Suivez-nous

Politique

Béjaia: Les travailleurs de l’éducation marchent en soutien aux détenus du Hirak

Les travailleurs de l’éducation de la wilaya de Béjaia ont organisé, ce lundi 07 octobre, une marche dans la capitale des hamadites pour réclamer la libération des détenus d’opinion et exprimer leur rejet de l’élection présidentielle.

Kenza Ait Bachir

Publié

le

Crédit photo: DR. Les travailleurs de l'éducation marchent en soutien aux détenus d'opinion

 

Des milliers de citoyens ont battu le pavé dans la ville de Bejaia, aujourd’hui, répondant à l’appel des syndicats du secteur de l’éducation (CNAPEST, SNTE, UNPEF), pour exiger la libération des détenus d’opinion, arbitrairement emprisonnés, la transition démocratique et le changement radical de tout le système en place.

Les marcheurs ont scandé les slogans habituels “djazair hora dimokratia”, “Algérie libre et démocratique”, “makach intikhabt m3a el 3isabat”, “pas d’élections avec la bande”, “dawla madania machi 3askaria” et “Etat civil non militaire” et tant d’autres slogans entonnés tout au long de la marche.

Les manifestants ont arborés des pancartes sur lesquelles on peut lire “non à la mascarade électorale du 12 /12”, “la liberté n’a pas de sens dans un pays pris en otage”.

Présent dans cette marche, le député démissionnaire Khaled Tazagharet, déclare qu’il y a quatre vendredi dans la wilaya de Béjaia, “le lundi c’est la marche de la famille de l’éducation et la société civile; le mardi c’est celle des étudiants et la société civile; le mercredi c’est au tour des avocats et de la société civile et le vendredi c’est la grande marche de tout le peuple algérien”.

Et d’ajouter “Béjaia est rentrée dans la phase de radicalisation progressive avec le rejet total des élections par le biais des élus locaux, des citoyens et des fonctionnaires des APC”.

“Il y a un rejet total, massif de tout processus que peut imposer Gaid Salah”, ajoute-il,  soulignant que “les citoyens de Béjaia se sont déclarés en dissidence irréversible pour le changement radical du régime. Aujourd’hui on peut que féliciter les citoyens, les enseignants qui sont présents aujourd’hui en force malgré la pluie et les changements climatiques”, dira Tazagharet en conclusion.

Politique

Procès Fodil Boumala : Le verdict sera prononcé le 1er mars

Avatar

Publié

le

Le juge près le tribunal de Dar El Beida à Alger a annoncé tard dans la nuit du 23 au 24 février, que le verdict du procès de l’activiste Fodil Boumala, sera rendu le le 1er mars 2020.

Le procureur près du même tribunal a requis un an de prison ferme et une amende de 100 000 Da à l’encontre de Fodil Boumala.

Poursuivi pour « atteinte à l’unité national » et « affichage de tracts portant atteinte à l’unité nationale», Fodil Boumala avait été placé en détention provisoire le 19 septembre 2019, le lendemain de son arrestation.

Lire la suite

Politique

18 manifestants condamnés à 3 et 6 mois de prison : le procureur Sid Ahmed Belhadi déjugé

Melissa NAIT ALI

Publié

le

© Meriem Nait Lounis | Portrait du procureur adjoint, Sidi Mohamed Belhadi
© Meriem Nait Lounis | Portrait du procureur adjoint, Sidi Mohamed Belhadi

Le procureur de la république, Sid Ahmed Belhadi, auteur de la fameuse plaidoirie surprenante en faveur de la relaxe de 18 manifestants arrêtés dans les marches, à la fin du mois de janvier dernier, vient d’être à nouveau déjugé.

La juge près le tribunal de Sidi M’hamed d’Alger a décidé finalement de condamner les détenus en question à des peines allant de 3 à 6 mois de prison ferme. Ce sont les militants de l’association Rassemblement Action jeunesse (RAJ), Kamel Nemmiche et Mokrane Laouchedi qui ont écopé de la plus lourde peine : 6 mois de prison ferme et 20000 DA d’amendes.

La présidente du tribunal a également condamné 16 autres personnes à 3 mois de prison fermes et 20 000 DA d’amendes avec requalification des faits. Ils sont ainsi condamnés pour « attroupement » et non pas pour « incitation à attroupement».

Cette décision a surpris tout le monde, y compris les avocats. Pourtant, le procureur de la République, Sid Ahmed Belhadi avait plaidé pour la relaxe au profit de toutes ces personnes poursuivies. Ce dernier, rappelons-le, avait plaidé pour la libération pure et simple des accusés qui n’ont fait qu’exercer leur droit de manifester.

« Les Algériens marchent résolument vers une nouvelle Algérie où la justice sera libre et indépendante. Ils scandent des slogans dans ce sens. C’est pourquoi, je prends mes responsabilités, en tant représentant du ministère public, et je refuse toutes les instructions et les injonctions venant d’en haut. En vertu du principe de l’indépendance de la justice, je demande l’application de la loi au profit de ces personnes. Le parquet demande l’acquittement », avait-il déclaré.

C’est cette déclaration qui lui a valu une convocation de sa tutelle, qui a décidé de le muter à la wilaya d’El Oued.

Mandat de dépôt prorogé pour Abdelwahab Fersaoui    

Par ailleurs, la Cour d’Alger a décidé, aujourd’hui, de proroger le mandat de dépôt du président de l’Association RAJ, Abdelwahab Fersaoui. La même Cour a rejeté, indique le vice-président de la LADDH, Saïd Salhi, la demande de liberté provisoire au profit de ce détenu politique, introduite par la Défense.

Le juge, selon la même source, confirme le transfert du dossier du premier responsable de l’Association RAJ pour programmation du procès en correctionnelle au niveau du tribunal de Sidi M’hamed.

Lire la suite

Politique

Un an de prison ferme requis contre Fodil Boumala

Avatar

Publié

le

Le procureur près le tribunal de Dar El Beida a requis, ce dimanche 23 février, une peine d’un an de prison ferme à l’encontre du militant politique, Fodil Boumala, annonce le comité national pour la libération des détenus.

“Le procureur du tribunal de Dar El Beida d’Alger a requis un an de prison ferme et une amende de 100 000 Da contre Fodil Boumala”, indique le CNLD.

Poursuivi pour « atteinte à l’unité national » et « affichage de tracts portant atteinte à l’unité nationale», Fodil Boumala a été placé en détention provisoire le 19 septembre 2019.

Lire la suite

Tendances