Connect with us

En continu

Bouira : Calme précaire, mais la tension demeure

Après deux jours d’émeute, la ville de Bouira semble retrouver le calme, mais les élus et les services de sécurité restent “prudents”.

Kenza Ait Bachir

Published

on

La ville de Bouira, à 120 km à l’est de la capitale d’Alger, a retrouvé en ce début de matinée de ce jeudi, un calme apparent, après des affrontements qui  ont opposé durant trois jours, des manifestants aux forces de sécurité. Des troubles ont été également signalés dans quelques quartiers opposant cette fois-ci, des jeunes manifestants aux résidents de quartiers. Craignant à ce que la situation se dégénère, les forces de police ont été obligées d’intervenir pour disperser les foules. Durant la matinée d’hier, les services de sécurité ont procédé à plusieurs arrestations notamment au centre-ville, après que des jeunes émeutiers ont saccagé des abribus, et quelques panneaux publicitaires. L’activité commerciale a été presque paralysée. Des renforts de forces anti-émeutes ont été déployés en force aujourd’hui, à travers plusieurs quartiers du chef-lieu de wilaya. À proximité du campus universitaire Akli Mohand Oulhadj, des unités de police ont été stationnées, guettant le moindre mouvement de foule. Tout regroupement de jeunes a été dispersé dans le calme. « C’est trop. Qui cherche à mettre la ville dans le chaos ? », se demande avec inquiétudes ce commerçant « Nous n’avons pas travaillé durant deux jours de suite, pour cause de ces affrontements inutiles », ajoute-t-il. Des citoyens avec qui nous sommes confirment que “la violence ne mène nul part!”.

Des appels au calme

« Tamazight a besoin de tous. Les partis politiques doivent conjuguer leurs efforts en appelant ces jeunes au calme », a affirmé un étudiant, regrettant la fermeture de l’université. Dans un communiqué rendu public en début de soirée d’hier, la cellule de crise installée à cet effet, appelle à la réouverture des départements. Ils dénonçaient la décision prise par le recteur de l’université recourant à une décision qualifiée d’unilatérale et arbitraire. La cellule a exigé la réouverture des campus et appelle les étudiants à reprendre leurs scolarités et  de maintenir les revendications d’une manière pacifique. Ils estiment aussi que «le refus de la  promotion de Tamazight dans la loi des finances 2018 couvre des enjeux politiques non clarifiés par le pouvoir et tous les courants politiques». Par ailleurs, plusieurs unités de police ont été appelées en renfort depuis d’autres régions, et elles sont déployées autours des gares routières. Des barrages «filtrants» ont été aussi dressés le long du tronçon autoroutier, la RN05 et autres accès menant au chef-lieu de wilaya. Une stratégie prise par les services de sécurité dans le but d’éviter d’autres dérapages dans les cités qui ont connu des troubles durant trois jours.

En début d’après midi, la circulation automobile est sérieusement perturbée sur le tronçon de l’autoroute reliant Lakhdaria alger à Bouira. Des manifestants ont procédé à la fermeture d’un tronçon à hauteur de la commune de Bechloul a-t-on appris de plusieurs sources. Des jeunes ont dressé des barricades empêchant la circulation automobile. Des escarmouches ont eu lieu après intervention des agents de la gendarmerie pour libérer la route. Par ailleurs  des lycéens ont tenté de marcher depuis la ville de Haizer au cher lieu de wilaya.

Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En continu

Liste des détenus d’opinion arrêté(e)s durant le Hirak (CNLD)

Le Comité National pour la Libération des Détenus (CNLD) a rendu public aujourd’hui 26 septembre la liste des détenus arrêté durant le mouvement populaire. Le comité précise que cette liste n’est pas complète et sera mise à jours dès que les avocats leurs signalent un nouveau cas.

Bouzid ICHALALENE

Published

on

Arrestation de manifestants qui portent le drapeau Amazigh à Alger.
© Interlignes MEDIA | Arrestation de manifestants qui portent le drapeau Amazigh à Alger.

1/ Arretés le vendredi 21 juin 2019:

Kamel BELEKEHAL;
Akli OKBI;
Ali IDIR;
Mohamed BOUDJEMIL;
Hamza KAROUNE;
Bilal BACHA;
Djaber AIBECHE;
Messaoud Leftissi;
Khaled OUDIHAT;
Hamza MEHARZI;
Tahar SAFI ;
Mouloud CHATRI ;
Samir idir GERROUDJ ;
Nacer TIMSI ;
Amine OULD TALEB ;
Abderrahmane BOUDRAA ;
Khaled OUIDIR;
Makhlouf BIBI;

2/ Arrétés le vendredi 28 juin 2019:

Mohamed AGOUAZI;
Hafid BARACHE;
Bakir BETLICHE;
Aala DEROUICHE;
Arezki AZOUG;
Samira MESSOUCI ;
Amokrane CHALLAL ;
Elhadi KICHOU ;
Mustapha Hocine AOUISSI ;
Amar ACHERFOUCHE ;
Arezki CHAMI ;
Hilal YAHIAOUI ;
Abdelbasset KHEBANI ;
Mohand Ameziane BELHOUL ;
Nabil BOUNOUH ;
Kamel BOUALOUACHE ;
Ghimouz AKRAM ;
Abdelkader Toufik BACHA ;
Kheiredine BENZINE ;
Fazil DECHICHA ;

3/Arrétés le vendredi 13 Septembre 2019:
Rachid HIRET;
Sammy ABBAS;
Boualem OUAHABI;
Mohamed SMALLAH;
Menad TISSEMLAL ;
Menaouar OUAÂZANE ;
Rachid SADAOUI ;
Sadek LOUAIL ;
Mohamed DAADI ;
Nabil BOUALAKMAH ;
Réda BOUARISSA ;
Bilal ZIANI ;
Mohamed Amine CHELALI;
Ahcene HAMZA;
Kheireddine MEDJANI;
Bachir ARHAB;
Kader RASSELMA;
Hakim MIHOUBI;
Sid Ahmed BOUHRAOUA;
Rabah MAHROUCHE;
Wafi TIGRINE;
Laamouri BELAIDI;
Toufik DJILALI;
Mohamed GADI;
Hamidou GARIDI ;
Fatehi DIYAOUI;
Mohamed BOUHERAOUA ;

4/ Arrétés le mardi 17 septembre 2019:
Nour Houda DAHMANI;
Salah MAATI;

5/ Arrêté le mercredi 19 septembre à Constantine actuellement à la prison de Tidia (Constantine). Son procès fixé pour mercredi 2 Octobre : Semmani Amazigh.

Sadeddine Youcef islam ;
Zineddine Bouguetaya.
Lakhdar BOURAGÂA, arrété le samedi 29 juin 2019;
Samir BELARBI arrété le lundi 16 septembre 2019;
Fodil BOUMALA arrété le jeudi 19 septembre 2019;
Khaled ChOUITER, arrété le lundi 24 juin 2019;
Hamza DJAOUDI, arrété le jeudi 22 aout 2019;
5/ Détenus libérés :
*Salim Ihaddaden et Ait yahia Ali smail (Chlef, arrétés le vendredi 21 juin et libérés le 28 juillet 2019;
*Nadir Fetissi (Annaba , le jeudi 8 aout 2019) ;
*Hakim Aissi (Mostaganem; arrété le vendredi 5 juillet et libéré le mercredi 09 septembre 2019)
*Benhabib Madjid et Sayah Aissam (Tlemcen, le mardi 24 septembre 2019) ;
*Karim TABBOU arrété le mercredi 11 septembre 2019 et libéré (provisoire) le mercredi 25 septembre.

Continue Reading

En continu

L’ancien président Français Jacques Chirac est mort

L’ancien président de la République Jacques Chirac est mort jeudi matin à l’âge de 86 ans, a annoncé son gendre Frédéric Salat-Baroux à l’AFP.

Avatar

Published

on

Le président Jacques Chirac le 22 février 2005
© Dr | Le président Jacques Chirac le 22 février 2005

“Le président Jacques Chirac s’est éteint ce matin au milieu des siens. Paisiblement”, a déclaré M. Salat-Baroux, époux de Claude Chirac.

Continue Reading

Accueil

Boudjemaa Talaï devant la Cour suprême ce lundi

Avatar

Published

on

L’ancien ministre des transports et des travaux publics, Boudjemaa Talaï, comparait ce lundi, devant le juge enquêteur près la Cour suprême pour être entendu sur des affaires liées à la corruption.

 

Boudjmaa Talaï qui est cité dans des affaires de malversation enregistrées dans le secteur des travaux publics, doit répondre aux chefs d’accusation d’octroi d’indus avantages dans les marchés et contrats publics, de dilapidation de deniers publics, d’abus de fonction et conflit d’intérêt et corruption dans l’octroi des marchés publics.

Pour rappel,  le ministère de la Justice avait demandé, en juin dernier, la levée de son immunité parlementaire.

Continue Reading

Tendances

INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR