Connect with us

Accueil

Augmentations «insignifiantes» des salaires: la CSA prépare le retour à la protestation

Published

on

© DR | M. Boualem Amoura, Coordinateur de la CSA

Les récentes augmentations des salaires induites par l’entrée en vigueur de la nouvelle grille indiciaire des fonctionnaires, n’ont pas été du goût des travailleurs. Parallèlement à l’érosion du pouvoir d’achat des travailleurs et l’augmentation vertigineuse des prix de tous les produits alimentaires, voire même des services autres, les augmentations sont «insignifiantes et humiliantes», estime Boualem Amoura, nouveau coordinateur de la Confédération des syndicats algériens (CSA).

«Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, avait instruit le gouvernement d’améliorer le pouvoir d’achat des travailleurs, l’Exécutif n’a pas suivi ces orientations», nous a déclaré le syndicaliste, contacté par téléphone. La colère des travailleurs a atteint son paroxysme et rien ne les obligent désormais d’attendre plus. «Avant il y avait des syndicats qui prônaient la patience, en attendant les nouvelles augmentations pour juger de la sincérité du gouvernement. Mais maintenant que le Décret est publié, nous devons réagir et nous allons réagir», explique Boualem Amoura, coordinateur de la CSA, également secrétaire général du SATEF (Syndicat autonome des travailleurs de l’éducation et de la formation).

« Nous allons réagir »

La Confédération des syndicats se réunira, demain lundi 11 avril au siège national de l’Unpef, «pour décider d’une réaction collective est concertée», affirme notre interlocuteur qui rappelle que les membres de la CSA se sont déjà réunis vendredi «en urgence» via la technologie  zoom, pour débattre de la nouvelle grille indiciaire.

Concrètement, «les augmentations varient entre 2000 DA et 6000 DA, mais soumises aux retenues de la sécurité sociale et de l’IRG», explique le syndicaliste pour qui, «devant l’inflation à deux chiffres, l’augmentation de tous les produits alimentaires», ces augmentations sont «insignifiantes et humiliantes».

Augmentations « humiliantes »!

Toutes les catégories des travailleurs (jusqu’à la 16e catégorie) ont bénéficié de 50 points sur la grille. Ce qui n’est pas conséquent pour l’ensemble des travailleurs. Et pour cause, «la valeur du point indiciaire qui est de 45 DA, est restée inchangée depuis 2007», déplore Amoura. Pour lui, «Ce gouvernement n’a pas tenu ses promesses» et «si pour le Premier ministre, 5000 DA est une augmentation conséquente, il se trompe largement».

Lors de la réunion via zoom, de vendredi, «les intervenants ont tous exprimé leur mécontentement», souligne le coordinateur de la CSA qui n’exclu pas le retour à la charge des syndicats. C’est donc de la forme de la protestation qu’il sera question demain lors de leur réunion. «Nous n’avons pas d’autres choix que de reprendre le chemin de la protestation», admet Boualem Amoura, rejetant d’emblée toutes les accusations dont les syndicats pourraient être taxés.

« Les syndicats n’ont pas de leçons de patriotisme à recevoir »

«Les prétextes de sauvegarde de la cohésion sociale et de la stabilité, on en a beaucoup entendu. Nous ne cherchons pas le désordre, mais si explosion sociale il y a, ce sera de la faute du gouvernement», se défend le syndicaliste, estimant que les syndicats autonomes «n’ont pas à recevoir des leçons de patriotisme». « Nous défendons les droits des travailleurs et nous le ferons en usant de tous les moyens que nous accorde la loi », promet-il.

La CSA regroupe, pour rappel une quinzaine de syndicats autonomes de différents secteurs dont l’éducation, la santé, l’enseignement supérieur, la formation professionnelles, les affaires religieuses, la poste et télécommunications, l’administration publique…

Continue Reading
Advertisement
Comments
INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR