Suivez-nous

Politique

Affaire Mme Maya: des réquisitoires allant de 5 ans jusqu’à 15 de prison ferme

Meriem Nait Lounis

Publié

le

Le parquet près la Cour de Tipaza a requis dans la soirée d’hier, samedi, des peines allant de 5 ans jusqu’à 15 ans de prison ferme contre les accusés principaux dans l’affaire de corruption de la surnommée Mme Maya et présentée comme étant la fille cachée de l’ancien Président Abdelaziz Bouteflika, a indiqué l’agence officielle (APS).

En plus d’avoir demandé la confirmation de la confiscation de tous les biens de la principale accusée, Nachinache Zoulikha-Chafika, ainsi que ses deux filles, Imène et Farah, le parquet a requis une peine de 15 années de prison ferme assorties d’une amende de six millions de DA contre Mme Maya. Quant aux deux filles, il a requis 10 ans de prison ferme, assortis d’un amende de six millions contre elles. Mme Maya a été condamnée en première instance à 12 ans de prison ferme et sept millions de DA d’amende tandis que Farah et Imene ont été condamnées à 5 ans de prison ferme et trois millions de DA d’amende avec confiscation des biens.

Le parquet a également demandé une peine de 15 ans de prison ferme et 1 million de Da d’amende contre Abdelghani Zaalane et Mohamed Ghazi, poursuivis en leurs qualités respectives d’anciens walis d’Oran et de Chlef. Les deux responsables ont été condamnés à 10 ans de prison ferme assortis d’une amende d’un million de DA lors du premier jugement.

Impliqué dans la même affaire, l’ancien directeur général de la Sûreté nationale (DGSN), Abdelghani Hamel, risque 12 années de prison ferme assorties d’une amende d’un million de DA.

Des peines de prison ferme allant de 5 à 12 ans ont été requises contre cinq autres accusés dont Chafaï Ghazi, le fils de Mohamed Ghazi, et le député à la retraite, Omar Yahyaoui, qui est en fuite à l’étranger. D’autres impliqués dans cette affaire ont été touchés par de lourds réquisitoires tels que Aicha Miloud, contre qui le parquet a demandé une peine de 10 ans de prison ferme et une amende d’un million de DA.

Les mis en cause précités sont poursuivis pour “blanchiment d’argent”, “trafic d’influence”, “octroi d’indus avantages”, “dilapidation de deniers publics” et “transfert illicite de devises vers l’étranger”.

 

 

 

Lire la suite
Publicité
Commentaires
INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR