Suivez-nous

Politique

Amnesty International demande l’annulation de la condamnation de Karim Tabbou

Achour Nait Tahar

Publié

le

© DR | Karim Tabbou,
© DR | Karim Tabbou, Condamné à une année de prison ferme

La condamnation du détenu d’opinion et coordinateur du parti non-agréé l’Union Démocratique et Sociale (UDS), Karim Tabbou, par la cour d’Alger à une année de prison ferme et 50.000 DA d’amende a suscité la dénonciation et l’indignation de l’organisation non gouvernementale (ONG) Amnesty International, qui réclame l’annulation de la sentence infligée à l’encontre de l’opposant politique.

La réaction de l’ONG à la décision de la justice ne s’est pas fait attendre. En effet, la directrice d’Amnesty International pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord, Heba Morayef, a déclaré que “la décision de justice rendue aujourd’hui envoie un message effrayant aux manifestants, y compris aux militants politiques et autres militants de la société civile; toute personne qui ose s’opposer ou critiquer le gouvernement sera punie“.

Et d’ajouter “au lieu de persécuter les voix critiques et les personnes qui s’expriment librement et courageusement, les autorités algériennes doivent immédiatement annuler la condamnation de Karim Tabbou et abandonner toutes les charges retenues contre lui“, explique la directrice. 

En cette période où du fait de la pandémie du Covid-19, des gouvernements du monde entier tentent de vider leurs prisons, les autorités algériennes doivent libérer tous ceux et celles qui sont emprisonné.e.s uniquement pour avoir exercé leur droit à la liberté d’expression et de manifestation“, souligne le document.

Par ailleurs, Amnesty International suggère des autorités de “considérer la libération des autres détenus, notamment ceux et celles en détention provisoire et dont la santé pourrait être en danger, et prendre les mesures nécessaires pour protéger la santé de tous les prisonniers“, conclut le communiqué.

Lire la suite
Publicité
Commentaires
INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR