Affaire Khashoggi : l’étau se resserre sur Mohamed Ben Selmane

 Nouveaux rebondissements dans l’affaire du meurtre du journaliste, saoudien Jamal Khashoggi. Le président américain, Donald Trump, n’exclut pas l’implication du prince héritier saoudien, Mohamed Ben Selmane dans cet assassinat perpétré dans une ambassade du royaume en Turquie.

« Nous ne connaîtrons peut-être jamais tous les faits entourant le meurtre de monsieur Jamal Khashoggi. Dans tous les cas, notre relation est avec le royaume d’Arabie saoudite. Les Etats-Unis entendent rester un partenaire inébranlable de l’Arabie saoudite », écrit le président américain dans un communiqué, rendu public aujourd’hui.

Donald Trump affirme ne pas exclure l’implication de Mohammed Ben Salmane. « Il se pourrait très bien que le prince héritier ait eu connaissance de cet évènement tragique – peut-être, peut-être pas ! », ajoute-t-il.

Mais ajoute-t-il cela ne menacerait pas la relation « inébranlable » entre les Etats-Unis et l’Arabie saoudite. Le président américain étale, par la suite, les raisons qui rendent cette alliance stratégique : lutte contre l’ennemi commun iranien, combat contre le « terrorisme islamique radical », achat d’armes américaines ou encore stabilité des prix du pétrole, dont Riyad est le premier exportateur mondial.

Selon lui, les agences de renseignement américaines « continuent d’analyser toutes les informations ». Pour rappel, plusieurs médias américains, dont le Washington Post pour lequel le journaliste saoudien écrivait des chroniques régulières, ont toutefois rapporté que la CIA était parvenue à la conclusion que le puissant prince héritier était le commanditaire du meurtre.

 

 

Mégabannière (728x90)