Connect with us

Accueil

Après 8 ans de divorce, le RCD chez Nordine Aït Hamouda

Published

on

© DR | Nordine Aït Hamouda en compagnie de Atmane Mazouz, président du RCD

Huit ans après l’avoir déclaré ‘’persona non grata’’ dans ses bureaux et structures, le Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD), rend visite à l’un de ses fondateurs, Nordine Aït Hamouda.  

Une délégation du parti conduite par Atmane Mazouz, président du RCD, s’est rendue mercredi dans le domicile du fils du colonel Amirouche (Chef historique de la wilaya III durant la Révolution), à Tassaft Ouguemoune, commune d’iboudrarene, à une quarantaine de km au Sud-est de la ville de Tizi-Ouzou.

Plusieurs photos de la «visite de courtoisie» ont été publiées sur la page facebook du parti qui souhaite «un rapide rétablissement» à Nordine Aït Hamouda.

Ce dernier, retrouve pour la première fois sa famille politique, après un froid qui aura duré 8 ans. En janvier 2016, rappelle-t-on, le RCD dirigé par Mohcine Belabbas, avait instruit toutes ses structures de «ne plus jamais accueillir cette personne dans les locaux du parti», estimant qu’il n’était plus militant.

Dans sa réplique, Nordine Aït Hamouda a dénoncé « une cabale » et a assuré être à jour de ses cotisations en tant que simple militant à la section d’Iboudrarene.  « La réalité est que le RCD est en voie d’allégeance au FLN et moi je refuse de cautionner tout rapprochement avec le pouvoir après les accolades avec les islamistes », avait-il écrit dans une déclaration. Une allusion aux rencontres de l’opposition à Mazafran, dans le cadre de la Coordination nationale pour les libertés et la transition démocratique (CLTD).

À l’origine de cette affaire qui avait fait couler de l’encre, un différend autour du candidat du parti à Tizi-Ouzou pour les sénatoriales de 2015.

«Une louable initiative»

Quoi qu’il en soit, aujourd’hui au sein du RCD, la démarche du nouveau président Atmane Mazouz a très bien été accueillie. Les militants ont salué «une louable initiative».

Amrane Aït Hamouda, dit Nordine, a été remis en liberté provisoire en août 2021, après deux mois de détention. Placé sous mandat de dépôt le 27 juin de la même année, il était poursuivi pour «atteinte aux symboles de l’État et de la révolution», «atteinte à un ancien président de la République», «atteinte à l’unité nationale» et «incitation à la haine et discrimination raciale», selon le CNLD.

Continue Reading
Advertisement
Comments
INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR