Connect with us

Politique

Arrêtés vendredi, environ 50 manifestants placés en garde à vue

Published

on

Tribunal de Sidi M'hamed à Alger

Environ 50 manifestants ont été placés en garde à vue dans au moins 7 wilayas après avoir été arrêtés vendredi 14 mai, selon le bilan établi par l’activiste Zaki Hannache en coordination avec les avocats et les proches des détenus. Les personnes arrêtées seront présentées dimanche devant les instances judiciaires territorialement compétentes.

Une journaliste figure parmi les personnes placées en garde à vue à Alger. Il s’agit de la journaliste Kenza Khatto qui a été arrêtée hier à Didouche Mourad alors qu’elle assurait la couverture de la 117e marche du Hirak. Elle est maintenue au commissariat central et devrait être présentée le dimanche 16 mai devant le procureur de la République près le tribunal de Sidi M’hamed.

Le nombre des personnes maintenues au niveau des commissariats d’Alger pourrait dépasser la barre des 30, d’après l’activiste Zaki Hannache. Selon lui, l’étudiante Imili Abdelli a également été placée en garde à vue et sera présentée en ce début de semaine devant la Justice.

Une vingtaine d’autres manifestants ont été placés en garde à vue à Sétif, Annaba, Biskra, Chlef, Bordj Bou Arrirdj et Tiaret, d’après la même source qui précise que leur nombre pourrait être supérieur puisqu’ils n’ont pas tous été identifiés pour l’instant.

Pour rappel, la marche du 117e vendredi du mouvement populaire qui a coïncidé hier avec le deuxième jour de l’Aid el Fitr a été violemment réprimée et avortée dans plusieurs wilayas. Plus de 1000 arrestations ont été signalées à travers le territoire national dont plus de 500 à Alger seulement, un record depuis le début du mouvement populaire en février 2019.

Continue Reading
Advertisement
Comments
INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR