Connect with us

Politique

Accusé par Abdelkrim Abada : Le nouveau SG du FLN rattrapé par « son passé douteux »

Melissa NAIT ALI

Published

on

© DR | Abou El Fadl Baadji plébiscité nouveau Secrétaire général du parti FLN
© DR | Abou El Fadl Baadji plébiscité nouveau Secrétaire général du parti FLN


Graves accusations contre Abou El Fadhel Baadji. Fraichement élu à la tête du parti, le nouveau SG du front de libération national (FLN) a été violemment chargé par un des caciques et ancien dirigeant de cette formation, en l’occurrence Abdelkrim Abada.


Conduisant un mouvement de redressement, ce dernier vient d’accuser le nouveau patron du FLN d’être à la solde de « cercles menaçant l’intégrité du pays ». «Tout le monde se rappelle comment il a été limogé du ministère de la justice où il occupait un poste supérieur. Tout le monde sait aussi comment il a été mis fin à ses fonctions du conseiller du président de l’APN, au temps du fuyard Amar Saâdani, après avoir été suspecté, lui et son entourage, d’avoir des liens avec des cercles qui menacent la stabilité du pays », affirme Abdelkrim Abada dans un communiqué rendu public, aujourd’hui.


Selon lui, les « hautes autorités du pays et les fidèles militants sont invités à revisiter le parcours douteux de cet individu (Abou El Fadhel Baadji)». Le coordinateur du mouvement de redressement, lit-on dans le même communiqué, refuse de reconnaitre les résultats de la dernière réunion du CC qui est convoquée, selon lui, à l’initiative « du fuyard Amar Saâdani ».


« Nous membres du mouvement de redressement et militants intègres du FLN annonçons notre refus catégorique de reconnaître les résultats de ce qui est appelé réunion du comité central qui s’est tenu le 30 mai 2020. Cette réunion qui a porté l’un des représentants de la bande à la tête du FLN, était contestée à la base », indique-t-il.


Pour lui, « le fuyard Amar Saâdani (ancien SG du parti qui avait annoncé son retrait définitif du FLN) est l’un des soutiens de l’ancien régime pourri. Ce dernier a agi ainsi pour reprendre le contrôle sur le parti après avoir placé, avec des manœuvres similaires, Djamel Ould Abbas et Mohamed Djemai, actuellement en prison, à la tête du FLN ». « Celui qui vient d’être désigné à la tête du FLN ne remplit pas les conditions légales et statutaires pour être même pas militant de base du parti. Il le sait plus que personne », affirme-t-il.

Politique

La mobilisation pour la liberté de la presse se poursuit pour la 9e semaine consécutive

Feriel Bouaziz

Published

on

Le neuvième sit-in de solidarité au journaliste Khaled Drareni, s’est tenu aujourd’hui comme tous les lundis à la maison de la presse Tahar Djaout (Alger). Plusieurs journalistes, militants et avocats se sont mobilisés ce 19 octobre réclamant la remise en liberté de Khaled ainsi que tous les détenus d’opinion.

Plusieurs personnes notamment des militants politiques, avocats, ainsi que des étudiants ont témoigné de leur soutien à Khaled Drareni, et ce, à l’intérieur de la maison de la presse, qui depuis neuf semaines maintenant est devenu l’unique lieu de revendication et contestation des Journalistes.

Aux alentours de 12h30, le coup d’envoi du rassemblement a été donné et pendant prés d’une heure, les partisans ont réclamé “la liberté des otages” dénonçant également “les détentions arbitraires qui frappent le pays”.

D’un ton solennel dans lequel on pouvait lire émotion, colère et abattement, les partisans scandaient avec ardeur : “Algérie libre et démocratique”, ”Presse libre, justice indépendante“, “Khaled est un journaliste, pas un informateur”, “Khaled Drareni est un journaliste libre”,”un état-civil et non militaire”.

Les manifestants ont brandi également des pancartes sur lesquelles était écrit : “Libérez Khaled Drareni”, “libérez les détenus d’opinion” et “libérez la presse” ainsi que d’autres slogans.

“Nous sommes toujours là pour soutenir d’abord Khaled Drareni le journaliste, mais soutenir aussi tous les détenus d’opinion politique qui tout simplement se retrouvent en prison parce qu’ils ont exprimé un point de vue qui est différent ou alors à l’opposé de la position du pouvoir en place” a déclaré Me Zoubida Asoul ajoutant également que pendant sa visite a la prison de Koléa que “Khaled se porte bien, il est en bonne santé il a un bon espoir qu’enfin la loi se fasse appliquer à travers son pourvoi en cassation, mais aussi à travers sa demande de liberté provisoire que le collectif des avocats à l’intention de présenter devant la juridiction qui a rendu la dernière décision (la Cour d’Alger ndlr)”.

De son coté le militant Samir Benlarbi a demandé “la libération de Khaled ainsi que tous les détenus d’opinion. Condamné arbitrairement, son incarcération relève d’une affaire politique avant d’être judiciaire, aujourd’hui et comme chaque lundi nous nous rassembleront pour la libération de tous les détenus” ajoutant également qu’“il est inconcevable que la nouvelle Algérie puisse emprisonner des journalistes”.

“La réalité d’aujourd’hui est décevante, car elle nous a rétrogradé aux années soixante, époque où il n’y avait qu’un seul parti pour diriger tout un pays, néanmoins le mouvement de contestation populaire a donné une lueur d’espoir et de volonté au peuple algérien le poussant à continuer à lutter pacifiquement dans le but de construite une Algérie puissante avec une justice indépendante et une presse libre”, ajoute-il encore.

Pour rappel, le directeur de Casbah Tribune, a été arrêté en mars dernier alors qu’il couvrait une manifestation populaire à Alger centre. Il a été jugé en première instance en août dernier au tribunal de Sidi M’hamed qui l’a condamné à 3 ans de prison ferme et 50,000 DA d’amende pour “atteinte à l’unité nationale” et “incitation à attroupement non armé”. Ses co-accusés, Samir Benlarbi et Slimane Hamitouche ont été quant à eux condamnés à 2 ans de prison dont 4 mois ferme.

Le 15 septembre, Khaled Drareni a été condamné à deux ans de prison ferme par la Cour d’Alger. Le 17 septembre, Khaled Drareni s’est pourvu en cassation

Plusieurs organisations non-gouvernementales (ONG) de défense des droits humains, dont Amnesty International, ont exhorté, les autorités algériennes à libérer le journaliste Khaled Drareni, en détention depuis fin mars, et à mettre fin au « harcèlement ciblé des médias indépendants ».

Continue Reading

Politique

Timimoun: Yasser Kadiri à nouveau interpellé

Yasmine Marouf-Araibi

Published

on

L’ancien détenu Yasser Kadiri a de nouveau été interpellé ce lundi matin par la police de Timimoun, wilaya d’Adrar, alerte le comité national pour la libération des détenus (CNLD).

Les raisons de son interpellation sont pour l’instant inconnues mais, Yasser Kadiri se trouve au niveau du commissariat de Timimoun.

Yasser Kadiri a été condamné en appel en septembre dernier, avec l’activiste Ahmed Sidi Moussa, à 18 mois de prison sans mandat de dépôt assortis d’une amende de 100,000 DA.

Poursuivis pour “atteinte à la personne du président”, “atteinte à l’unité nationale” et “diffusion de publications pouvant porter atteinte à l’intérêt national“, les deux activistes du Hirak ont été condamnés en première instance, le 22 juillet, à six mois de prison dont trois mois ferme et trois avec sursis assortis d’une amende de 50.000 DA.

Placés sous mandat de dépôt le 05 mai par le tribunal de Timimoun, les deux détenus ont quitté la prison le 05 août après avoir purgé leur peine.

Continue Reading

Politique

Boumerdes : le dossier de Hamza Djaoudi renvoyé devant le tribunal correctionnel

Yasmine Marouf-Araibi

Published

on

© DR |

Le dossier du détenu Hamza Djaoudi a été renvoyé ce lundi par la chambre d’accusation de la Cour de Boumerdes devant le tribunal correctionnel après avoir relaxé le détenu de l’accusation “atteinte au moral des troupes de l’armée”, selon ses avocats.

Hamza Djaoudi est donc désormais poursuivi pour : “outrage à corps constitué”, “atteinte à la personnes du président de la République”, “publications Facebook pouvant porter atteinte à l’intérêt national”, et “incitation à attroupement non armé”, selon le comité national pour la libération des détenus (CNLD).

Pour rappel, Hamza Djaoudi a été placé sous mandat de dépôt le 18 juin dernier après avoir été arrêté le 16 juin devant son domicile puis placé en garde-à-vue. La date de son procès n’est pas encore programmée.

Il est à rappeler que Hamza Djaoudi, jeune capitaine de la marine marchande, a été arrêté une première fois le 22 août 2019 à Alger. Il a été placé sous mandat de dépôt à la prison d’El Harrach le même mois pour avoir dénoncé le monopole de la société DP World dans la gestion des ports algériens, selon ce qu’a été rapporté par le quotidien francophone El Watan.

Jugé puis condamné à un an de prison dont 8 mois avec sursis, le détenu a quitté la prison le jour du verdict de son procès, le 31 décembre, après avoir purgé sa peine de quatre mois de prison ferme.

Continue Reading

Tendances

INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR