Connect with us

Monde

Bahreïn formalise la normalisation de ses relations avec Israël

Feriel Bouaziz

Published

on

Une délégation officielle d’Israël est arrivée ce dimanche 18 octobre à Bahreïn pour signer un document établissant des relations diplomatiques avec cette monarchie arabe du Golfe, un mois après la signature à la Maison Blanche d’un accord de normalisation entre les deux pays.

En effet, la délégation israélienne et des représentants de Bahreïn signeront en soirée à Manama “un communiqué conjoint sur l’établissement de relations diplomatiques complètes“, qui permettra par la suite à l’ouverture des ambassades, à déclaré à l’AFP un responsable israélien sous le couvert de l’anonymat. L’ouverture d’une ambassade d’Israël est donc prévue dans les mois à venir, selon lui.  

Par ailleurs, le ministre des Affaires étrangères de Bahreïn, Abdellatif al-Zayani, a assuré que l’accord de normalisation entre les deux pays “représente une avancée historique importante pour réaliser la sécurité, la paix et la prospérité“.

Ce grand jour fera de la paix une réalité. Ces relations vont bénéficier aux deux parties dans divers domaines“, rajoute le conseiller à la sécurité nationale israélienne, Meir Ben-Shabbat.

Monarchie du Golfe où siège la cinquième flotte américaine, le petit royaume de Bahreïn est devenu donc le quatrième pays arabe à normaliser les relations avec Israël.

Pour rappel, le Bahreïn et les Emirats arabes unis, une autre monarchie arabe du Golfe, avaient signé séparément avec Israël le 15 septembre des accords officialisant la normalisation lors d’une cérémonie à la Maison Blanche.

Outre ces deux pays, Israël avait signé des traités de paix avec l’Egypte en 1979 et la Jordanie en 1994, mettant fin à l’état de guerre avec ces Etats arabes voisins. 

Toutefois, les accords de normalisation entre Bahreïn et les Emirats ont été dénoncés par le peuple palestinien provocant ainsi l’indignation de ces derniers qui ont qualifié ceci d’acte de “trahison“.

Venu à Manama avec la délégation israélienne, le secrétaire américain au Trésor Steven Mnuchin a mis l’accent sur l'”opportunité” que représentent d’après lui ces accords pour les économies des pays concernés, comme dans le domaine des technologies.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a quant a lui assuré que d’autres pays arabes pourraient établir des relations officielles avec Israël, estimant que ces Etats favorisaient désormais l’aspect économique.

C’est pourquoi, l’administration américaine de Donald Trump tente de convaincre d’autres pays arabes de se rapprocher d’Israël, proche allié de Washington. 

Néanmoins, l’Arabie saoudite à clairement dit qu’il ne suivrait pas l’exemple des Emirats et de Bahreïn, qui ont rompu un “consensus arabe” et a isolé pour l’instant cette possibilité.

Continue Reading
Comments