Connect with us

Culture

après 27 ans de fermeture, le Mausolée royal de Maurétanie rouvert au public

Avatar

Published

on

après 27 ans de fermeture qui ont privé les visiteurs de contempler et d’explorer l’intérieur de ce superbe lieu classé au patrimoine mondial de l’humanité par l’Unesco, le Mausolée royal de Maurétanie (de Tipasa), a été rouvert au public dans la soirée de vendredi 24 mai, rapporte l’agence officielle

 

 

La décision de réouverture “à titre exceptionnel” du Mausolée royal de Maurétanie dans la soirée de vendredi a été prise par la Direction technique de protection des biens culturels, relevant de l’Office national de gestion et d’exploitation des biens culturels protégés (OGEBC), dans l’attente de la finalisation d’une étude technique attestant de l’absence d’un risque quelconque sur le monument lié à la présence des visiteurs.

Accompagnés de spécialistes en archéologie, les nombreux visiteurs du Mausolée royal de Maurétanie, -sis sur les hauteurs de Sidi Rached, avec vue plongeante sur la côte du Chenoua- venus à l’invitation de l’Office national de gestion et d’exploitation des biens culturels protégés, n’ont pas caché leur “admiration et stupéfaction mêlées de fierté et d’orgueil” à la découverte de “ce site d’exception” comme ils l’ont qualifié dans leurs déclarations à l’APS, “construit depuis la nuit des temps, selon des techniques architecturales de haut niveau, qui n’ont pas encore livré leurs secrets, jusqu’à nos jours”, a observé le directeur de l’exploitation à l’Office, Youcef Lalmas.

les visiteurs du Mausolée royal de Maurétanie ont eu droit à une visite d’exploration de ses différents passages séparés d’une galerie menant à la chambre funéraire, supposée être la sépulture de la reine égyptienne Cléopâtre, épouse de Juba II, roi de la Mauritanie césarienne.

La décision de réouverture du Mausolée royal aux visiteurs est “historique et courageuse”, a estimé, pour sa part, le directeur de l’OGEBC, Nasroune Bouhil, soulignant qu’elle vise “la valorisation et promotion du patrimoine archéologique national”.

Lieu de sépulture

Interrogé sur l’inhumation supposée ou pas de la reine Cléopâtre dans le Mausolée, Youcef Lalmas a souligné que les recherches à ce sujet “n’ont pas encore confirmé cette hypothèse”. “Une chose est sûre cependant, la reine Cléopâtre a bien visité le Mausolée qui abritait, à l’époque, des rites à l’honneur des morts de la famille royale”, a assuré le responsable.“Les historiens s’accordent, en outre, sur le fait que le mausolée a été bien construit pour servir de sépulture aux membres de la famille royale”, a-t-il ajouté.

M. Lalmas a, par ailleurs, exprimé son rejet catégorique de l’appellation de “pyramides algériennes” donnée par certains médias à ce mausolée, estimant que ce titre “réduit la valeur historique et archéologique du monument”. “Il n’y a aucun lieu de comparaison avec les pyramides d’Egypte, tant au volet des techniques de construction, que de l’époque de sa réalisation”, a-t-il assuré.

Le Mausolée royal de Maurétanie est situé à près de 70 km à l’Ouest de la capitale algérienne, avant d’arriver à la ville de Tipasa, sur la route menant à Cherchell.

Ce monument, construit en pierre, est de forme circulaire, avec une base de 185,5 mètres et un diamètre de 60,9 mètres, sur une hauteur de 32,4 mètres. La base de la structure était autrefois ornée de 60 colonnes ioniques et quatre portes arrières. Les visiteurs ont accès au mausolée à travers une petite porte à sa base, située dans sa partie Est.

Au centre de la tombe se trouvent deux chambres voûtées accessibles par un escalier en colimaçon. Ces chambres sont divisées par un court passage et séparées de la galerie par des portes en pierre mobiles.

Le tombeau est parfaitement visible de la plaine de la Mitidja, au Sud d’Alger, et des hauteurs de Bouzaréah. Il constitue, également, un point de repère pour les marins et pêcheurs en mer.

D’autres mausolées de constitution similaires existent en Algérie, à l’exemple du mausolée numide de Medghacen de la ville de Batna, ou le mausolée ouvert de Tlemcen.

Selon certains vieux écrits romains, la construction du Mausolée royal de Maurétanie remonterait à l’an 40 après J.C, soit à l’époque de la prise du royaume de Mauritanie par les romains.

Avec APS

Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Culture

Disponible dimanche dans les librairies : «Idir l’éternel », une première biographie de la star de la chanson kabyle

Melissa NAIT ALI

Published

on

© DR | Couverture du livre biographie consacré au chanteur Idir


Une première biographie de la star de la chanson Kabyle, Idir, sera disponible, dès ce dimanche, dans les librairies. Le livre, édité par les éditions Koukou que dirige le journaliste Arezki Aït Larbi, est coécrit par deux autres anciens journalistes, en l’occurrence Amer Ouali, ex-chef du bureau de l’AFP à Alger, et Saïd Kaced, ex-chef de rédaction du quotidien Liberté et enseignant du Français.


Intitulé « Idir l’éternel », le bouquin est préfacé par le célèbre écrivain Yasmina Khadra. « Le livre relate le parcours palpitant de l’icône internationale de la musique kabyle qui a porté la voix des ancêtres aux quatre coins de la planète », indique le directeur des éditions Koukou dans un communiqué.

Outre les librairies d’Algérie, la biographie sera aussi vendue sur Amazon pour les fans de l’auteur de « A vava inouva » vivant à l’étranger, notamment en France et au Canada. Dans ce livre, les auteurs relèvent particulièrement le « combat épique » du chanteur et « son message qui apparaît alors comme une ultime déclaration d’amour dans un océan d’incompréhensions et d’anathèmes ».

«Hymne à la reconnaissance mutuelle et au respect réciproque, son appel à la cohabitation pacifique entre les hommes, les cultures, les langues et les religions reste l’unique voie de salut pour conjurer les démons suprémacistes qui hantent les sociétés plurielles », rappellent-ils dans le texte de la 4e de couverture.

Le chanteur Idir, rappelons-le, est décédé le 2 mai dernier à Paris en France des suites d’une longue maladie. Né le 25 octobre 1945 à At-Yanni, dans la wilaya de Tizi Ouzou, Hamid Cheriet (vrai nom du chanteur), a réussi à donner une dimension internationale à la music Kabyle, grâce notamment à la légendaire « vava inouva » qui a fait le tour du monde et traduite dans une trentaine de langue.

Continue Reading

Culture

Décès de l’écrivain espagnol Carlos Ruiz Zafon, auteur de “L’ombre du vent”

Avatar

Published

on

© DR |

L’écrivain espagnol Carlos Ruiz Zafon, célèbre mondialement pour son roman “L’ombre du vent”, est mort à 55 ans d’un cancer, a annoncé vendredi sa maison d’édition Planeta.

“L’écrivain Carlos Ruiz Zafon est décédé aujourd’hui, 19 juin 2020, à 55 ans, dans sa résidence de Los Angeles, Etats-Unis, d’un cancer”, a indiqué le groupe dans un communiqué.

“L’un des meilleurs romanciers contemporains nous a quitté, mais il restera très vivant parmi nous à travers ses livres”, ajoute l’éditeur qui publiait depuis ving ants les romans de Ruiz Zafon, en particulier sa tétralogie Le cimetière des livres oubliés.

Publiée entre 2001 et 2016, elle comprend “L’ombre du vent”, “Le jeu de l’ange”, “Le prisonnier du ciel” et “Le labyrinthe des Esprits”.

La maison d’édition cite dans son communiqué une phrase du père de Daniel Sempere, personnage principal de “L’ombre du vent”, livre le plus connu de l’auteur et l’un des romans espagnols les plus vendus de ces dernières décennies.

“Chaque livre, chaque tome que tu vois, a une âme. L’âme de celui qui l’a écrit, et l’âme de ceux qui l’ont lu et ont vécu et ont rêvé avec lui”, dit ce personnage en faisant découvrir à son fils le mystérieux Cimetière des Livres Oubliés, une bibliothèque secrète et magique labyrinthique, autour de laquelle tourne toute la saga.

Dans ce roman à suspense qui se déroule à Barcelone après la Guerre civile espagnole (1936-1939), le jeune Daniel Sempere tente de percer le mystère entourant l’écrivan Julian Carax.

Le roman publié en 2001 est vite devenu un énorme succès d’édition, traduit dans une cinquantaine de langues et vendu à des millions d’exemplaires à travers le monde, faisant une star de son auteur, qui s’était jusque-là consacré à la littérature jeunesse.

Né à Barcelone en 1964, Carlos Ruiz Zafon, éduqué dans une institution religieuse et diplômé en communication, avait d’abord fait carrière dans la publicité avant de publier son premier roman à presque trente ans.

Continue Reading

Culture

La 17e édition du festival culturel Raconte-Arts pourrait être retardée à Septembre

Yasmine Marouf-Araibi

Published

on

La 17e édition du festival culturel Raconte-Arts, devant se tenir du 18 au 25 juillet au village Aït Aïssi dans la région de Yakouren, pourrait être retardée au début septembre en raison de la pandémie de coronavirus, déclare le directeur du festival, Hassen Metref à Interlignes.

Répondant à la question sur son annulation, le directeur précise que la décision n’a pas encore été prise. “Nous n’avons pas encore annulé, mais tous les indicateurs montrent qu’il ( le festival) ne va pas se dérouler dans les dates annoncées”, a-t-il déclaré soulignant que les préparatifs du festival ont été “beaucoup” retardés par la pandémie.

Toutefois, Hacen Metref n’écarte pas la possibilité de le retarder à une date ultérieure. “Une réunion est prévue une fois la deuxième phase du déconfinement entamée à savoir le 14 juin”, a-t-il révélé ajoutant que “cette réunion se déroulera en la présence des organisateurs et des villageois”. “Si ils sont d’accord, on retardera la date du festival au début septembre”, indique M. Metref.

Pour les organisateurs, il est impossible de retarder au-delà de cette date. En effet, le président de la Ligue des arts cinématographiques et dramatiques de la wilaya de Tizi-Ouzou, instance organisatrice de cet événement, a déclaré en avril dernier, à l’agence Sputnik, qu’ «il ne sera pas possible de repousser la date de Raconte-Arts à l’automne car les bénévoles travaillent en cette période de l’année et les artistes ont généralement d’autres activités prévues dans leur programme. En cas de report, il sera d’une année, c’est-à-dire que la 17e édition se déroulera en été 2021».



La première édition du Festival Raconte-Arts a été lancée en 2004 à l’initiative de la Ligue des arts cinématographiques et dramatiques de Tizi-Ouzou. Depuis, le festival s’installe dans un nouveau village chaque année. L’an dernier, Raconte-Arts s’est déroulé au village Sahel dans la Commune de Bouzeguene et a témoigné de la présence de centaines d’artistes algériens et étrangers.

Continue Reading

Tendances

INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR