Au Gabon, des militaires tentent un coup d’état alors que le président est absent

Alors que le président Gabonais Bongo est en convalescence au Maroc après un AVC, un groupe de militaires appelle les officiers de l’armée à prendre des armes pour mettre en place un « conseil national de restauration ».

 

Un groupe de militaires a appelé lundi à un soulèvement au Gabon, dans une apparente tentative de coup d’Etat, visant la prochaine formation d’un « Conseil national de restauration » de la démocratie en l’absence du président Ali Bongo Ondimba absent du pays depuis plus de deux mois après un AVC. « Des coups de feu ont été entendus au même moment » autour de la  Radio Télévision Gabonaise (RTG) rapporte l’AFP, où les mutins ont fait diffuser à l’aube une proclamation, sur le boulevard Triomphal, dans le centre de Libreville.

Des blindés des forces de sécurité gabonaises bloquaient à 07H00 (06H00   GMT) l’accès à ce boulevard, a constaté un correspondant.  Le message appelant l’armée et la population à se soulever a été lu par un militaire qui s’est présenté comme le lieutenant Ondo Obiang Kelly, commandant-adjoint de la Garde Républicaine (GR). Il s’est dit président d’un  Mouvement patriotique des jeunes des forces de défense et de sécurité du Gabon (MPJFDS), jusque-là inconnu.

Trois militaires, coiffés des bérets verts de la GR et dont deux tenaient un fusil d’assaut, étaient visibles sur une vidéo de leur prise de parole   circulant sur les réseaux sociaux et authentifiée par l’AFP. Le mouvement « demande à tous les jeunes des forces de défense et de sécurité et à toute la jeunesse gabonaise de se joindre à nous », a déclaré le militaire en annonçant la prochaine formation d’un « Conseil national de restauration » afin de « garantir au peuple gabonais une transition démocratique ».   « Nous ne pouvons abandonner la patrie », a-t-il déclaré en jugeant « illégitimes et illégales » les institutions mises en place pendant l’absence du président Bongo. Victime d’un accident vasculaire cérébral (AVC) le 24 octobre dernier en Arabie saoudite, le chef de l’Etat, âgé de 59 ans et dont la famille est au pouvoir depuis 1967, a été transféré ensuite à Rabat, au Maroc, où il poursuit depuis sa convalescence sans qu’aucune date n’ait été fixée pour son retour au   Gabon.

« honte »

La vacance du pouvoir n’a pas été déclarée en l’absence du chef de l’Etat. La Cour constitutionnelle a transféré une partie des pouvoirs du président au Premier ministre et au vice-président. « Si vous êtes en train de manger, arrêtez. Si vous êtes en train de prendre un verre, arrêtez. Si vous dormez, réveillez-vous. Réveillez vos voisins (…),   levez vous comme un seul homme et prenez le contrôle de la rue », a encore   déclaré le militaire à la radio. Il a invité « tous les hommes du rang et les sous-officiers » à se procurer « armes et munitions » et à « prendre le contrôle » des points stratégiques dans tout le pays comme les édifices publics et les aéroports.

Il a appelé la population à les soutenir, lançant « il est temps de prendre notre destin en main » en ce « jour où l’armée a décidé de se mettre aux côtés de son peuple pour sauver le Gabon du chaos ».

Depuis plus de deux mois, la communication officielle a été rare et partielle quant à la santé du chef de l’Etat, alimentant les rumeurs les plus folles sur les réseaux sociaux. Le 31 décembre, le président Bongo avait pris la parole depuis Rabat pour la première fois depuis son hospitalisation. Cette prise de parole pour le nouvel an, peu fluide, a été qualifiée par les militaires du MPJFDS de « honte » pour un « pays (qui) a perdu sa dignité ». Dans son message lu lundi à la radio nationale, le militaire a dénoncé la « confiscation du pouvoir par ceux qui le 31 août 2016 ont fait assassiner nos jeunes compatriotes », en référence aux troubles qui avaient suivi la dernière élection présidentielle qui avait vu la réélection, contestée par l’opposition,  d’Ali Bongo.

 

Le président gabonais a succédé en 2009 à son père Omar, à la mort de ce dernier, et a été réélu en 2016. Omar Bongo a dirigé le Gabon, un pays pétrolier, de 1967 à sa disparition.

 

Avec AFP