Politique

Affaire Dalila Touat: le RCD et le FFS dénoncent “une énième instrumentalisation politique de la justice”

Published

on

Les deux partis politiques le Rassemblement pour la Culture et la Démocratie (RCD) et le Front des Forces Socialistes (FFS) ne sont pas restés indifférents face à la condamnation “arbitraire” de l’enseignante, Dalila Touat, à 18 mois de prison.

Dans un communiqué, le RCD a jugé que la condamnation de l’enseignante est “une énième instrumentalisation politique de la justice” et que la victime est, “comme d’habitude“, “un militant de la liberté”

Le RCD a estimé que le peuple algérien n’a “jamais autant perdu confiance dans la Justice” de ce pays. Il a ajouté que cette dernière est devenue, “plus que par le passé” un “instrument” qui travaille “exclusivement” pour le pouvoir et dans le but de servir “les hommes forts du moment“, et ce, afin de “réprimer toute forme d’opposition“.

Le Front des Forces des Socialistes (FFS) s’est lui aussi montré, hier soir, à travers un communiqué, solidaire avec l’enseignante. Pour le parti, cette condamnation a pour but de “démoraliser toutes et tous les militants de la liberté d’expression” et ceux “qui militent pour un Etat de droit”.

Le parti a appelé les autorités à la libération “immédiate” et “inconditionnelle” de la détenue et à arrêter toute sorte de “répression” notamment sécuritaire et aussi “l’instrumentalisation de la Justice” afin de “museler et et terroriser les opposants”.

Les deux partis politiques ont exprimé leur “entière” et “interminable” solidarité avec tous les détenus d’opinion. Le FFS a notamment dénoncé toutes les poursuites judiciaires contre “les citoyens, leur seule erreur était de vouloir vivre en liberté et en démocratie et leur souhait légitime de vouloir changer radicalement le système“.

Pour rappel, Dalila Touat a été condamnée le 18 janvier à 18 mois de prison ferme pour “outrage à fonctionnaires et institutions de l’État”, “diffamation” et “publications portant atteinte à l’ordre public”.

Poursuivie dans une autre affaire, Dalila Touat a été condamnée le 30 novembre dernier par le tribunal de Mostaganem à 2 ans de prison ferme sans mandat de dépôt. Elle est en grève de la faim depuis le 03 janvier date à laquelle elle a été arrêtée.

Depuis son emprisonnement, Dalila Touat a suscité beaucoup de réactions notamment sur les réseaux sociaux où ses photos ont été largement partagées accompagnées de textes des internautes exprimant leur sympathie avec la détenue.

Comments

Édité par EURL INTERLIGNES MEDIA | Copyright © 2019

Exit mobile version