Connect with us

Accueil

Assassinat de Djamel Bensmail: le procès reporté à la prochaine session

Published

on

Le procès de l’assassinat du jeune Djamel Bensmail, «a été reporté à la prochaine session criminelle», a-t-on appris auprès de maitre Soufiane Dekkal, avocat de la défense constitué dans l’affaire. La prochaine session s’ouvrira en septembre.

Le report a été prononcé sur demande de la défense  «en raison du manque de matériel électronique, entre autre un datashow, pour pouvoir reconstituer la scène des faits», précise notre source. Aussi, ajoute Me Dekkal, il y a des accusés qui sont toujours «recherchés» en plus de quelques témoins «qui ne sont pas présentés au procès».   

Le procès qui s’est ouvert ce matin au tribunal criminel de première instance de Dar El Beida, met en cause « 102 personnes en détention, 7 en liberté et près d’une dizaine en fuite », affirme l’avocat. Outre l’accusation de « participation à un meurtre avec préméditation », les prévenus sont poursuivies à différents degrés, « sur la base de l’article 87 bis du Code pénal », notamment pour « atteinte à la sécurité de l’Etat, attaques contre le personnel de la sécurité, semer la terreur a sein de la population et appartenance à une organisation terroriste », précise-t-il.

Le père de la victime, Noureddine Bensmail, a été présent ce matin au tribunal de Dar El Beida.

L’affaire a été intentée suite à l’enquête menée par les services de sécurité, après l’assassinat, le 11 août 2021 à Larbaâ Nath Irathen dans la wilaya de Tizi-Ouzou, de Djamel Bensmail, un jeune natif de Khemis Miliana (Ain Defla), venu prêter main forte à la mobilisation citoyenne contre les feux de forêt qui ravageaient alors la région.

Les vidéos et images du jeune dont le corps a été immolé puis mutilé, pas loin d’un poste de police, ont choqué l’opinion nationale et ont suscité une vague d’indignation populaire, à commencer par les habitants de la région de Larbaâ nath Irathen même.

Quelques jours après le drame, le directeur de la Police judiciaire à la DGSN (Direction générale de la Sûreté nationale), Mohamed Chakour, annonça l’arrestation de 36 mis en cause dont 3 femmes impliqués dans l’assassinat et le lynchage du jeune Djamel.

25 autres suspects seront arrêtés, deux jours après, avait annoncé la DGSN, dont certains ont été interpellés à Oran alors qu’ils s’apprêtaient à quitter le pays.

Continue Reading
Advertisement
Comments
INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR