Suivez-nous

Politique

Ali Ghediri qualifie son maintien en détention de “décision politique”

Meriem Nait Lounis

Publié

le

Le candidat Ali Ghediri ne prendra pas part du sommet de l'opposition prévu pour demain 20 février, pour désigner un éventuel candidat unique de l'opposition pour la prochaine élection présidentielle prévue le 18 avril prochain.

Le général à la retraite et ex candidat à la présidentielle annulée d’avril 2019, Ali Ghediri, s’est adressé dans une lettre transmise par ses avocats hier, mercredi, à l’opinion publique, quelques jours après le rejet de sa demande de remise en liberté provisoire.

Par le biais de son message, Ali Ghediri s’est étonné de son maintien en détention d’autant plus que d’autres personnes, poursuivies pour les mêmes faits que lui, ont retrouvé leur liberté.

C’est pourquoi, le détenu estime que son maintien en prison est “une décision politique qui n’a aucune relation avec la Justice “. Il a ajouté qu’avec son emprisonnement “les tenants du pouvoir veulent donner l’exemple à ceux qui osent faire ce qu’il a fait” et qu’ils “le privent de ses droits constitutionnels”.

Pour le général à la retraite,“il est impossible de parler de démocratie sans libertés, individuelles et collectives, et une justice indépendante”.

Pour rappel, le 21 février dernier, la chambre d’accusation près la Cour d’Alger a renvoyé le dossier du général à la retraite devant le tribunal criminel de Dar El Beida, tout en rejetant la demande de liberté provisoire.

Ali Ghediri a été placé, jeudi 13 juin 2019, en détention provisoire par le juge d’instruction près le tribunal de Dar el-Beida. Depuis la prison de Koléa, le général à la retraite a adressé à plusieurs reprises des lettres à travers lesquelles il a notamment qualifié sa détention de “confinement politique“.

Lire la suite
Publicité
Commentaires