Suivez-nous

Politique

Atteintes aux libertés : des avocats dénoncent et interpellent les magistrats

Inquiétudes sur la situation des libertés. Des avocats viennent de tirer la sonnette d’alarme sur la gravité du moment, caractérisé, selon eux, par des violations flagrantes des procédures légales par ceux qui sont sensé les respecter : les magistrats et les auxiliaires de justice, en l’occurrence les services de sécurité.

Melissa NAIT ALI

Publié

le

Conférence de presse des avocats de la ligue des droits de l'homme
© DR | Conférence de presse des avocats de la ligue des droits de l'homme

Intervenant lors d’une conférence de presse, animée aujourd’hui à Alger, six avocats et défenseurs des droits de l’homme dénoncent de graves atteintes aux libertés et la répression qui cible les manifestants et les militants politiques et associatifs depuis plus de trois mois.

PUB

Il s’agit des avocats, Noureddine Benissad, président de la LADDH, Mustafa Bouchachi, Abdelghani Badi, Noureddine Ahmine, Nabila Smail et Aissa Rahmoune. Face à la multiplication des détentions provisoires prononcées déjà contre plus de 100 manifestants et militants, les conférenciers interpellent directement les magistrats. « Les juges doivent assumer leur responsabilité historique. Ils doivent respecter seulement la loi », déclare Mustafa Bouchachi qui dresse un tableau très sombre de la situation actuelle.

« une mesure exceptionnelle »

Soulignant les nombreuses violations des lois, l’avocat dénonce un acharnement inexpliqué contre le mouvement populaire. « Pourtant les juges ont fait le serment de ne pas s’en prendre aux manifestants au début du mouvement », déclare pour sa part, Nourredine Ahmine. Selon lui, le pouvoir « arrête d’abord les gens avant de chercher l’accusation ». Les avocats présents lors de cette conférence dénoncent notamment le recours abusif à la détention provisoire, qui est pourtant « une mesure exceptionnelle ». « Toutes ces poursuites sont contraires aux principes de l’Etat de Droit », soulignent encore les avocats. « Le code pénal a été amendé en 2006, pour limiter le recours à la détention provisoire. Mais on a l’impression que nous sommes face à une justice à deux vitesses.

« Les avocats doivent boycotter toutes les séances»

Alors que dans d’autres wilayas, les personnes arrêtées pour les mêmes faits ont été libérés, à Alger ils sont toujours maintenu en détention », dénonce de son côté, Noureddine Benissad. Nabila Smail, pour sa part, s’intéresse au cas intriguant du tribunal de Sidi M’hamed d’Alger qui comptabilise un nombre record de mandat de dépôt dont sont victimes des jeunes innocents. « Personnellement, je considère ce tribunal comme un tribunal d’exception. Nous n’avons jamais connu une telle situation, où on arrête des gens avant de chercher l’accusation. Nous n’avons pas le droit de nous taire sur cette situation. Les avocats doivent boycotter toutes les séances », soutient-elle, appelant les juges « à assumer leurs responsabilités devant l’histoire ».

Intervenant, dans la foulée, Abdelghani Badi s’interroge sur ce qui se passe « au niveau de la justice et des services de sécurité ». « Nous sommes dans une situation similaire aux cours de sûreté de l’Etat des années 1980 et des tribunaux spéciaux des années 1990 », lance-t-il.

Politique

La diaspora algérienne proteste contre la venue d’Abdelmadjid Tebboune à Berlin

Achour Nait Tahar

Publié

le

© DR | Rassemblement de la diaspora algérienne contre la venue d'Abdelmadjid Tebboune à Berlin

Un rassemblement a été organisé, aujourd’hui 19 janvier, par des ressortissants algériens devant le siège de la chancellerie fédérale à Berlin (Allemagne) pour protester contre la participation de Abdelmadjid Tebboune, qu’ils considère « illégitime » au sommet sur la Libye.

PUB

Des dizaines de citoyens algériens résidants à l’étranger, particulièrement en Allemagne, ont tenu un rassemblement devant le siège de la chancellerie fédérale où se déroule le sommet sur la Libye marqué essentiellement par la participation du chef de l’Eta,t Abdelmadjid Tebboune. Un dispositif de sécurité a été déployé par les autorités allemandes pour éviter tout débordement.

Les manifestants se sont rassemblés en masse pour manifester leur mécontentement quant à la présence de Abdelmadjid Tebboune pour représenter l’Algérie dans cette rencontre. Les protestataires portant l’emblème national, le drapeau amazigh et des pancartes écrites en Anglais et en Allemand sur lesquelles on peut lire « Freiheit für Das Volk Algerien » ( Liberté pour le peuple algérien), « Dont take Tebboune’s opinion in consideration, the Algerian people didn’t ellect him » ( Ne prenez pas en considération les propos de Tebboune, il n’a pas été élu par le peuple algérien), ont démontré, on ne peut plus clairement, l’adhésion de la diaspora algérienne au Hirak populaire qui agite le pays depuis le 22 février.

L’hymne national a été entonné par les manifestants présents au rassemblement, ainsi que d’autres slogans scandés aux marches du Hirak entres autres, « Djazayer Houra Dimokratia » (Algérie libre et démocratique) , « Les généraux à la poubelle w El Djazayer tedi l’istiqlal » (Les généraux à la poubelle, l’Algérie aura son indépendance) et d’autres slogans que les manifestants ont clamé sous le ciel de Berlin.

Le Hirak a démontré encore une fois sa capacité à mobiliser et à faire entendre sa voix, même sur la scène internationale, pour appuyer le combat qu’une grande partie du peuple algérien mène depuis 11 mois contre le régime en place.

Lire la suite

Politique

Crise du logement : Ce que promet Tebboune

Avatar

Publié

le

AADL 2: nouvelle phase de payement de la 2e tranche dès le 18 février

Une réunion du Conseil des ministres s’est tenue hier samedi sous la présidence d’Abdelamadjid Tebboune lors de laquelle le nouveau plan du Gouvernement a été examiné point par point notamment le secteur de l’habitat. Abdelmadjid Tebboune promet, de ce fait, de résoudre définitivement le problème du logement qui dure depuis plusieurs années en Algérie.

PUB

Dans un communiqué publié ce dimanche 19 janvier, sanctionnant la réunion du Conseil des ministres, le ministre de l’Habitat, de l’urbanisme et de la ville a fait part de son plan d’action lequel qui s’est fixé pour objectif d’une part, « de résoudre définitivement le problème du logement en ciblant en priorité les ménages à faibles revenus » et, d’autre part, « de créer les conditions d’un environnement urbain et rural préservé, valorisé et propice à l’épanouissement du citoyen, en mettant en œuvre une véritable politique d’urbanisme, tenant compte des normes architecturales et préservant le patrimoine ».

Le plan d’action prévoit, notamment, selon le communiqué du Conseil des ministres « l’intensification de la production de logements par une mobilisation et une orientation efficace des ressources financières, la finalisation du programme en cours, l’engagement d’un nouveau programme de un (1) million de logements pour la période 2020-2024, tous segments confondus , la livraison à l’horizon 2024 de 1,5 million de logement, l’éradication des bidonvilles sur le territoire national, la résorption du déficit du programme « AADL 2 », le traitement de la problématique du vieux bâti, la poursuite de création de 120.000 lots sociaux pour prendre en charge les demandes de logement dans les wilayas du Sud et des Hauts plateaux ».

Dans le même sillage, le président de la République a insisté « sur l’impératif de finaliser les programmes en cours dans les meilleurs délais ». Il a souligné, par ailleurs, que « la réalisation de tout nouveau programme de construction de logements doit prendre en compte les contraintes de financement. Il ne doit surtout pas se faire au détriment de la qualité, des aspects architecturaux et de l’aménagement urbain« , ajoute le communiqué.

Tebboune a mis en avant, également, « le droit du citoyen à un logement décent soulignant l’impératif de luter contre l’habitat précaire et d’éradiquer les bidonvilles à travers la prise de mesures nécessaires à même d’empêcher leur réapparition, outre des sanctions à l’encontre des contrevenants« .

A ce propos, « il a instruit les ministres de l’Intérieur et de l’Habitat de mettre en place un mécanisme spécial pour le suivi de cette question et la lutte contre les cas de connivence en la matière ».

Evoquant les engagements en matière de logements devant être impérativement concrétisés, le président de la République à donné « des orientations pour l’amélioration de l’habitat à travers un renforcement du contrôle technique des constructions, la lutte contre la fraude dans les matériaux, l’interdiction de l’utilisation du bois dans les chantiers publics afin de préserver la richesse forestière, et la réduction des importations« .

A ce propos, Tebboune a instruit la création « d’une banque du logement » et a exhorté à une réflexion globale sur la création de villes périphériques afin de contenir l’exode vers les grandes villes.

Lire la suite

Politique

Tribunal de Biskra : L’étudiant Mohamed Amine Benalia condamné à 18 mois de prison ferme

Avatar

Publié

le

L’étudiant Mohamed Amine Benalia, un militant du mouvement de protestation populaire qui agite le pays depuis le 22 février, a été condamné par le tribunal de Biskra à 18 mois de prison ferme assortis d’une amende de 100 000 DA, annonce ce dimanche le Comité national pour la libération des détenus (CNLD).

PUB


Cet étudiant en droit poursuivi par l’unité de la cybercriminalité de Biskra pour ses publications sur les réseaux sociaux, a été déclaré coupable « d’outrage au président de la république, d’atteinte à corps constitué et d’atteinte à l’unité nationale à travers des publications sur les réseaux sociaux« , ajoute le CNLD.

Le 8 janvier dernier, l’étudiant a décidé d’entamer une grève de la faim pour contester cette détention arbitraire. Affaibli, Mohamed Amine Benalia a été transféré à l’hôpital de Biskra.

A noter que cette peine de dix-huit mois de prison ferme à l’encontre d’un jeune militant du Hirak est l’une des plus lourdes infligées depuis le début du mouvement populaire. Le 20 décembre dernier, un autre détenu d’opinion, Mohamed Tadjadit, a été condamné, lui aussi, à une peine de 18 mois de prison ferme par le tribunal d’Alger pour « atteinte à l’intérêt national ».

Lire la suite

Tendances