Connect with us

Monde

Amnesty : le journaliste marocain Omar Radi espionné par les autorités

Yasmine Marouf-Araibi

Published

on

© DR |

Une campagne d’espionnage menée par le Maroc en collaboration avec l’entreprise israélienne NSO Group a ciblé le journaliste marocain Omar Radi, révèle ce lundi une enquête de l’organisation Amnesty International.

“NSO Group, entreprise israélienne commercialisant sa technologie pour combattre la pandémie de COVID-19, a favorisé une intense campagne menée par le Maroc pour espionner le journaliste marocain Omar Radi”, a révélé Amnesty International dans un nouveau rapport d’enquête rendu public lundi 22 juin.

C’est grâce à une analyse “Forensique de l’iphone d’Omar Radi” réalisé par Amnesty Tech en février dernier que l’organisation a pu découvrir que l’appareil avait été la cible d’une série d’attaques par « injection réseau ».

“Ce type d’attaque permet à ses auteurs de surveiller, d’intercepter et de manipuler les données de trafic Internet de la personne ciblée. Le navigateur Internet du téléphone est redirigé vers un site malveillant, sans aucune intervention de son ou sa propriétaire. Le logiciel espion Pegasus est alors installé de façon invisible sur le téléphone à partir de ce site”, explique le rapport d’enquête.

Journaliste d’investigation, Omar Radi est connu pour ses enquêtes sur le monde politique marocain. C’est pourquoi, Amnesty estime, que le journaliste est “systématiquement” pris pour cible par les autorités de son pays.

Mais ce n’est pas pour autant que l’organisation innocente NSO Group. Au contraire, elle lui reproche d’avoir “joué un rôle dans ce type de violation” en conservant le gouvernement marocain “parmi ses clients” même après “que des éléments attestant de l’utilisation de son logiciel espion pour suivre des militant·e·s au Maroc ont été portés à sa connaissance”.

Les preuves numériques qu’Amnesty International a extraites du téléphone d’Omar Radi “donnent à penser que des attaques par injection réseau se sont produites les 27 janvier, 11 février et 13 septembre 2019. Le 10 septembre 2019, NSO Group s’est engagé publiquement à respecter les Principes directeurs des Nations unies relatifs aux entreprises et aux droits de l’homme”., détaille Amnesty.

“On ne peut manifestement pas faire confiance à NSO Group. Alors que l’entreprise lançait une offensive médiatique pour redorer son blason, ses outils rendaient possible la surveillance illégale d’Omar Radi, journaliste primé et militantDanna Ingleton”, dénonce directrice adjointe d’Amnesty Tech.

Monde

Virus: L’Europe face à la deuxième vague

Avatar

Published

on

L’Irlande devient mercredi le premier pays de l’Union européenne à reconfiner toute sa population alors que le continent, frappé par la deuxième vague de la pandémie, multiplie les restrictions pour endiguer la propagation du Covid-19.

Dans l’espoir de “célébrer Noël correctement”, selon les termes du premier ministre Micheal Martin, les Irlandais seront assignés à résidence pour six semaines à compter de mercredi à minuit (23H00 GMT), une première dans l’UE depuis le printemps, mais les écoles resteront ouvertes.

“On demande à tout le monde dans le pays de rester chez soi”, a affirmé lundi M. Martin.

Au Royaume-Uni, le Pays de Galles (trois millions d’habitants) sera, lui, soumis à compter de vendredi à un confinement de deux semaines, mesure la plus dure instaurée dans le pays depuis la première vague de Covid-19 du printemps. En Irlande comme au Pays de Galles, les commerces non essentiels fermeront.

En Irlande comme au Pays de Galles, les commerces non essentiels fermeront. Les Irlandais ne pourront en outre sortir de chez eux pour faire de l’exercice que dans un rayon de cinq kilomètres autour de leur lieu de résidence, sous peine d’amendes.

En Angleterre, Manchester (2,8 millions d’habitants) a été placée mardi en niveau d’alerte “très élevé”, ce qui implique notamment la fermeture des bars et pubs ne servant pas à manger et des restrictions de déplacement.

“Les chiffres montent trop vite”

Les signaux sont au rouge aussi en Italie, où deux régions, la riche Lombardie – la région de Milan, dans le nord – et la Campanie – celle de Naples, dans le sud – vont instaurer un couvre-feu, à partir de jeudi de 23H00 à 05H00 pendant trois semaines pour la première, et à partir de vendredi à 23H00 pour la deuxième.

Premier pays d’Europe frappé par la pandémie au printemps, l’Italie connaît depuis vendredi une forte hausse des contaminations (plus de 10.000 par jour). La Lombardie, son poumon économique, est à nouveau la plus touchée.

La Campanie, avec un système sanitaire moins efficace, se trouve dans une position plus difficile.

La situation est encore plus mauvaise en France, qui a recensé mardi 163 nouveaux décès et plus de 20.000 nouveaux cas.

Les grandes métropoles dont Paris, soit 20 millions de personnes, sont soumises à un couvre-feu de 21H00 à 06H00 depuis ce week-end.

Le nombre des malades du Covid-19 en réanimation a dépassé les 2.000 personnes, seuil jamais atteint depuis mai. “Les chiffres montent désormais très vite, trop vite”, s’est alarmée l’Agence de santé de la région parisienne.

Un couvre-feu est aussi entré en vigueur mardi en Slovénie : les deux millions d’habitants n’auront pas le droit de sortir entre 21H00 et 06H00.

En Espagne, la ville de Burgos (nord) rejoint dans la nuit de mardi à mercredi la liste de plus en plus longue des municipalités partiellement bouclées. La région de Navarre (nord) subira le même sort à partir de jeudi. Or, si les restrictions se prolongent dans les régions de Madrid et Catalogne (40% du PIB espagnol à elles deux), l’impact sur l’économie sera “très négatif”, affirme Iñigo Fernandez de la Mesa, vice-président de l’organisation patronale CEO.

Choix cornélien

Sur le front du vaccin, des chercheurs britanniques ont annoncé mardi qu’ils comptaient infecter des volontaires de 18 à 30 ans avec le nouveau coronavirus pour faire avancer la recherche dans le cadre d’une étude de l’Imperial College de Londres.

La Chine, elle, a annoncé mardi avoir testé des vaccins sur 60.000 personnes dans plusieurs pays, assurant qu’aucun sujet n’avait ressenti d’effets indésirables.

La pandémie a fait au moins 1.119.590 morts dans le monde depuis fin décembre, dont plus de 252.000 en Europe, selon un bilan établi par l’AFP mardi. Plus de 40.416.800 cas d’infection ont été diagnostiqués.

Les Etats-Unis sont le pays le plus touché tant en nombre de morts que de cas, avec au moins 220.940 décès, suivi par le Brésil (154.837 morts), l’Inde (115.197), le Mexique (86.338) et le Royaume-Uni (43.726).

Ces bilans sont probablement sous-évalués, comme le montre une étude américaine des Centres de prévention et de lutte contre les maladies (CDC) publiée mardi, selon laquelle la surmortalité liée à la pandémie aux Etats-Unis a en réalité été de 300.000 personnes.

L’épidémie y rend aussi inenvisageable avant au moins plusieurs semaines la réouverture des nombreux parcs d’attraction de Californie comme Disneyland, les autorités sanitaires ayant édicté mardi des protocoles très stricts.

En revanche, les chances de parvenir à un accord sur un plan de soutien économique aux Etats-Unis avant l’élection présidentielle du 3 novembre ont augmenté : “Nous nous approchons d’un accord”, a estimé la cheffe de l’opposition démocrate Nancy Pelosi mardi, se disant “optimiste”.

En Asie, après un confinement strict de mars à juin qui a laissé des millions de gens au bord de la famine, l’Inde, confrontée à un choix cornélien, a décidé de reprendre le travail.

“Les gens doivent choisir entre mourir de faim ou risquer d’attraper un virus qui peut, ou pas, les tuer”, explique Sunil Kumar Sinha, économiste de l’agence India Ratings and Research à Bombay.

Continue Reading

Monde

Covid-19: Le point sur la pandémie dans le monde

Feriel Bouaziz

Published

on

© DR |

40 .346 078 cas d’infection ont été recensés dans le monde, dont plus de 8,2 millions aux Etats-Unis, le Royaume-Unis avec 43.646 morts. Au moins 1 1.17 577 morts ont été déclarés.

Virus: Tunisie soumise a un couvre-feu sur l’ensemble du territoire

Toutes les régions de Tunisie seront soumises à un couvre-feu à partir de mardi sur instruction du chef du gouvernement tunisien, Hichem Mechichi, indique un communiqué de l’exécutif. Pour lutter contre la propagation du coronavirus, un couvre-feu nocturne a , déjà, été décrété dans le Grand Tunis, Sfax, Sousse et Monastir.

Le bilan total grimpe ainsi à 40.542 cas confirmés de coronavirus, dont 626 décès et 5 032 Guérison (APS)

5 millions de cas au Brésil

Le Brésil a franchi mardi la barre des cinq millions de personnes contaminées par le coronavirus. Le pays comptabilise désormais 5.250727 cas au total dont 15.383 recensés au cours des dernières 24h.
En outre, le pays de 212 millions d’habitants a déploré 271 nouveaux décès en 24 heures, portant un total allant a 154.176 morts.

Plus de 200.000 cas au Canada

Le Canada a franchi le seuil des 200.039 cas d’infections depuis l’apparition de la pandémie en décembre 2019 dans la province de Wuhan en Chine.
Ainsi, le nombre de décès s’est, lui, établi à 9.772 morts, tandis que le nombre de guérisons s’est élevé à 10.000 morts, selon les chiffres officiels des provinces compilés par plusieurs chaînes de télévision, ajoutant qu’environ 80% de ces cas et plus de 90% des morts étaient recensés dans les deux plus grandes provinces du pays, l’Ontario et surtout le Québec, épicentre de la pandémie depuis qu’elle a éclaté au Canada en mars dernier.

Le Canada recense en moyenne 2.280 nouveaux cas de coronavirus et 20 décès par jour, des chiffres en nette augmentation depuis septembre avec l’arrivée de l’automne.

Avec AFP

Continue Reading

Monde

Coronavirus: 40 millions de cas officiellement déclarés

Yasmine Marouf-Araibi

Published

on

Au moins 40.000.234 cas, dont 1.113.896 décès, ont été déclarés officiellement dans le monde, selon un comptage réalisé par l’AFP à partir de sources officielles lundi à 7H15GMT.

Plus de 2,5 millions de cas ont été déclarés ces sept derniers jours, soit le bilan le plus élevé sur une semaine depuis le début de la pandémie.

Plus de la moitié des cas se situent aux États-Unis, en Inde et au Brésil, les trois pays les plus touchés avec respectivement 8.154.935 cas (219.674 décès), 7.550.273 infections (114.610 morts) et 5.235.344 cas (153.905 décès).

Plus de 55,000 nouveaux cas en Inde

L’Inde a enregistré 55 722 nouveaux cas de coronavirus et 579 décès en 24 heures, a indiqué lundi le ministère indien de la Santé.

Selon le ministère, le bilan général s’élève à 114 mille 610 décès et 7 millions 550 mille 273 cas. En outre, 6 millions 663 mille 608 personnes se sont rétablies de la maladie.

Près de 1000 nouveaux cas en Libye

Le Centre national de contrôle et de prévention des maladies en Libye a annoncé dimanche 945 nouveaux cas de COVID-19, en portant le total dans ce pays à 48.790. Par ailleurs, 827 autres patients ont été guéris et 26 autres sont décédés du nouveau coronavirus, pour un total de 26.889 guérisons et 725 décès.

Couvre-feu en Belgique

En Belgique, un couvre-feu entre en vigueur ce lundi de minuit à 05H00 pour endiguer la “montée en flèche” de l’épidémie après que le pays ait enregistré 192.000 cas de coronavirus et 10.327 décès en une journée. Les cafés et restaurants ferment aussi pour quatre semaines.

Le pays de 11,5 millions d’habitants est considéré comme l’un des pays européens les plus endeuillés par la pandémie rapporté à sa population.

Le virus survit 9 heures sur la peau

Pour lutter contre la pandémie, le lavage fréquent des mains, recommandé par l’OMS depuis le début, est essentiel, confirme une étude japonaise, selon laquelle le coronavirus survit 9 heures sur la peau, cinq fois plus longtemps que la grippe.

Avec AFP

Continue Reading

Tendances

INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR