Suivez-nous

Politique

BTPH et activités commerciales : vers la levée progressive du confinement

Melissa NAIT ALI

Publié

le

© DR | Conseil des ministres


C’est bientôt le début du déconfinement pour les BTPH et certains commerces durement touchés par la crise sanitaire en cours. Le conseil des ministres, réuni aujourd’hui à Alger par visioconférence, a ordonné, effectivement, le début du déconfinement progressif pour le secteur du BTPH (Bâtiment, travaux publics et habitat).


« Le conseil des ministres tenu dimanche sous la présidence d’Abdelmadjid Tebboune a entériné de nombreuses décisions liées à la crise sanitaire provoquée par le coronavirus, dont la solidarité envers les personnes impactées par la pandémie ainsi que les mesures à prendre en prévision du déconfinement. Parmi ces mesures figurent l’annonce de la levée progressive du confinement dans les secteurs de la construction et des travaux publics », lit-on dans un communiqué du conseil des ministres.

Selon la même source, cette levée progressive du confinement sera décidée selon une feuille de route devant être définie par le premier ministère en collaboration avec le ministère de la santé et le comité scientifique du suivi de l’évolution de la pandémie.

Le conseil des ministres, lit-on dans le même communiqué, a également appelé à l’examen de la possibilité de la levée progressive du gel qui frappe certaines activités commerciales et artisanale en concertation avec le partenaire social.

L’exécutif a également examiné la possibilité d’aider les petits commerçants durement touchés par la suspension de leurs activités à travers une exonération partielle d’impôts. Pour rappel, les commerçants sont en colère dans plusieurs wilayas.

A Bejaia, à Sétif et à Oran, ils sont sortis dans la rue pour réclamer la réouverture de leurs commerces fermés depuis près de trois mois. « Laissez-nous travailler ou donnez-nous à manger », ont lancé, aujourd’hui, des commerçants de la wilaya de Bejaia qui ont organisé une marche dans les rues de la ville.

Le même cri a été lancé par ceux d’El Eulma, plaque tournante du commerce du gros, en Algérie. Outre les commerçants, les chauffeurs de Taxis, les pâtissiers, les différents artisans se plaignent de la suspension de leurs activités et l’insignifiance de l’aide de l’Etat qui est de l’ordre de 10 000 DA.

Lire la suite
Publicité
Commentaires
INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR