Connect with us

Politique

Amnesty International sur la condamnation de Drareni, Belarbi et Hamitouche: “Une parodie de Justice”

Yasmine Marouf-Araibi

Published

on

© DR | Le journaliste Khaled Drareni

Amnesty International a réagi, lundi, au verdict rendu par le tribunal de Sidi M’hamed dans l’affaire du journaliste Khaled Drareni et des deux activistes Samir Belarbi et Slimane Hamitouche. L’ONG a dénoncé une “parodie de justice” et a appelé à la libération de Khaled Drareni.

Le journaliste a été condamné, lundi, à une peine de trois ans de prison assortie d’une amende de 50 000 DA. Ses co-accusés, le militant politique Samir Belarbi et le coordinateur national des familles de personnes disparues Slimane Hamitouche, ont été condamnés à deux ans de prison dont quatre mois ferme.

Suite à ce verdict, l’organisation non gouvernementale Amnesty International a réagi en estimant que les peines prononcées “ne pourraient mieux illustrer l’intransigeance avec laquelle les autorités abordent le militantisme pacifique en général”.

« Dans un tel contexte, il est d’autant plus crucial de protéger les journalistes indépendants et de leur permettre de faire leur travail sans entraves – au lieu de les sanctionner. Nous demandons aux autorités algériennes de libérer immédiatement et sans condition Khaled Drareni et d’annuler ces déclarations de culpabilité et ces condamnations”, a écrit l’organisation dans un communiqué diffusé sur son site-web.

“Elles doivent cesser de réprimer les droits humains et permettre à tous les citoyen·ne·s d’exercer librement leurs droits”, a-t-elle ajouté.

Pour sa part, la directrice par intérim du programme régional Afrique du Nord et Moyen-Orient d’Amnesty International, Lynn Maalouf a déclaré que « le verdict rendu par le tribunal est une parodie de justice et un affront pour les droits humains, notamment pour le droit à la liberté d’expression et le droit à la liberté de la presse en Algérie. Khaled Drareni est sanctionné uniquement pour avoir dénoncé avec courage la répression exercée par les autorités contre les droits à la liberté d’expression et de réunion pacifique, notamment leur réponse brutale au mouvement de contestation Hirak”.

Le journaliste Khaled Drareni, arrêté le 07 mars dernier, et placé sous mandat de dépôt le 29 mars, a été condamné, lundi, par le tribunal de Sidi M’hamed, à trois ans de prison ferme et 50.000 DA d’amende.

Ses co-accusés, arrêtés le même jour que lui et poursuivis pour les mêmes accusations à savoir : “atteinte à l’unité nationale” et “incitation à un attroupement non armée”, ont été condamnés à deux ans de prison dont quatre mois ferme. Sous mandat de dépôt depuis le 10 mars dernier et remis en liberté le 02 juillet, Samir Belarbi et Slimane Hamitouche ont déjà purgé la peine prononcée contre eux, il ne retourneront donc pas en prison .

Politique

“Il se faisait passer pour un cadre de la Présidence”: la DGSI arrête Zohir Ansel dit Karim Sifou

Yasmine Marouf-Araibi

Published

on

Les services de la police judiciaire relevant de la Direction Générale de la Sécurité Intérieure ont procédé, le 16 septembre 2020, à l’interpellation du dénommé “Zohir Ansel” dit “Karim Sifou” pour “usurpation de fonction” et “escroquerie”, indique un communiqué du ministère de la Défense nationale.

“Les services de la police judiciaire relevant de la Direction Générale de la Sécurité Intérieure ont procédé, le 16 septembre 2020, à l’interpellation du dénommé “Zohir Ansel” dit “Karim Sifou”, prétendu président du pseudo Conseil des Jeunes Algériens”, indique le communiqué du MDN.

“Cette interpellation intervient suite à une enquête et une poursuite minutieuse qui a abouti à l’implication du mis en cause dans des affaires d’usurpation de fonction de cadre auprès des services de la présidence de la République, d’escroquerie de cadres supérieurs, de pratiques de chantage et de corruption, et d’activités subversives sur les réseaux sociaux. Il prétend, également, entretenir des liens de parenté avec des hauts responsables de l’Etat, civils et militaires”, précise le communiqué.

“Le concerné a été présenté, le 20 septembre 2020 par devant le procureur de la République près du tribunal de Rouïba où le juge d’instruction a décidé de le mettre sous mandat de dépôt au niveau de l’Etablissement pénitentiaire d’El Harrach pour plusieurs chefs d’inculpation à savoir : immixtion, sans qualité, dans des fonctions publiques civiles ou militaires, usurpation de fonction et escroquerie“, ajoute le même document.

Selon la même source, c’est n’est pas la première fois que Zohir Ansel s’implique dans des affaires d'”escroquerie”, le ministère souligne que “ledit escroc fait l’objet de dix-sept (17) condamnations entre 2002 et 2012 par les tribunaux de Khenchla et Oum El Bouaghi, dans des affaires d’usurpation de fonction et trafic d’influence, et faux et usage de faux”.

Notons, par ailleurs, que le ministère de la Défense nationale n’a pas émis de détails concernant la programmation du procès du mis en cause.

Continue Reading

Politique

Début de la campagne électorale du référendum sur l’amendement constitutionnel

Meriem Nait Lounis

Published

on

Le président de l’Autorité nationale indépendante des élections (ANIE), Mohammed Charfi a annoncé ce lundi à travers la radio nationale que le lancement de la campagne électorale pour le référendum d’amendement constitutionnel débutera le 07 octobre.

Dans une entrevue accordé ce lundi à l’émission radiophonique “l’invité du matin”, le président de l’ANIE a annoncé que la compagne électorale pour le référendum d’amendement constitutionnel commencera officiellement le 07 octobre.

Mohammed Charfi note une augmentation de 20% du nombre des inscriptions comparé au scrutin présidentiel du 12 décembre dernier. Il affirme que le nombre a atteint, en moyenne, 15603 inscriptions par jour lors l’opération de révision exceptionnelle des listes électorales qui a duré 8 jours.

Continue Reading

Politique

Sabri Boukadoum en visite de travail en Tunisie

Yasmine Marouf-Araibi

Published

on

© DR |

Le ministre des Affaires Etrangères, Sabri Boukadoum, s’est rendu ce lundi en Tunisie pour une visite de travail d’une journée, annonce un communiqué de ses services.

“Cette visite s’inscrit dans le cadre des relations bilatérales qui relient les deux pays et peuples frères”, indique le communiqué.

Sabri Boukadoum sera reçu par le Président de la République tunisienne, Kaïs Saïed et par le Premier ministre tunisien Hichem Mechichi. Le chef de la diplomatie algérienne s’entretiendra également avec son homologue Othman Jerandi, selon le document du ministère.

Continue Reading

Tendances

INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR