Connect with us

Monde

Accusé de viols, Tariq Ramadan est maintenu en détention provisoire (Actualisé)

Accusé de viols par deux femmes, Tariq Ramadan reste en prison après la décision d’un juge des libertés et de la détention (JLD), accentuant la chute d’un théologien aussi influent que controversé.

Bouzid ICHALALENE

Published

on

L'islamologue suisse Tariq Ramadan, accusé de viol par deux femmes en France, a été placé en garde à vue mercredi par les enquêteurs de la police judiciaire parisienne, a-t-on appris de source judiciaire.

L’islamologue suisse, écroué depuis vendredi après sa mise en examen à Paris, avait demandé un débat différé sur sa détention, le temps de préparer sa défense. A l’issue d’une audience à huis clos mardi, le JLD a toutefois suivi les réquisitions du parquet et ordonné son placement en détention provisoire, ont indiqué des sources judiciaire et proche du dossier. Pour se décider, le magistrat a pu juger insuffisantes les garanties de représentation de M. Ramadan –qui possède notamment un passeport suisse– ou craindre d’éventuelles pressions sur les plaignantes ou d’autres femmes. Depuis le début de l’affaire dans le sillage du scandale Weinstein, le théologien conteste les accusations portées par deux femmes ayant déposé plainte contre lui pour des faits qui auraient eu lieu en 2009 et 2012. Selon une source proche du dossier, deux autres femmes ont par ailleurs témoigné sous X contre l’islamologue de 55 ans et seraient susceptibles de déposer formellement plainte contre lui.

rères musulmans

Les faits dénoncés se seraient déroulés dans des hôtels, en marge des conférences à succès données en France par l’intellectuel, qui jouissait d’une certaine aura et dont la mise en cause a ébranlé la communauté musulmane en France. Ce petit-fils du fondateur de la confrérie égyptienne islamiste des Frères musulmans, accusé par ses détracteurs de promouvoir un islam politique et de manier le double discours, avait fustigé “une campagne de calomnie” au début de cette affaire, pour laquelle trois juges d’instruction ont été désignés. L’une des deux plaignantes, une femme de 40 ans qui a choisi le pseudonyme de “Christelle” et souffre d’un handicap physique, accuse l’universitaire de l’avoir violée et frappée lors de leur unique rencontre à Lyon en 2009. Elle a été confrontée à M. Ramadan la semaine passée pendant trois heures, lors de la garde à vue de ce dernier. La seconde plaignante, Henda Ayari, accuse, elle, Tariq Ramadan de l’avoir violée à Paris en 2012. Cette ancienne salafiste devenue militante féministe avait déjà raconté la scène dans son autobiographie en 2016, mais en désignant son agresseur présumé par un pseudonyme. En réponse, la défense de l’intellectuel avait versé au dossier des échanges sur Facebook censés discréditer la parole de cette femme de 41 ans.

Courrier à la Garde des Sceaux

Ses avocats ont également écrit à la garde des Sceaux, Nicole Belloubet, pour demander la saisine de l’Inspection générale de la justice, affirmant que l’enquête préliminaire a été émaillée de dysfonctionnements qui ont nui à leur client et s’appuyant sur deux documents. D’abord, une note transmise aux autorités judiciaires de Paris le 6 décembre et qui décrit l’agenda de M. Ramadan le 9 octobre 2009, date à laquelle “Christelle” l’accuse de l’avoir violée. Cette note, transmise la semaine passée aux enquêteurs, fait état d’une réservation de billet d’avion pour une arrivée à Lyon à 18h35, alors que la plaignante a évoqué un viol ayant eu lieu l’après-midi., “Il est incompréhensible que cette note n’ait pas été communiquée préalablement aux enquêteurs, comme l’ont été toutes les autres notes que nous avons déposées depuis le mois d’octobre” alors qu’elle contient “des éléments à décharge très importants” pour leur client, écrivent les avocats de M. Ramadan dans ce courrier à la ministre de la Justice, dont l’AFP a eu connaissance.

Michel Debacq

Ils s’y étonnent également que les enquêteurs n’aient pas cherché à identifier le juge cité par l’essayiste Caroline Fourest, opposante de longue date de M. Ramadan, qu’elle dit avoir mis en contact avec “Christelle” en novembre 2009. Soupçonnant ce magistrat d’être en poste à Paris, ils s’inquiètent “qu’il travaille sur le dossier de Monsieur Ramadan, qu’il soit amené à le faire ou a minima qu’il soit en contact avec des magistrats travaillant sur ce dossier”. Selon le JDD, il s’agit de Michel Debacq, actuel avocat général à la cour de cassation. “Pour moi, les faits étaient caractérisés. Je lui ai vivement conseillé d’aller porter plainte”, a-t-il raconté au site internet de l’hebdomadaire.

 

Avec AFP

Directeur de publication. Passionné par l'enquête et le reportage. Je m'intéresse à tout ce qui se passe autours de moi.

Advertisement
1 Comment

1 Comment

  1. Avatar

    sellami

    13 février 2018 at 11:09

    Elle n’est pas contre la langue Amazigh mais contre le dialecte kabyle qu’on veut imposer de force au détriment des autres dialectes que renferme la langue Amazigh.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Monde

Décès de George Floyd : Une équipe de CNN arrêtée en direct pendant les violences à Minneapolis

Avatar

Published

on

© DR |

Une équipe de la chaîne américaine d’informations en continu CNN a été arrêtée par la police vendredi matin alors qu’elle couvrait en direct à Minneapolis la troisième nuit de violences consécutives à la mort d’un Noir lors d’une interpellation musclée.

La scène a été retransmise en direct, peu après 05H00 heure locale (10H00 GMT), selon le bandeau de la chaîne.

On y voit le journaliste, Omar Jimenez, faire face à des policiers en tenue anti-émeutes.

“Nous pouvons reculer où vous voulez. Nous sommes en direct. Remettez-nous où vous le souhaitez”, dit-il calmement derrière son masque.

La caméra continue à tourner lorsque deux policiers se saisissent de son micro pour lui passer des menottes.

“Pourquoi suis-je en état d’arrestation?”, demande le journaliste noir avant que ses collègues soient à leur tour appréhendés et la caméra saisie.


“Un journaliste de CNN et son équipe de production ont été arrêtés ce matin à Minneapolis en faisant leur travail, malgré s’être identifiés – une violation manifeste du premier amendement” de la Constitution américaine garantissant la liberté de la presse, a dénoncé CNN dans un communiqué, appelant les autorités à la libération immédiate de ses employés.

La chaîne a fait savoir peu après 11H30 GMT que son équipe avait finalement été relâchée.

Continue Reading

Monde

Nouveaux bilans, nouvelles mesures… le point sur la pandémie de coronavirus dans le monde

Yasmine Marouf-Araibi

Published

on

Au moins 360 308 morts

La pandémie de coronavirus a fait plus de 360 308 victimes dans le monde depuis son apparition en Chine en décembre dernier, selon le dernier décompte de l’université Hopkins.

1.297 nouveaux décès aux Etats-Unis

Les Etats-Unis ont recensé jeudi 1.297 nouveaux décès dus au coronavirus en 24 heures, selon le comptage quotidien de l’université Johns Hopkins, qui fait référence, à 20H30 jeudi (00H30 GMT vendredi). Cela porte à 101.573 le nombre total de morts déplorés dans le pays, de loin le plus endeuillé par la pandémie, la barre symbolique des 100.000 morts ayant été franchie la veille.

Plus de 1.000 morts en 24H au Brésil

Le Brésil, considéré comme l’épicentre de la pandémie du coronavirus, a enregistré jeudi plus de 1.000 morts et un record national d’infections sur les dernières 24 heures.

Le Pérou dépasse la barre de 4.000 morts

Le Pérou a dépassé jeudi la barre des 4.000 morts, depuis le début de l’épidémie de coronavirus en mars, avec 116 nouveaux décés en 24 heures, et plus de 141.000 cas enregistrés, a indiqué le ministère de la Santé.

Allègement des restrictions en Roumanie

La Roumanie franchira lundi une nouvelle étape dans l’allègement des restrictions liées au coronavirus en autorisant dans une certaine limite les manifestations sportives et culturelles en extérieur ainsi que les terrasses des cafés et restaurants.

Suppression de 15.000 emplois en vue chez Renault –

Le constructeur automobile français Renault envisage de supprimer environ 15.000 emplois dans le monde, dont 4.600 en France, dans le cadre d’un plan d’économies de 2 milliards d’euros sur trois ans, selon l’AFP. 

Le projet, qui doit être rendu public vendredi matin, prévoit de réduire les effectifs via des départs volontaires, des mesures de mobilité interne ou de reconversion.

Le football reprend

Le championnat d’Italie de football, interrompu le 9 mars par la pandémie de coronavirus, reprendra le 20 juin, a annoncé jeudi le ministre des Sports Vincenzo Spadafora.

Le championnat a lui été arrêté à l’issue de la 26e journée. Il reste donc 12 journées complètes à disputer, plus quatre matches en retard de la 25e journée.

L’annonce de la reprise du championnat d’Italie intervient quelques heures après celle du championnat d’Angleterre, qui redémarrera le 17 juin.

Le championnat d’Allemagne a déjà repris il y a une dizaine de jours et les footballeurs de la Liga espagnole retrouveront les terrains la semaine du 8 juin.

Parmi les cinq grands championnats européens, la Ligue 1 française est donc le seul à avoir été définitivement interrompu.

vers un retour à la normale en France

Le Premier ministre Français Edouard Philippe, a largement desserré jeudi l’étau du confinement instauré mi-mars en France face à l’épidémie de coronavirus, préparant un retour à la normale teinté de prudence à l’orée de l’été.

Dans une allocution suivie d’une conférence de presse à Matignon avec l’appui des ministres de la Santé, Olivier Véran, et de l’Education nationale, Jean-Michel Blanquer, le chef du gouvernement Français a présenté la deuxième étape du plan entamé le 11 mai, au sortir de deux mois de confinement strict.

Avec APS et AFP

Continue Reading

Monde

Etats-Unis : deuxième soirée de manifestations après la mort d’un Noir lors d’une arrestation par la police

Avatar

Published

on

By

Des manifestants se sont rassemblés mercredi pour la deuxième soirée consécutive à Minneapolis, où la mort d’un Noir après son arrestation violente par des policiers a provoqué colère et appels à ce que justice soit faite.

Le chef de la police de la ville du Nord des Etats-Unis a demandé aux manifestants de garder leur calme pour ne pas connaître les mêmes débordements que la veille.

Les vitres d’un commissariat avaient notamment été brisées mardi soir et les forces de l’ordre avaient répliqué en utilisant du gaz lacrymogène et des balles en caoutchouc.

La famille de George Floyd, un Afro-Américain de 46 ans décédé après une arrestation brutale dont la vidéo est devenue virale, a réclamé mercredi que les policiers impliqués soient inculpés pour meurtre.

“Car c’est exactement ce qu’ils ont fait, ils ont commis un meurtre contre mon frère”, a affirmé sur la chaîne NBC sa soeur, Bridgett Floyd.

“J’ai la foi et je crois que justice sera rendue”, a-t-elle ajouté, affirmant que le renvoi des policiers n’était “pas suffisant”.

Les quatre policiers impliqués dans l’arrestation de M. Floyd ont été limogés mardi, mais laissés en liberté alors qu’une enquête a été ouverte.

Le maire de Minneapolis, Jacob Frey, s’est demandé mercredi “pourquoi l’homme qui a tué George Floyd (n’était) pas en prison”. “Si vous ou moi avions fait cela, nous serions en ce moment derrière les barreaux”, a-t-il affirmé.

Le président Donald Trump a écrit sur Twitter qu’il avait demandé à la police fédérale (FBI) et au ministère de la Justice de faire la lumière sur cette disparition “triste et tragique”.

« Mes pensées vont à la famille et aux amis de George. Justice sera rendue!”, a-t-il promis.

Filmée par une passante lundi, une vidéo de l’arrestation montre un agent de police plaquer au sol George Floyd en gardant pendant de longues minutes son genou sur son cou. On y voit ce dernier geindre et répéter “Je ne peux pas respirer”.

L’agent, un Blanc, lui répond de rester calme. Un second policier tient à distance les passants qui commencent à s’emporter alors que l’homme appréhendé ne bouge plus et semble inconscient.

De nouvelles vidéos semblent écarter la thèse mise en avant par la police, selon laquelle George Floyd, soupçonné d’avoir tenté d’écouler un faux billet de 20 dollars, aurait résisté aux agents venus l’interpeller.

Sur des images captées par les caméras du restaurant devant lequel il a été arrêté, il a les mains menottées dans le dos et n’oppose aucune résistance quand un policier le conduit vers une voiture de patrouille.

Sans les images diffusées sur les réseaux sociaux, les policiers “auraient donné une fausse version des faits et ils auraient planqué ça sous le tapis”, a dénoncé Benjamin Crump, avocat de la famille du défunt.

De nombreuses personnalités ont dénoncé une violence injustifiée de la part des policiers à l’encontre des Noirs

Continue Reading

Tendances

INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR