Suivez-nous

En continu

Alors que le gouvernement promet le changement, la presse électronique est interdite

Achour Nait Tahar

Publié

le

L'organisation non gouvernementale Amnesty Internationale a, encore une fois, interpellé les autorités sur la situation des droits humains et libertés d'expression, dans un rapport rendu public, aujourd'hui 21 février.

Alors que le premier ministre Noureddine Bedoui, et son vice-premier ministre Ramtane Lamamra, fraîchement installés à la tête du gouvernement nous font miroiter le changement à l’occasion de la conférence animée conjointement aujourd’hui 14 mars, au Centre International des Conférences (CIC), leur première fausse promesse est celle liée à la liberté de la presse.

 

Le changement que nous prêchent les responsables politiques, et même le Président de la République Abdelaziz Bouteflika dans sa dernière lettre à l’occasion de son renoncement pour un cinquième mandat et report de l’élection présidentielle, semble n’être qu’une autre fausse promesse.

Au lendemain de la déclaration du vice premier ministre Ramtane Lamamra qui a appelé sur les ondes de la radio nationale chaine 3 « la presse, qu’elle soit publique ou privée, à dénoncer et à jouer son rôle librement dans la société algérienne », le service de presse de ce même vice ministre nous a empêché de faire notre travail de journalistes.

les consignes pour cette conférences étaient très strictes

« Quand on est arrivés à l’entrée, les agents de sécurité nous ont bien accueilli. Ils nous ont demandé gentiment de récupérer nos badges au bureau à l’entrée. Je présente ma carte de presse et mon ordre de mission à la dame, et elle m’a dit que la presse électronique n’est pas autorisée à rentrer. Je lui demande pour quelle raison, elle me dit que les médias accrédités, ont été contactés hier par leur service de presse », raconte notre journaliste.

La journaliste co-fondatrice de INTY MAG, Djamila Ould Khettab a vécue la même galère : « Quand j’arrive au bureau qui délivre des badges, la dame m’informe que la presse électronique algérienne ne pouvait pas être accréditée » raconte la journaliste qui s’est vue renvoyée. En insistant, la dame m’a précisé que « les consignes pour cette conférences étaient très strictes et qu’il faut être sur la liste, sinon, vous ne pouvez pas rentrer ».

régler notre problème de statut avec le ministère de communication

Consterné, Bouzid Ichalalene contacte par téléphone une autre fonctionnaire du service de presse du premier ministère, mais la réponse était surréaliste. « J’appelle une de ses collèges, et cette dernière me dit qu’il faut régler notre problème de statut avec le ministère de communication, ou avoir le statut de média étranger et être accrédité par le ministère de la communication » .

Stupéfait par la réponse, le journaliste rétorque « alors vous nous demandez d’aller créer des sociétés à l’étranger pour travailler chez nous? « .

Les fonctionnaire du service de communication parlent du ministère de la communication dépendant du même gouvernement comme ci, c’est un ministère de communication d’un pays étranger!

La presse électronique est classée apparemment par les autorités dans le camps de « l’ennemie », surtout après son rôle très important qu’elle a joué dans la couverture des derniers événements que vie le pays ces dernières semaines. C’est peut être la « suite logiques » des journalistes arrêtés en 2018.

En continu

Liste des détenus d’opinion arrêté(e)s durant le Hirak (CNLD)

Le Comité National pour la Libération des Détenus (CNLD) a rendu public aujourd’hui 26 septembre la liste des détenus arrêté durant le mouvement populaire. Le comité précise que cette liste n’est pas complète et sera mise à jours dès que les avocats leurs signalent un nouveau cas.

Bouzid ICHALALENE

Publié

le

Arrestation de manifestants qui portent le drapeau Amazigh à Alger.
© Interlignes MEDIA | Arrestation de manifestants qui portent le drapeau Amazigh à Alger.

1/ Arretés le vendredi 21 juin 2019:

Kamel BELEKEHAL;
Akli OKBI;
Ali IDIR;
Mohamed BOUDJEMIL;
Hamza KAROUNE;
Bilal BACHA;
Djaber AIBECHE;
Messaoud Leftissi;
Khaled OUDIHAT;
Hamza MEHARZI;
Tahar SAFI ;
Mouloud CHATRI ;
Samir idir GERROUDJ ;
Nacer TIMSI ;
Amine OULD TALEB ;
Abderrahmane BOUDRAA ;
Khaled OUIDIR;
Makhlouf BIBI;

2/ Arrétés le vendredi 28 juin 2019:

Mohamed AGOUAZI;
Hafid BARACHE;
Bakir BETLICHE;
Aala DEROUICHE;
Arezki AZOUG;
Samira MESSOUCI ;
Amokrane CHALLAL ;
Elhadi KICHOU ;
Mustapha Hocine AOUISSI ;
Amar ACHERFOUCHE ;
Arezki CHAMI ;
Hilal YAHIAOUI ;
Abdelbasset KHEBANI ;
Mohand Ameziane BELHOUL ;
Nabil BOUNOUH ;
Kamel BOUALOUACHE ;
Ghimouz AKRAM ;
Abdelkader Toufik BACHA ;
Kheiredine BENZINE ;
Fazil DECHICHA ;

3/Arrétés le vendredi 13 Septembre 2019:
Rachid HIRET;
Sammy ABBAS;
Boualem OUAHABI;
Mohamed SMALLAH;
Menad TISSEMLAL ;
Menaouar OUAÂZANE ;
Rachid SADAOUI ;
Sadek LOUAIL ;
Mohamed DAADI ;
Nabil BOUALAKMAH ;
Réda BOUARISSA ;
Bilal ZIANI ;
Mohamed Amine CHELALI;
Ahcene HAMZA;
Kheireddine MEDJANI;
Bachir ARHAB;
Kader RASSELMA;
Hakim MIHOUBI;
Sid Ahmed BOUHRAOUA;
Rabah MAHROUCHE;
Wafi TIGRINE;
Laamouri BELAIDI;
Toufik DJILALI;
Mohamed GADI;
Hamidou GARIDI ;
Fatehi DIYAOUI;
Mohamed BOUHERAOUA ;

4/ Arrétés le mardi 17 septembre 2019:
Nour Houda DAHMANI;
Salah MAATI;

5/ Arrêté le mercredi 19 septembre à Constantine actuellement à la prison de Tidia (Constantine). Son procès fixé pour mercredi 2 Octobre : Semmani Amazigh.

Sadeddine Youcef islam ;
Zineddine Bouguetaya.
Lakhdar BOURAGÂA, arrété le samedi 29 juin 2019;
Samir BELARBI arrété le lundi 16 septembre 2019;
Fodil BOUMALA arrété le jeudi 19 septembre 2019;
Khaled ChOUITER, arrété le lundi 24 juin 2019;
Hamza DJAOUDI, arrété le jeudi 22 aout 2019;
5/ Détenus libérés :
*Salim Ihaddaden et Ait yahia Ali smail (Chlef, arrétés le vendredi 21 juin et libérés le 28 juillet 2019;
*Nadir Fetissi (Annaba , le jeudi 8 aout 2019) ;
*Hakim Aissi (Mostaganem; arrété le vendredi 5 juillet et libéré le mercredi 09 septembre 2019)
*Benhabib Madjid et Sayah Aissam (Tlemcen, le mardi 24 septembre 2019) ;
*Karim TABBOU arrété le mercredi 11 septembre 2019 et libéré (provisoire) le mercredi 25 septembre.

Lire la suite

En continu

L’ancien président Français Jacques Chirac est mort

L’ancien président de la République Jacques Chirac est mort jeudi matin à l’âge de 86 ans, a annoncé son gendre Frédéric Salat-Baroux à l’AFP.

Avatar

Publié

le

Le président Jacques Chirac le 22 février 2005
© Dr | Le président Jacques Chirac le 22 février 2005

« Le président Jacques Chirac s’est éteint ce matin au milieu des siens. Paisiblement », a déclaré M. Salat-Baroux, époux de Claude Chirac.

Lire la suite

Accueil

Boudjemaa Talaï devant la Cour suprême ce lundi

Avatar

Publié

le

L’ancien ministre des transports et des travaux publics, Boudjemaa Talaï, comparait ce lundi, devant le juge enquêteur près la Cour suprême pour être entendu sur des affaires liées à la corruption.

 

Boudjmaa Talaï qui est cité dans des affaires de malversation enregistrées dans le secteur des travaux publics, doit répondre aux chefs d’accusation d’octroi d’indus avantages dans les marchés et contrats publics, de dilapidation de deniers publics, d’abus de fonction et conflit d’intérêt et corruption dans l’octroi des marchés publics.

Pour rappel,  le ministère de la Justice avait demandé, en juin dernier, la levée de son immunité parlementaire.

Lire la suite

Tendances