Suivez-nous

Politique

Benbouzid suscite la colère de la Toile, le ministère s’explique

Yasmine Marouf-Araibi

Publié

le

© DR | Le ministre de la Santé Abderrahmane Benbouzid

Des propos tenus, jeudi 29 avril, par le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme Hospitalière, Abderrahmane Benbouzid, ont suscité la colère des citoyens, poussant son département à réagir et à s’expliquer.

Lors d’une visite sur le terrain dans la banlieue algéroise, le ministre de la Santé a indiqué “préférer dire qu’il y aura une troisième vague” pour que les citoyens deviennent plus prudents.

“Je préfère dire qu’il y aura une troisième vague pour que les citoyens respectent les recommandations. Le vaccin n’est pas la seule solution. La solution repose dans le respect des mesures de prévention dans la distanciation sociale, le rinçage des mains et le port du masque”, a déclaré le ministre à la presse.

Les déclarations du ministre n’ont pas tardé à faire le tour du web et à susciter la colère de la toile. Relayant la vidéo du ministre, les internautes ont qualifié les propos d'”inappropriés”, allant jusqu’à lui reprocher de ne pas porter un masque lui même au moment où il faisait cette déclaration.

“Des propos mal interprétés”

Face à la polémique enclenchée par les propos de son dirigeant, le ministère de la Santé s’est exprimé en fin d’après-midi, indiquant que la déclaration a été “mal interprétée”.

“Le ministère de la Santé réfute les déclarations du ministre sur la possibilité d’enregistrer une troisième vague. Ces déclarations ont été interprétées de travers”, a indiqué le ministère de la Santé à travers un communiqué diffusé sur sa page Facebook.

“Le ministère confirme que monsieur le ministre a exprimé son souhait de ne pas enregistrer une troisième vague même si ce scénario n’est pas à écarter en raison du non-respect des mesures de prévention”, a ajouté le communiqué.

Pour rappel, les chiffres des contaminations quotidiennes par le coronavirus connaissent une tendance haussière ces derniers jours après plusieurs semaines de stabilité. L’Algérie a franchi le 27 avril la barre des 200 cas quotidiens pour la première fois depuis la mi-février dernier, laissant entrevoir l’arrivée d’une troisième vague.






Lire la suite
Publicité
Commentaires
INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR