris « pour consultation ».





Continue Reading
Advertisement
Comments
INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR