Suivez-nous

Société

Aéroport d’Alger : Ce qui va changer à partir de demain

A partir de demain 25 novembre, les voyageurs qui doivent prendre l’avion à partir de l’aéroport d’Alger Houari Boumediène vers les différentes villes du pays, doivent désormais se diriger vers le terminal (T1), ancien terminal pour les vols internationaux.

Bouzid ICHALALENE

Publié

le

À partir de demain, 25 novembre, le hall 1 de l’ancienne aérogare internationale (T1) sera réservé aux voyageurs à destination des pays arabes et du moyen-orient.

Les usagers des lignes intérieures et qui avaient l’habitude de prendre leur avion depuis l’ancienne aérogare nationale, sont invités à se reprocher du hall 2 de l’ancienne aérogare internationale, à partir d’où se feront désormais les dessertes reliant les autres villes du pays.


Quant à l’ancienne aérogare nationale (T2), elle est dorénavant exclusivement réservée pour les voyageurs à destination des lieux saints de l’Islam pour l’accomplissement du Hadj ou de la Omra.

Enfin, pour toutes les autres destinations, les passagers devront désormais se présenter à la nouvelle aérogare (T4) pour prendre leurs vols et rejoindre leurs destinations.

Publicité
1 commentaire

1 commentaire

  1. Avatar

    Elboustenne Elakhdar

    25 novembre 2019 à 21:08

    J’ai l’honneur de venir par la présente respectueusement monsieur le chef.Solliiciter de votre haute bienveillance et de votre autorité de bien vouloir de données des renseignements sur votre site

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Société

Air Algerie : Les PNC grévistes évacués par les forces de l’ordre

Avatar

Publié

le

Constatant que le personnel navigant commercial est déterminé à poursuivre son action de protestation pour le quatrième jour consécutif malgré l’ordonnance de la justice d’arrêter immédiatement cette grève, la direction générale de la compagnie aérienne Air Algérie a fait appel, ce jeudi 20 février, à la police anti émeute pour évacuer les grévistes.

En effet, les PNC grévistes ont été surpris aujourd’hui par le déploiement impressionnant des forces anti-émeutes devant le bâtiment des forces aériennes les empêchant ainsi d’accéder aux locaux de la compagnie. Les PNC ont été donc sommé de quitter l’aéroport définitivement.

Cette mesure a été prise après que le tribunal de Dar Beida ait déclaré, mardi, la grève des PNC illégale obligeant ainsi les grévistes à regagner leurs postes sous peine de poursuite judiciaire. La direction d’Air Algérie a donc a obtenu la forme exécutoire du jugement rendu par la justice, lui permettant le recours à la force publique.

Pour rappel, les PNC avaient déclenché une grève surprise lundi dernier. Le débrayage, qui devait durer 3 heures, s’est transformé en grève illimitée suite à la décision de la direction de suspendre une quarantaine de grévistes. Cette action de protestation est enclenchée suite à la non satisfaction de leurs revendication et au refus de la direction à toute forme de dialogue avec le personnel afin de trouver une solution à la situation de pourrissement qui prévaut dans cette compagnie depuis quelques jours.

Lire la suite

Société

Conflit PNC-direction d’Air Algérie : le statut quo persiste

Achour Nait Tahar

Publié

le

© DR | Grève du personnel navigant d'air Algérie
© DR | Grève du personnel navigant d'air Algérie

Au troisième jour de la grève du personnel navigant commercial (PNC) d’Air Algérie, la situation n’a pas évolué d’un iota. Le mouvement est toujours maintenu par les PNC qui refusent de suspendre leur action tant que leurs revendications ne sont pas prises en charge par la direction de l’entreprise.

Les grévistes accusent, en effet, la direction de la compagnie nationale d’avoir failli à ses engagements. Selon Abderrahmane Guilmellah, chargé de communication du syndicat (SNPNCA), la direction générale d’Air Algérie est responsable de « la situation de pourrissement qui prévaut en ce moment et les perturbations causé sur les vols, pénalisant ainsi les voyageurs ». Le mouvement de protestation enclenché le 17 février, ajoute-t-il, n’a pas été l’œuvre du syndicat.

L’action a été décidé par le collectif des employés pour une durée de trois heures, mais deux heures après le début du mouvement, la direction générale a haussé le ton et elle procédé à la suspension d’une quarantaine de travailleurs grévistes.

Absence de Dialogue

Et d’ajouter : « La direction d’Air Algérie refuse tout dialogue avec les travailleurs, et ce, malgré l’offre que le collectif avait soumis à la direction pour trouver une issue à cette crise », regrette notre interlocuteur.

Pour sa part, le président du syndicat des PNC, Farid Boucetta, estime également que la direction d’Air Algérie « est seule responsable de cette situation du fait de son refus de tout dialogue avec les représentants des travailleurs ».

Pour ce qui est des revendications des PNC, ces derniers exigent, entre autres, la levée des suspensions, l’arrêt de la procédure judiciaire « abusive », et traitement sérieux des revendications du collectif des travailleurs.

Aujourd’hui, la liste des travailleurs grévistes d’Air Algérie ne cesse de s’allonger. Après la suspension, mardi d’une quarantaine de travailleurs, aujourd’hui le nombre a atteint 82 employés parmi lesquels figurent 7 syndicalistes.

Par ailleurs, en dépit de la décision de la direction de saisir la justice pour mettre un terme à la grève qu’elle déclare illégale, les PNC ne sont guère impressionnés par cette mesure et décident de poursuivre leur action jusqu’à la satisfaction de leurs revendications.

Nous avons tenté de joindre le chargé de communication de la compagnie aérienne Air Algérie, Amine Andaloussi, pour nous fournir plus de précisions sur le conflit qui oppose les PNC à la direction générale, mais nos tentatives sont restées vaines.

Lire la suite

Société

Une nouvelle secousse tellurique de 3,6 degrés sur l’échelle de Richter à Jijel

Achour Nait Tahar

Publié

le

Une secousse tellurique de magnitude de 3,6 degrés sur l’échelle de Richter a eu lieu ce mercredi 19 février à (08h33) dans la wilaya de Jijel, indique le Centre de recherche en astronomie astrophysique et géophysique (CRAAG) dans un communiqué.

L’épicentre de la secousse a été localisé à 6 km nord est de El Aouana, précise la même source.

Pour rappel, la localité d’El Aouana dans la wilaya de Jijel a enregistré 9 secousses telluriques durant le mois de janvier et le début du mois de février.

Lire la suite

Tendances