Le 19 novembre dernier, Edouard Phillipe, Premier Ministre français, avait déclaré, à l’issu des rencontres universitaires de la Francophonie, à Paris, que les frais d’inscription seront revus à la hausse pour les étudiants étrangers « extra-européens », dès l’année 2019. Ces frais, selon lui, devront passer de « 170 € à 2770  € pour le niveau Licence et de 243 € à 3770 € pour le niveau Master ».

Des étudiants étrangers s’insurgent contre la hausse des frais d’inscription en France

Le 19 novembre dernier, Edouard Phillipe, Premier Ministre français, avait déclaré, à l’issu des rencontres universitaires de la Francophonie, à Paris, que les frais d’inscription seront revus à la hausse pour les étudiants étrangers « extra-européens », dès l’année 2019. Ces frais, selon lui, devront passer de « 170 € à 2770  € pour le niveau Licence et de 243 € à 3770 € pour le niveau Master ».

Pierre Mansat, président de l'Association Maurice Audin

Pierre Mansat, président de l’Association Maurice Audin : « Nous allons nous investir dans le combat pour tous les disparus algériens ».

Dans cet entretien, Pierre Mansat, ancien maire adjoint PCF de Paris et président de l’Association Maurice Audin, qualifie la déclaration du président de la République. M. Emmanuel Macron, de courageuse. Selon lui, cette déclaration va bien au-delà de la reconnaissance de la responsabilité de l’État dans l’assassinat de Maurice Audin. Il affirme dans ce sens qu’ « il dénonce avec force le fait que cela a été possible parce que les autorités politiques françaises avaient organisé un système qui l’a permis. Un système qui faisait des disparitions et de la torture un outil de terreur contre les combattants de l’indépendance de l’Algérie ».

Crédit photo: Massinissa Benlakehal | Des nouvelles manifestations en Tunisie à deux jours de l'anniversaire de la révolution

Tunisie: nouvelles manifestations à deux jours de l’anniversaire de la révolution

La Tunisie a connu vendredi une nouvelle journée de manifestations dans le cadre de la contestation sociale déclenchée contre la loi de finances, à l’approche du septième anniversaire de la révolution. Les manifestants étaient vendredi quelques centaines à travers le pays, où les heurts étaient largement moins importants que les jours précédents, selon les autorités.